SEVEN STEPS

Il y à des albums de Miles Davis qui sont extrêmement connus, réputés, qui font partie des meilleures ventes de Davis et du jazz, ces Birth Of The Cool, 'Round About MidnightKind Of Blue, Porgy And Bess, In A Silent Way, Bitches Brew ou On The Corner. Il y en à d'autres, comme le très fadasse Quiet Nights que j'ai abordé récemment, ou Miles In The Sky, qui sont nettement moins connus, sauf des amateurs du genre. Incontestablement, cet album, sorti en 1963, fait partie des Miles méconnus. Sorti sous une pochette assez sobre et moyennement réussie (il faut l'avouer, dans le genre, on trouve nettement mieux), ce disque s'appelle Seven Steps To Heaven, et il précède Quiet Nights, justement. D'ailleurs, les deux albums ont été faits à peu près en même temps. Miles avait, à la base, l'intention, à l'époque, de faire un album du nom de So Near, So Far, qui ne se fera jamais. Il utilisera les morceaux pour faire ces deux opus, utilisant les meilleurs pour Seven Steps To Heaven (qui ne contient pas sept titres contrairement à ce que son titre pourrait laisser penser, mais six ; mais le titre de l'album est aussi celui d'un de ses meilleurs morceaux), notamment un morceau du nom de... So Near, So Far. Le reste sera utilisé pour Quiet Nights : un morceau du nom de Summer Night, que l'on trouve aussi en bonus-track de la réédition CD de Seven Steps To Heaven (le reste de Quiet Nights date d'à peu près la même époque, mais de sessions un peu différentes, et moins fructueuses).

SEVEN S

Long de 46 minutes, Seven Steps To Heaven a été enregistré avec George Coleman (saxophone sur trois titres), Herbie Hancock et Victor Feldman (piano, selon les titres), Ron Carter (contrebasse), Tony Williams et Frank Butler (batterie, selon les titres), et est issu de deux sessions distinctes, l'une à New York, l'autre à Los Angeles (selon les sessions, on a soit Butler, soit Williams à la batterie, notamment). La moitié est issue d'une session, l'autre moitié...de l'autre ! Tout en étant un album relativement méconnu du grand public (nul doute, en revanche, qu'un amateur de jazz et de Miles, l'un n'allant généralement pas sans l'autre, connaisse ce disque, l'a déjà entendu), cet opus est, il faut le dire, une franche réussite, comptant en son sein au moins deux immenses morceaux : le morceau-titre, anthologique, qui se retrouvera sur quelques best-ofs du bonhomme, et I Fall In Love Too Easily, que Miles jouera live régulièrement (voir le live Miles At Fillmore East, 1970, notamment). Mais limiter Seven Steps To Heaven à ces deux morceaux serait impardonnable, l'album ne contient rien, rien vous m'avez bien lu, de médiocre ou, pire, de mauvais. C'est clairement un de mes petits chouchous de Davis, je ne l'adore pas autant que Get Up With It, Live-Evil, Bitches Brew, Sketches Of Spain, Kind Of Blue, On The Corner et A Tribute To Jack Johnson (ça fait beaucoup ? Mais par rapport au nombre d'albums de Miles, pas si beaucoup que ça !), mais il est dans les 10 préférés (en rajoutant dedans Sorcerer et Big Fun, ça fait 10), et même s'il serait probablement classé dixième du lot, ça fait quand même une place des plus honorables.

SEVEN ST

Pochette alternative ?

Des morceaux comme Joshua, Basin Street Blues, Seven Steps To Heaven ou So Near, So Far, franchement, se passent généralement de commentaires. Cet album d'apparence simpliste, discrète (la pochette n'aide pas, le titre est relativement banal) est une petite perle, un album que je vous encourage fortement (d'autant plus qu'il n'est généralement pas vendu très cher, comme bien souvent avec Miles) à découvrir, ou redécouvrir. Certes, si on le compare avec, disons, Kind Of Blue ou In A Silent Way, ce n'est pas aussi anthologique, mais c'est un excellentissime cru de Miles. Dire en revanche que son album suivant, Quiet Nights, sera un de ses pires...mais ça, j'en ai déjà parlé ici, récemment, inutile de retournerle couteau dans la plaie, elle saigne encore un peu.

FACE A

Basin Street Blues

Seven Steps To Heaven

I Fall In Love Too Easily

FACE B

So Near, So Far

Baby Won't You Please Come Home

Joshua