1973-03-18%20-%20Yeeshkul%20(main)

Comme j'ai sans aucun doute déjà eu l'occasion de le dire ici (et si ce n'est pas le cas, maintenant, ça l'est !), 1973 est une année assez difficile, en ce qui concerne les bootlegs de Pink Floyd (la même chose pour Led Zeppelin, mais avec 1972, d'ailleurs) : non pas que le groupe assurait comme des merdes à l'époque, sur scène (clairement pas), mais une grande partie des enregistrements bootlegs existants, pour cette année, sont d'une qualité sonore assez moyenne, voire même médiocre. Pour exemples parmi tant d'autres, deux bootlegs que j'ai abordés ici, When You're In...Tampa et The Valley Of The Kings. Heureusement, il y en à quand même avec une très bonne (pour un bootleg floydien de 1973, on ne peut pas parler d'excellence, en ce qui concerne le son) qualité sonore, tel Supine In The Sunshine (Earl's Court, 19 mai) que j'ai aussi abordé récemment. Tel le concert du 14 mars au Boston Music-Hall (bientôt abordé ici, le bootleg n'a pas de nom particulier). Et tel ce concert donné trois jours plus tôt, le 11 mars, donc, au Maple Leaf Gardens de Toronto, au Canada. Ce bootleg possède une qualité sonore acceptable, et même plus qu'acceptable. Avec Supine In The Sunshine, il s'agit probablement du bootleg 1973 du groupe qui possède la meilleure qualité audio, il frôle l'excellence, toutes proportions gardées. Il possède, de plus, un titre des plus chelous : Yeeshkul !

1973-03-18%20-%20Yeeshkul%20(back)

Ce qui s'explique de façon suivante : durant le concert, un mec inconnu, sans doute dans un état proche de l'Ohio, n'a cessé de prononcer ce mot étrange, yeeshkul, non loin de l'endroit où le mec qui a enregistré le concert (ce bootleg est dans la catégorie audience, capté dans le public ; l'autre catégorie, soundboard, signifie qu'un bootleg est enregistré sur scène directos) se trouvait. Au dos du livret, il est d'ailleurs indiqué que le bootleg est dédié au Floyd et au Yeeshkul Guy ! Ce mec venait-il d'une autre planète, sur laquelle yeeshkul signifie sans doute Mon Dieu, que ce groupe joue bien, ou alors J'ai soif, où est la buvette ?, ou bien cela veut-il dire Est-il possible de ne pas passer par la case 'prison' quand on joue au Monopoly ?, je ne sais pas trop en ce moment. Ou alors le mec était défoncé. Ou bien son échiquier mental possèdait quelques cases en moins que le commun des mortels. Ou alors il avait lu ce mot quelque part et ça lui avait tellement plu qu'il n'a eu de cesse de le répéter. Bref, si ce bootleg s'appelle Yeeshkul ! c'est uniquement parce que l'on entend fréquemment ce mot durant le show, un petit parasitage qui ne vient heureusement pas ternir la qualité globale de ce bootleg. Démarrant par Echoes, et s'achevant par The Dark Side Of The Moon en intégralité et One Of These Days, ce bootleg ne déroge pas à la règle des concerts de la première partie de 1973, on y trouve aussi Obscured By Clouds, When You're In, Set The Controls For The Heart Of The Sun et Careful With That Axe, Eugene. Des interprétations éblouissantes (When You're In, 9 minutes de bonheur ; Set The Controls For The Heart Of The Sun, long de 14 minutes, rarement ce morceau aura été aussi étendu qu'ici), Echoes est lui-même pas très bien joué, rappelons qu'en 1973, le groupe en livrait parfois des versions quelque peu moyennes (When You're In...Tampa), ils ont, généralement, mieux joué ce morceau en 1971, 1972, 1974 et 1975 qu'en 1973. Mais là, c'est du grand art durant 23 minutes.

pink floyd

Yeeshkul ! mérite donc amplement l'écoute, à moins d'être un anti-Pink Floyd ou de se refuser à écouter des bootlegs. Mais si vous aimez ou adorez ce groupe (comme un grand nombre de personnes, et à ce titre, bien qu'étant un peu hors-sujet ici, j'ai une de ces hâtes d'écouter The Endless River, leur nouvel album, qui sort le 10 novembre prochain !, même si ce nouvel album n'est pas si 'nouvel' que ça, comprenant notamment pas mal de morceaux datant d'il y à 20 ans, pour les bases mélodiques), si vous aimez ou adorez ce groupe, donc, je ne peux que vous conseiller de jeter une oreille, ou les deux, sur ce bootleg qui figure sans doute parmi les plus réussis du Floyd pour l'année 1973. Le son est parfois un peu granuleux, mais par rapport à d'autres bootlegs de la même année, c'est le jour et la nuit. Non, vraiment, Yeeshkul ! est une réussite dans son genre.

CD 1

Echoes

Obscured By Clouds

When You're In

Set The Controls For The Heart Of The Sun

Careful With That Axe, Eugene

CD 2

Speak To Me

Breathe

On The Run

Time

Breathe (Reprise)

The Great Gig In The Sky

Money

Us And Them

Any Colour You Like

Brain Damage

Eclipse

One Of These Days