AHEAD 1

Vires-moi cette pétasse blanche de la couverture ! Telle fut la réaction de Miles Davis en découvrant la pochette de son nouvel album, Miles Ahead, sorti en 1957. Sur cette pochette, celle ci-dessus, on voyait une jeune femme blanche, et un petit garçon aussi blanc qu'elle, sur un voilier, en pleine mer. Miles n'appréciera pas du tout ce visuel et le choix du modèle, et exigera qu'on ressorte le disque avec une autre pochette (celle ci-dessous), laquelle nouvelle pochette est jaune/orange, et le représente, dans un cadre, en train de jouer de la trompette. Ce second visuel, moins joli et moins propice à l'évasion, est le définitif, si vous cherchez à vous procurer l'album en CD (ça ne devrait pas être trop difficile), c'est sous ce visuel qu'il est commercialisé. Quant au premier visuel, c'est pour le vinyle, et encore, les premières éditions, et là, en revanche, ça ne doit pas être évident-évident à dénicher (et je ne parle pas du prix que ça doit coûter, même si, en même temps, je l'avoue : je n'ai pas été vérifier). Miles Ahead, sinon. Disque produit par Teo Macero et arrangé par Gil Evans, c'est un album assez court, 37 minutes (10 titres : les deux parties du medley en face B sont distinctes, sur deux plages audio), sorti sous une appellation étrange : Miles Davis + 19. 19 ? Le nombre de musiciens dans l'orchestre accompagnant le trompettiste, tout simplement, et pardonnez-moi d'avoir la flemme et de ne pas les citer...Bon, allez, j'en cite quand même deux-trois : Taft Jordan (trompette), Paul Chambers (contrebasse), Frank Rehak (trombone)...

AHEAD 2

Nouvelle pochette (vinyle et CD)

Sous son titre en jeu de mots, et assez peu original, Miles Ahead ne figure pas parmi les albums cultes, majeurs de Miles, et quand on l'écoute, on compend pourquoi. Non pas que l'album soit mauvais, que non : si vous voulez du mauvais Miles de l'époque, il y à Quiet Nights (1964), éventuellement Someday My Prince Will Come (1961), mais Miles Ahead n'est pas mauvais. Je n'en suis pas fanatique du tout, je le trouve un peu facile, mais cet album, généralement super bien accueilli par la presse (à l'heure actuelle, l'album est très très bien évalué par la presse spécialisée dans le jazz et certains livres de référence), possède de bons moments, comme Springsville, The Meaning Of The Blues/Lament et Blues For Pablo. Le morceau-titre, aussi. Ca fait la moitié de l'album, soit une bonne moyenne, mais par rapport à d'autres opus de Davis où tout ou presque est à citer (et ce n'est pas seulement parce qu'il y à moins de morceaux, même si c'est le cas : certains morceaux, sur les autres albums, sont très longs, et ça ne veut pas forcément dire qu'ils sont géniaux ; ici, on a 10 titres, le plus long fait 5,20 minutes seulement...), Miles Ahead contient quand même quelques passages un peu anodins, comme la version du New Rhumba d'Ahmad Jamal, ou My Ship (par Kurt Weill).

21499

Du Miles de l'époque (milieu des années 50/entrée des années 60), il faut nettement privilégier les sommets Kind Of Blue, Porgy And Bess, Sketches Of Spain et Milestones (la musique du film Ascenseur Pour L'Echafaud de Louis Malle, aussi) plutôt que ce Miles Ahead qui, en ce qui me concerne, souffre d'un ou deux passages à vide et d'un manque d'originalité. On notera que les morceaux s'enchaînent les uns aux autres, sans pause, comme si c'était un live (ce n'est pourtant pas le cas), à l'exception de Miles Ahead et Blues For Pablo, ce qui est normal, car entre les deux, on a la séparation des faces ! On notera aussi, pour finir, que lorsque l'album fut enregistré, Miles retourna en studio pour un cinquième et ultime session, au cours de laquelle il réenregistrera certains passages personnels qu'il estimait avoir foirés. Ces overdubs ont été faits en mono, comme l'album. Lors du mix stéréo, ils (les overdubs) apparaissent clairement, ce qui peut les rendre quelque peu gênants pour les audiophiles, mélomanes à l'oreille musicale absolue... Ca n'améliore pas l'album, ça ne l'empire pas non plus. Un bon Miles pour moi, pas un grand Miles.

FACE A

Springsville

The Maids Of Cadiz

The Duke

My Ship

Miles Ahead

FACE B

Blues For Pablo

New Rhumba

Medley :

a) The Meaning Of The Blues

b) Lament

I Don't Wanna Be Kissed (By Anyone But You)