pink-floyd-animals-aux-abattoirs

La tournée promotionnelle que Pink Floyd a fait en 1977 pour l'album Animals s'appelait "In The Flesh", nom qui sera, deux ans plus tard, celui de deux titres du futur album The Wall (album dont l'idée vint très vraisemblablement à Roger Waters, bassiste et leader du groupe, alors qu'il pensera à ce geste malheureux, cracher à la face d'un spectateur, qu'il a eu au cours du dernier show de la tournée, à Montréal, mais il faut dire que le spectateur l'avait bien cherché : il tirait des petits feux d'artifice dans le public et irritait tout le monde !). Au cours de cette tournée, le groupe organisera un plan de show bien précis, qui ne souffrira quasiment d'aucune variation : tout l'album Animals, dans un ordre différent de celui de l'album studio (mais toujours dans le même ordre à chaque concert), en première partie, et tout l'album Wish You Were Here (1975), dans l'ordre, en seconde partie. Avec un ou deux morceaux en rappel, généralement Money, Us And Them ou un blues sans nom, mais que le groupe avait autrefois l'habitude de jouer live de temps à autre. Aucun live officiel ne sera fait, mais cette tournée compte parmi les plus référencées en ce qui concerne les bootlegs. Je ne vais pas aller jusqu'à dire que chacun des concerts de la tournée mondiale y passe, mais on a bien une bonne trentaine de bootlegs différents, de qualité sonore variable, pour la tournée 1977, preuve s'il en est qu'elle fait partie des plus appréciées des fans. Une tournée riche en émotions fortes, en tensions internes, David Gilmour (guitare, chant) ira même jusqu'à dire qu'elle a failli, littéralement, mettre fin au groupe : après la tournée, Waters s'isolera du reste du groupe pendant un an environ, peaufinant The Wall et un autre projet, qu'il proposera au groupe en même temps que The Wall (le groupe choisira, donc, ce dernier), et finira, en 1984, par faire en solo : The Pro And Cons Of Hitch-Hiking.

1977-02-25%20-%20ANIMALS%20AUX%20ABATTOIRS%20-%20back

Parmi les meilleurs bootlegs de la tournée "In The Flesh", on peut noter Who Was Trained Not To Spit On The Fan, qui propose le show de Montréal (le dernier show de la tournée), celui du glaviot-dans-la-gueule-du-spectateur-inconvenant ; on a aussi Animal Instincts (un show allemand, si je ne m'abuse) ; et on a, aussi, deux bootlegs issus de concerts parisiens donnés au Pavillon de Paris, à la Villette, aux anciens abattoirs. Le premier de ces bootlegs s'appelle Pavillion de Pigs, et le second, que j'aborde, s'appelle Animals Aux Abattoirs. Il ne s'agit pas du même concert, le groupe ayant joué, je crois, quatre dates au Pavillon, en février. Animals Aux Abattoirs (le titre est chouette) propose le show du 25 février. Apparemment, le groupe a choisi ce lieu pour les concerts parisiens de la tournée, estimant amusant de jouer un album du nom d'Animals dans un ancien abattoir ! Cette salle de concerts, où se sont notamment, à la même époque, produits les Stones, n'existe plus , c'est, je crois, le Zénith qui le remplace à peu près, géographiquement. Le live, un bootleg donc, possède une qualité sonore des plus réjouissantes : si on excepte un son un peu rugueux sur Sheep (premier morceau) et le tout début de Have A Cigar, c'est tout simplement grandiose. Tel quel (en le nettoyant quand même un peu, et encore), ce live pourrait sortir officiellement. Le groupe y interprète donc tout Animals, et tout Wish You Were Here (et Money en rappel), et l'ensemble est d'une facture monumentale. Pink Floyd est très en forme ce soir-là, je dois bien le reconnaître, et rien que le premier disque (presque une heure de musique ; l'autre dure presque 70 minutes, ce qui fait un peu plus de deux heures de live), qui offre tout Animals, est infernal : un Sheep de folie, un Pigs (Three Different Ones) qui prend tout son sens en live (le solo...) et dure aussi longtemps - soit 18 minutes, enfin, presque - que Dogs, lequel Dogs est grandiose...

69651550

L'autre disque propose donc Wish You Were Here en totalité, et que dire, là aussi ? Entendre Shine On, You Crazy Diamond (dans une version de plus d'une demi-heure, les deux parties cumulées), interprété par Waters, c'est toujours aussi bon. Wright est très en forme, notamment dans le final de la seconde partie, au cours duquel l'hommage à Syd Barrett (quelques mesures de See Emily Play) fait toujours effet (on notera aussi des mesures de The Great Gig In The Sky dans ce même final). Welcome To The Machine, avec un chant moins inhumain que sur la version studio (le bidouillage sur la voix en moins, ça change pas mal de choses), est génial, Have A Cigar (chanté par Waters) assure, même s'il est vrai, et on n'y peut rien, qu'entendre la chanson interprétée par un autre que Roy Harper - qui, invité de luxe, chantait sur la version studio -, ben, c'est pas pareil. Wish You Were Here ? Sublime. Enfin, Money, dans une version de quasiment 10 minutes, achève super efficacement le live. Rien à dire, donc, sur Animals Aux Abattoirs, c'est un bootleg des plus réussis, sans doute un des meilleurs de la tournée 1977 (avec celui cité plus haut sur le live de Montréal, devenu mythique pour l'incident que l'on sait, et qui a été le déclencheur de The Wall, enfin, un des éléments déclencheurs...). Si vous avez la possibilité de vous procurer ce bootleg, vous ne le regretterez pas une seule seconde. En plus, c'est un concert français, alors, cocorico !

CD 1

Sheep

Pigs On The Wing 1

Dogs

Pigs On The Wing 2

Pigs (Three Different Ones)

CD 2

Shine On, You Crazy Diamond 1

Welcome To The Machine

Have A Cigar

Wish You Were Here

Shine On, You Crazy Diamond 2

Money