1983-11-27%20-%20Phantastically%20-%20main

Après avoir récemment abordé un bootleg de la tournée The Lamb Lies Down On Broadway (un live capté en Floride, à Lakeland, en 1975), et avant d'aborder d'autres bootlegs de Genesis (notamment un live de 1977 à Southampton, et sans doute un ou deux autres bootlegs), place à une période diversement appréciée des fans : les années 80. Le milieu des années 80. Plus précisément, 1983, année de sortie de Genesis, l'album aux petits cubes (la pochette), l'album contenant Illegal Alien, Mama, That's All et le diptyque Home By The Sea/Second Home By The Sea. Après deux albums très fortements teintés de pop (Duke en 1980, Abacab en 1981), c'est définitivement avec cet opus sans vrai titre que Genesis devient officiellement une machine à tubes pop FM, on oubllie quasiment les débuts progressifs. L'album suivant sera Invisible Touch, en 1986, très proche des albums solo de Phil Collins, puis We Can't Dance en 1991, totalement pop/rock (et ça sera le dernier avec Collins). Le groupe a su gagner le coeur de tas d'autres fans, et certains anciens fans, à l'esprit ouvert, ne les ont pas abandonnés, mais on sait aussi que pas mal des anciens fans n'ont pas apprécié ce revirement pop. Il en faut pour tous les goûts, et moi, je le dis, j'adore toutes les périodes de Genesis (enfin, la période 1997/1998, avec Ray Wilson de Stilstkin au chant, période au cours de laquelle ne fut fait qu'un album, en 1997 - ...Calling All Stations... - et une tournée, n'est vraiment pas ma préférée, mais l'album est vraiment pas mal, tout compte fait), ayant même été voir le groupe en 2007 au Parc des Princes pendant sa tournée de reformation (sans Peter Gabriel, ceci dit).

AV02Back

Bon. Voici donc un bootleg de 1983. Précisément, un live donné le 26 novembre au Spectrum, à Philadelphie (le lendemain aussi, ils passèrent dans cette salle ; le visuel en haut d'article est celui du bootleg du 27, je n'ai pas trouvé celui du 26 sur le Net, sorry...son visuel est en petit sur l'image ci-dessus, qui est le dos de pochette). Tragiquement, donc, son titre est Live At The Spectrum, Philadelphia. Un live assez court, car, bien que double, il ne dure que 94 minutes (pour 14 titres). Il est très très probable que le concert ait en fait duré plus longtemps, que deux-trois titres en plus (comme It's Gonna Get Better, un morceau un peu mièvre issu de Genesis) y aient été interprétés, mais on a ici, en gros, 90% du live, et ce, avec une qualité audio des plus exceptionnelles. Compte tenu que ce live fut apparemment diffusé sur une station de radio américaine (RKO), ça en fait, quelque part, un semi-bootleg, et ça explique la remarquable qualité sonore : il fut capté par des professionnels. Comme on s'en doute, ce live fait la part belle au Genesis récent, celui de l'album éponyme de 1983, qui venait alors de sortir (sur les 9 titres qui le composent, 5 sont là, les 5 que j'ai cités en début d'article), celui de Duke et Abacab, aussi (Duke est représenté par deux titres : Misunderstanding et Turn It On Again, à l'intérieur duquel un medley est fait, et Abacab, par trois titres : Keep It Dark, la chanson-titre et Dodo/Lurker). La première période du groupe est quasiment aux abonnés absents, mis à part un Los Endos (du premier opus avec Collins au chant, A Trick Of The Tail, 1976) obligatoire en final (ou presque) de show, précédé du tout aussi obligatoire Drum Duet, et mis à part Afterglow (de Wind And Wuthering, 1977) et surtout, des 14 minutes d'In The Cage, pièce magistrale issue de The Lamb Lies Down On Broadway, et ici rallongée de 6 minutes, car incluant, en un medley, The Cinema Show, ...In That Quiet Earth et The Colony Of Slippermen. Les fans savent bien qu'In The Cage était quasiment tout le temps interprétée en ce medley d'oldies-but-goldies, au cours des années 80, voir le live Three Sides Live de 1982.

genesis_mamatour

Phil Collins et ses fameuses bretelles (durant la tournée 1983)

En un sens, la setlist de ce concert de Philadelphie n'est pas originale pour un cent d'euro. Certes. Les tubes récents (Misunderstanding, Keep It Dark, Turn It On Again), les nouvelles chansons, qui seront aussi, ou étaient déjà, des tubes (Mama, That's All, l'hilarant Illegal Alien), quelques anciennes chansons (mais pas trop, et pas trop anciennes, aussi ! Ceux qui espéraient Watcher Of The Skies ou The Carpet Crawlers en seront sans doute pour leurs frais), un petit double solo de batterie entre Phil Collins et Chester Thompson (sur scène avec le groupe depuis 1977)... Setlist rôdée, qui ne changera quasiment plus (on interprétera plus de morceaux récents pour la tournée 86/87, au détriment des anciennes chansons, et ainsi de suite pour la tournée 91/92), et qui contentera les nouveaux fans et démoralisera les anciens ayant été suffisamment gentils pour acheter les nouveaux albums. Avec son extraordinaire qualité sonore (ça sonne mille fois mieux que Three Sides Live, le seul live officiel des années 80 pour le groupe ; et Three Sides Live sonnait plutôt bien) et son interprétation rôdée et épatante, ce bootleg est une réussite, malgré sa courte durée (moins de 95 minutes... les deux disques font la durée des deux disques du Double Blanc des Beatles, soit respectivement 46 et 47 minutes, pour l'anecdote inutile)...et son artwork hideux, copié sur celui de l'album de 1983, ce qui est très logique, vu que ce live est issue de sa tournée de promotion.

CD 1

Dodo/Lurker

That's All

Abacab

Mama

Keep It Dark

Home By The Sea

Second Home By The Sea

CD 2

In The Cage (The Cinema Show/...In That Quiet Earth/Slippermen)

Afterglow

Drum Duet

Los Endos

Turn It On Again (Medley)

Misunderstanding

Illegal Alien