16_1234531666_pink_floyd_-_project_birmingham

Comme souvent, cet enregistrement existe sous plusieurs noms : The Violent Pudding, par exemple  (visuel vachier plus bas) ou Project Birmingham, et c'est sous ce nom que je le possède. Voici, donc, Project Birmingham, un des plus courus bootlegs de Pink Floyd. C'est un double album (dans tous les cas), d'une durée de 110 minutes environ (un disque de 47 minutes, un autre de 63 minutes, et, en tout et pour tout, seulement 7 morceaux) enregistré au Town Hall de Birmingham le 11 février 1970. Ce bootleg fait partie des plus prisés, des plus rares, car il possède une des premières versions live de deux titres qui, en 1970/71, deviendront des indispensables scéniques floydiens : Embryo (12 minutes) et The Amazing Pudding (25,30 minutes ; bientôt renommé Atom Heart Mother), deux titres que le groupe commencera à jouer sur scène dès janvier (et je le redis, le concert date de février). Mais ce concert est aussi mythique car il contient trois raretés totales : Main Theme From More (12,20 minutes ; issu, comme son nom l'indique, de l'album de la bande-son du film More de Barbet Schroeder, 1969, sur lequel il apparaît sous le titre Main Theme), Sysyphus (12,10 minutes ; la fameuse suite solo de Richard Wright, issue d'Ummagumma) et Project Birmingham (un bloc de 24, 30 minutes ouvrant le second disque, qui contient des variations sur plusieurs morceaux du groupe, dont Quicksilver et The Violent Sequence, morceau qui, plus tard, servira de base à Us And Them). Ces trois morceaux n'ont été interprétés qu'au cours de ce concert, du moins, pour Project Birmingham et Sysyphus, c'est certain (pour l'autre, Main Theme, j'ai un petit doute, mais ce dont je suis sûr, c'est qu'après ce concert, ils ne le joueront plus). De même que Rise And Shine !/Alan's Psychedelic Mastertape (deux bootlegs pour un seul et même show de décembre 1970 à Sheffield) sont les seuls à proposer une version live d'Alan's Psychedelic Breakfast, Project Birmingham est donc le seul à proposer certains titres du Floyd en live.

pink-floyd-project-birmingham-2-11-70-f1f3

Bref, rien que pour ça, ce bootleg est un grand essentiel absolu. D'autant plus qu'on a aussi Set The Controls For The Heart Of The Sun (13,45 minutes) et Careful With That Axe, Eugene (10,20 minutes), deux morceaux ici dans d'excellentissimes versions (mais des morceaux pour le moins fréquents en concerts à l'époque, n'est-ce pas ?). Le seul reproche à faire, c'est la qualité du son qui, sans être affreuse, n'est vraiment pas grandiose (caverneux, rustique, franchement difficile de s'adapter au début). On sent que ce concert date de 1970 et qu'il a été enregistré de manière officieuse, ça n'a pas été travaillé longtemps, c'est du brut de décoffrage. En même temps, c'est totalement appréciable, écoutable, il y à vraiment pire dans le genre. Mais si on compare avec un autre bootleg, KQED, de la même année, et que j'ai abordé récemment, ce n'est pas comparable (KQED, je le rappelle, est parfait, niveau son, ou quasiment parfait). Mais ce n'est pas le même style de bootleg, KQED étant une captation d'émission de TV/radio californienne, enregistrée professionnellement, tandis que là, c'est un enregistrement de concert d'époque. La pochette de l'édition dite Project Birmingham semble bien insister sur le fait que c'est apparemment la seule interprétation live de Sysyphus, vu qu'on y voit un homme en train de faire rouler une gigantesque pierre tout le long d'une colline (allusion au mythe de Sysyphe, cet homme qui, dans la Grèce Antique, fut condamné à faire éternellement rouler une pierre le long d'une colline, ladite pierre, une fois en haut, rebasculant de l'autre versant, et ainsi de suite...sympa, comme pénitence éternelle, je trouve). Une autre édition (The Violent Pudding) insiste sur le fait que 1970, année de ce live, est l'année de l'album à la vache, Atom Heart Mother, ce qui est bien moins original (rien que KQED, encore une fois, utilise aussi ce prétexte visuel).

front

Pour finir, malgré une prise de son un peu grossière (mais très acceptable, pour l'époque), Project Birmingham est un joyau absolu (de plus) dans la série des enregistrements bootlegs de Pink Floyd. Rien que pour le plaisir d'entendre Sysyphus, Main Theme et ce long Project Birmingham incluant des bribes de Quicksilver (alias Sleep dans la suite The Man And The Journey), The Violent Sequence, Moonhead et Heart Beat, Pig Meat (deux morceaux issus de la bande-son de Zabriskie Point, seul le second sera sur l'album officiel de la bande-son), ce bootleg est cher dans mon coeur de fan. Après, je suis d'accord, sa qualité sonore parfois frustrante fait qu'il n'est à conseiller qu'aux fans les plus fanatiques, les assidus, et il faut, de plus, vraiment aimer le Floyd de la période 1969/70, une période très expérimentale et peu accessible aux masses. Une période pleine de violence, de folie latente, qui ne demande qu'à exploser (Careful With That Axe, Eugene en est un bon exemple, Sysyphus aussi). Perso, ma période préférée du groupe. Et malgré le son, quel live !!

CD 1

Embryo

Main Theme From More

Careful With That Axe, Eugene

Sysyphus

CD 2

Project Birmingham :

a) Heart Beat, Pig Meat

b) Quicksilver

c) Moonhead

d) The Violent Sequence

Set The Controls For The Heart Of The Sun

The Amazing Pudding