929_f

Il existe une quantité astronomique de bootlegs concernant ce concert donné le 29 septembre 1971 à Osaka (Japon), dernier concert japonais de Led Zeppelin pour cette année si je ne m'abuse. Le visuel plus haut et le visuel plus bas sont deux exemples de bootlegs existants, je n'ai ni l'un ni l'autre (j'ignore le nom de celui que je possède, mis à part qu'il contient les morceaux indiqués plus bas dans le tracklisting). Par défaut, j'ai choisi d'appeler cet article du nom du bootleg Everybody Say Mr Bonham !  (visuel ci-dessus) car, quand j'ai choisi un artwork pour illustrer mon CD gravé (mon triple CD gravé, en fait !), c'est sur cette pochette à fond vert que mon choix s'est porté (mais en regardant le dos de pochette, sur le site Zeppelin Art, sur lequel on peut télécharger légalement des artworks de bootlegs, je me rends compte que ce bootleg Everybody Say Mr Bonham ! ne peut pas être le mien, il est, en effet, moins complet que le mien). Quant à l'autre illustration (ci-dessous), le bootleg s'appelle Nine Two Nine, allusion à la date du concert (29/9). Bref. Tout ça pour dire que l'illustration et le titre de l'article sont là uniquement parce qu'il en fallait un(e), tout simplement. Ce concert a donc été donné à Osaka, Japon, le 29 septembre 1971, alors que le groupe n'avait pas encore sorti son quatrième album, celui sans titre officiel (mais quatre runes symbolisant les quatre membres du groupe), celui avec le tableau d'un vieillard portant des fagots de bois sur son dos, celui avec Black Dog, When The Levee Breaks, Rock And Roll et Stairway To Heaven (mais il faudrait citer les huit titres de l'album, en fait), celui que pas mal de monde, moi y compris, tient pour le sommet absolu de Led Zeppelin (même si ma préférence, pour les albums, va à Physical Graffiti, j'estime en effet que le quatrième opus, sans titre, est bel et bien leur sommet).

99129662

Que vaut ce bootleg ? Autant le dire tout de suite, la qualité sonore n'y est pas des plus géniales ; c'est même probablement, à l'heure actuelle, de tous les bootlegs de Led Zeppelin que j'ai abordés (il m'en reste à aborder, en même temps), celui qui est le moins appréciable, en terme de qualité sonore. En plus, on a pas mal de morceaux (Moby Dick, Dazed And Confused, Stairway To Heaven, Going To California...) souffrant de coupes de son, des raccords mal faits, des trous (jamais immenses, de l'ordre de 5 ou 10 secondes de morceau qui manquent) pendant le morceau. Thank You, dernier morceau du live, est, ainsi, coupé à la fin, inachevé, ce qui est rageant. Triple, comprenant un disque de 70 minutes, un de 39 et un de 60 minutes (bref, presque 3 heures en tout), ce concert nippon du 29 septembre possède d'indéniables qualités : on y trouve des morceaux assez peu fréquemment présents sur les bootlegs, comme Thank You, Tangerine, Friends, Immigrant Song et un solo d'orgue (situé avant Thank You, et faisant en fait partie intégrante de ce morceau) de John Paul Jones. On y trouve aussi un Whole Lotta Love de 30 minutes (il atteindra rarement une durée aussi pharaonique), un Dazed And Confused de la même durée (là, en revanche, le groupe fera ensuite plus long encore), un Moby Dick de, en revanche, seulement 13,35 minutes (on ne s'en plaindra pas), un Stairway To Heaven de 10 minutes...Un beau set acoustique en milieu de show, avec, donc, Friends, Tangerine, mais aussi That's The Way et Going To California... Un Since I've Been Loving You remarquable, un Black Dog efficace, un Communication Breakdown rageur en final... Pas de Rock And Roll, en revanche. Par la suite, il ne se passera pas un seul concert sans que le groupe ne chante, en intro ou en final, ce morceau issu du quatrième opus, mais ici, il brille de mille feux par son absence, ce qui est regrettable (ce n'est pas parce que l'album sur lequel il se trouve n'était pas encore sorti dans les bacs : après tout, on a ici trois morceaux issus du futur quatrième album, alors pourquoi pas quatre ?). En fait, Rock And Roll a bien été joué ce soir-là, mais le bootleg que je possède, hélas, ne le possède pas.

zep

Déjà qu'en plus, sans aller jusqu'à la qualifier d'honteuse, la qualité sonore de ce bootleg n'est pas des plus belles, s'il y manque un des morceaux les plus fédérateurs du groupe, ça ne va plus. J'exagère un peu, c'est pas comme s'il manquait Stairway To Heaven ou Whole Lotta Love (longue d'une demi-heure, cette version riche en medley rock'n'roll, comme de coutume, et en theremin, est en effet vraiment bonne, bien que longue, longue, longue, et même, pour tout dire, longue ; j'aurais même envie de dire qu'elle est limite longue, vous dire ! Bref, elle est, vous savez quoi ? longue. Ahem). Everybody Says Mr Bonham ! ou Nine Two Nine, ou ce que vous voulez comme titre, est, mis à part ça, un très bon bootleg. Certes, la qualité un peu médiocre du son empêche de totalement adorer le bouzin, surtout qu'il faut écouter ça pendant 170 minutes, et 3 heures (à 10 minutes près) de musique médiocrement enregistrée, ça peut sembler ardu pour quelqu'un qui a plus l'habitude d'écouter de la musique bien produite (et si on a écouté pas mal de bootlegs, mais de meilleure qualité audio, ça fait difficile aussi, surtout au début). Mais si on parvient à mettre ce détail gênant de côté, on a affaire ici à une excellente prestation zeppelinienne ; heureusement, d'ailleurs, car si le groupe, en plus, n'avait pas été en grande forme ce soir-là, on pourrait ranger ce bootleg dans la catégorie des j'les écoute une fois, et puis je les range dans leur boîtier et on n'en parle plus ! Ici, entre les morceau peu souvent présents sur les bootlegs du groupe (Friends, Thank You...) et les excellentes interprétations, on a de quoi faire, malgré, encore une (dernière) fois, le son.

CD 1

Immigrant Song

Heartbreaker

Since I've Been Loving You

Black Dog

Dazed And Confused

Stairway To Heaven

CD 2

Celebration Day

That's The Way

Going To California

Tangerine

Friends

Robert Plant Singing

What Is And What Should Never Be

CD 3

Moby Dick

Whole Lotta Love

Communication Breakdown

Organ Solo

Thank You