1973-03-06%20-%20The%20Valley%20of%20the%20kings%20(main)

En 1973, les concerts de Pink Floyd étaient rôdés : le groupe y jouait l'intégralité, généralement en seconde partie de show, de The Dark Side Of The Moon, suivi en rappel de One Of These Days, et la première partie était constituée d'Echoes et de quelques anciens titres de gloire type Careful With That Axe, Eugene. Obscured By Clouds, l'album de la bande-son du film La Vallée de Barbet Schroeder, film et album sortis en 1972 dans une relative indifférence, était aussi de la partie via l'interprétation du morceau-titre et de When You're In, deux instrumentaux qui servaient, couplés comme sur l'album, d'entrée de jeu pour le concert. Je pense que tous les concerts de la première moitié de 1973 étaient assemblés de la sorte. Il y en à aussi quelques uns, rares (une dizaine à peine) qui, en plus, offraient une chanson (par conséquent) très rarement jouée live, qui ne le sera plus du tout par la suite : Childhood's End. Cette chanson aussi est issue de l'album Obscured By Clouds. Parmi les rares bootlegs proposant cette chanson, celui que j'aborde aujourd'hui, un concert donné le - mars 1973 à Saint-Louis, Missouri (dans le Kiel Opera House), est concerné. Il s'appelle The Valley Of The Kings, titre qui est sans doute en allusion à un des deux posters glissés dans la pochette de The Dark Side Of The Moon : les Pyramides de Gizeh, sur fond bleu. La Vallée des Rois, fameux site égyptien. A moins qu'il y ait une autre raison pour ce titre, mais si c'est le cas, je l'ignore. Double, ce bootleg sorti je ne sais quand, par le label SCS (avec un vilain logo au centre de la pochette, d'ailleurs !) dure 106 minutes environ, ce qui n'est pas énorme (58 et 48 minutes, plus une trentaine de secondes par disque en plus des minutes) par rapport à d'autres.

1973-03-06%20-%20The%20Valley%20of%20the%20kings%20(back)

The Valley Of The Kings, surtout, souffre d'une qualité sonore assez moyenne. Un site francophone (et sans doute même français) répertoriant des bootlegs, Ace Bootlegs (ne cherchez pas à télécharger dessus, ce n'est pas proposé directement par le site, on a juste, des fois, des propositions de liens) lui a donné la note de 7/10, en ce qui concerne sa qualité, mais je pense qu'un 6/10 serait plus approprié. Par moments, la qualité sonore de ce bootleg sonne aussi faiblarde que celle de When You're In...Tampa, autre bootleg de 1973 (abordé ici récemment), lequel bootleg ne brille vraiment pas par sa qualité sonore (il a d'autres défauts : coupures dans les morceaux, morceaux manquants pour la suite The Dark Side Of The Moon). Enfin, c'est vrai que The Valley Of The Kings est supérieur, un peu, en qualité, mais pour 1973, je pense que Supine In The Sunshine (Earl's Court, abordé ici récemment aussi) est le meilleur bootleg de l'année. Mais revenons donc à The Valley Of The Kings, et sa pochette qui multiplie, dans tous les sens, le prisme de la pochette du mythique album studio que le Floyd a sorti en cette année si importante pour lui. Une pochette pas géniale, tout le monde le reconnaîtra. Le groupe est plutôt en bonne forme, ce soir du 6 mars à Saint-Louis, et la suite The Dark Side Of The Moon est efficacement (mais sobrement : tout réuni, on a environ 42 minutes, 43 à tout casser, ce qui fait à peu près la durée de l'album studio ; certaines versions live de la suite atteignaient presque une heure de musique !) jouée. La présence de Childhood's End sur le premier disque, à elle seule, rend ce bootleg assez cher à mes yeux, malgré la qualité sonore moyenne (voire médiocre) et le fait qu'il existe d'autres interprétations, plus réussies, des autres morceaux joués ici.

98358677

Un amateur de bootleg vous le dira : rien que le fait qu'un bootleg contienne un morceau quasiment jamais joué rend ce bootleg important, voir Project Birmingham (1970) qui contient Sysyphus et Main Theme From More, ou Rise And Shine ! (1970 aussi), qui contient la seule et unique interprétation live (on la trouve sur un autre bootleg, Alan's Psychedelic Mastertape, mais ce bootleg vient du même concert, à Sheffield) d'Alan's Psychedelic Breakfast... et, donc, ce bootleg et les deux-trois autres faits à partir de ce concert, qui offre Childhood's End. C'est plus appréciable que les 20 minutes pas extraordinaires (ça peut sembler un blasphème de dire ça, mais j'insiste) d'Echoes en ouverture. Le morceau a souvent été mieux joué qu'ici. Pareil pour One Of These Days. Dans l'ensemble, ce bootleg n'a pas grand chose pour lui, mis à part Childhood's End (et les deux autres extraits d'Obscured By Clouds, moins rares, mais uniquement joués pendant la première partie de 1973). Le son est cafouilleux, certains morceaux seront et furent bien mieux joués, la durée en elle-même est moins généreuse que de coutume (Supine In The Sunshine dure deux heures)... A réserver aux grands fans.

CD 1

Echoes

Tune Up

Obscured By Clouds

When You're In

Tune Up

Childhood's End

Careful With That Axe, Eugene

CD 2

Speak To Me

Breathe

On The Run

Time

Breathe (Reprise)

The Great Gig In The Sky

Money

Us And Them

Any Colour You Like

Brain Damage

Eclipse

One Of These Days