HFT43

L'année 2011 a été l'année Hubert-Félix Thiéfaine, qui a enfin connu la reconnaissance médiatique avec Suppléments De Mensonge, album grandiose qui, l'année suivante, obtiendra la Victoire de la Musique de l'album de chansons de l'année, et sera disque de platine. Il faudra ensuite attendre deux ans (trois depuis la sortie de l'album, en fait) pour que le Jurassien ne sorte un nouvel album. Qui est, à l'heure actuelle, son dernier album studio, et son seizième (dix-septième en comptant celui avec Paul Personne, et pour HFT, cet album entre dans le décompte). Il date donc de 2014 et s'appelle Stratégie De L'Inespoir, ou plutôt, Stratégie De L'Inespoir, tel qu'il est indiqué sur la pochette (photo d'un Thiéfaine yeux bandés, on dirait un prisonnier politique sur le point de subir un simulacre d'éxécution, comme Montand dans L'Aveu), un album long de 50 minutes, offrant 13 titres dont, cas à part dans la discographie studio d'HFT, une reprise, en français, d'un classique de la folk britannique, le Father And Son de Cat Stevens, ici renommé Père Et Fils et fait avec son plus jeune fils, Lucas (qui coproduit l'album et joue dessus : guitare, percussions, piano, c'est selon). C'est, de tous les articles du cycle HFT sur le blog, le seul à ne pas avoir de chronique signée Koamae, pour une simple et bonne raison : il n'écrivait plus sur Rock Fever à l'époque (et depuis, semble avoir totalement oublié l'existence de ce blog, dommage, mais bon, c'est comme ça...). Je l'avais abordé au moment de sa sortie, j'avais été des plus emballés, mais je n'avais pas réécouté ce disque depuis deux-trois ans (comme l'ensemble des HFT, Alambic/Sortie-Sud excepté, lui, c'est souvent) et je ne savais pas trop si j'allais toujours l'aimer.

HFT44

Résultat des courses, pour ce dernier article du cycle ? Stratégie De L'Inespoir, un titre encore une fois bien dans le ton HFT, est une réussite majeure, clairement, mon avis n'a pas évolué sur la question. Conçu avec la participation (pour la composition musicale) de notamment JP Nataf des Innocents, Arman Méliès et les moins glorieux Jeanne Cherhal et Cali (mais rassurez-vous, leurs collaborations, sur Mytilène Island pour la première et Lubies Sentimentales pour le second, sont purement hors-enregistrement, ils ne participent pas à l'album, ont juste composé les mélodies de ces morceaux), l'album, comme le précédent, est très littéraire, on y trouve moult citations (explicitées, traduites quand elles sont écrites dans une autre langue que le français) dans le livret, accompagnant les paroles des chansons. Une citation de sa chanson de 1978 Le Chant Du Fou est en exergue du livret digipack de l'album : Le fou a chanté 17 fois, les yeux croisés sur son perchoir, une vérité au bout des doigts, une lampe entre les machoires. Quand j'ai lu ça, je me suis demandé si l'album ne serait pas son dernier, vu qu'il est le 17ème, et que Thiéfaine cite cette chanson (de son premier album) qui fait explicitement allusion à un fou ayant chanté autant de fois qu'HFT a fait d'albums studio. J'espère sincèrement que HFT fera d'autres albums, mais si ça devait être le dernier, quoi de mieux que ce disque mémorable (qui sera disque d'or) pour achever une carrière ? Comme, en 2018, pour commémorer ses 40 ans de carrière, Thiéfaine a ressorti ses disques en vinyle et fait une tournée, j'imagine qu'il prépare quelque chose, mais si c'est le cas, rien ne filtre.

HFT45

Stratégie De L'Inespoir est un album mémorable, vraiment, sur lequel, par moments (le refrain du génial Angélus), HFT chante comme jamais il ne l'avait fait auparavant, sa voix, dans le refrain de cette chanson que je viens de citer (une des meilleures du lot), monte très haut, au point que ç'en est un peu étrange au premier abord, un peu comme si Dalida chantait Be Bop A Lula (la la la). En Remontant Le Fleuve, qui a des accents un peu breliens, est fantastique, Karaganda (Camp 99) est dédiée à tous les prisonniers du goulag, Retour A Célingrad a été écrite en allusion à l'année Céline (l'écrivain, pas la chanteuse, hein) et est éminemment célinienne dans ses thèmes et surtout son écriture, le morceau-titre et Résilience Zéro sont parfaites, et la reprise, en duo avec son fils, du Cat Stevens, placée en bonus-track, est touchante. L'album est quasiment parfait (pas fan de Mytilène Island), même le morceau composé par Cali est bien, la mélodie est belle, et puis, Cali brille par son absence ici, c'est un atout non négligeable. Bref, Stratégie De L'Inespoir est encore une fois un HFT grand cru, un album abordable pour le néophyte (qui aura sans doute envie, qui sait, d'écouter les autres albums, essentiellement très réussis) que destiné à plaire aux fans. Des disques comme ça, j'en redemande, alors j'espère vraiment que le Jurassien en prépare un pour les mois ou l'année à venir !

En Remontant Le Fleuve

Angélus

Fenêtre Sur Désert

Stratégie De L'Inespoir

Karaganda (Camp 99)

Mytilène Island

Résilience Zéro

Lubies Sentimentales

Amour Désaffecté

Médiocratie...

Retour A Célingrad

Toboggan

Bonus-track :

Père & Fils