pink-floyd_works

On le sait, il faudra attendre le début des années 2000 pour que Pink Floyd sorte enfin une vraie compilation officielle digne de ce nom, et ça sera Echoes : The Best Of Pink Floyd, qui se vendra par semi-remorques. Mais avant cette compilation, il y en à eu d'autres. Deux d'entre elles, au moins, sont officielles : Relics en 1971 (petit best-of amusant et étrange, un peu beaucoup décousu) et A Nice Pair en 1973 (encore plus étrange, et jamais édité en CD à cause de son contenu, cette double compilation vinyle que je possède regroupait littéralement les deux premiers albums du groupe, un par disque, et rien d'autre). On a eu aussi deux compilation officielles, mais généralement non reconnues par le groupe : A Collection Of Great Dance Songs en 1981 (le titre est chelou, car difficile de danser sur du Floyd, surtout quand il s'agit de Sheep ou de One Of These Days, deux des morceaux présents sur cette compilation à la pochette remarquable), et, en 1983, Works. Si la première, celle de 1981, est à la rigueur reconnue par le groupe, l'autre ne l'est pas, le groupe ne l'a pas voulue. 1983 est l'année de sortie de The Final Cut, album mal-aimé et dernier du groupe avec Roger Waters, bassiste/chanteur/auteur-compositeur ayant par ailleurs pris le pouvoir sur le groupe dès 1973 environ, et dont The Final Cut, dédié à son père mort pendant la Seconde Guerre Mondiale, est une sorte d'album solo virtuel. La maison de disques du groupe avait sans doute envie de faire rappeler aux fans que Pink Floyd, avant, c'était ça, et c'est ainsi que Works, constitué de 10 titres dont un inédit studio (mais pas live, le groupe l'ayant souvent joué en 1970/71) et d'un autre morceau qui se trouvait déjà sur A Collection Of Great Dance Songs, sera publié, sous une infâme pochette.

a89d4cebf912014d83ba8d8cb469498e

La réaction du groupe quand on lui montra Works...?

Vous avez remarqué, sans doute, que j'ai classé cette compilation dans la catégorie des coups de gueules et ratages. Pas à cause de la musique qui est dessus, mais à cause du principe même d'avoir publié Works. Et aussi pour le choix de certains des titres, il est vrai. Bref, un vrai coup de gueule de ma part, concernant cette compilation heureusement difficile à trouver dans le commerce à l'heure actuelle, car non rééditée officiellement par le groupe et son management. En une quarantaine de minutes, Works propose un peu de tout, sauf de la période 1975/1979 (et, évidemment, rien de The Final Cut). On a quelques morceaux essentiels, le genre de morceaux que l'on s'attendrait à retrouver sur n'importe quelle compilation digne de ce nom (d'ailleurs, deux de ces morceaux étaient déjà sur Relics, et quatre d'entre eux seront sur Echoes : The Best Of Pink Floyd, la compilation officielle de 2001). One Of These Days (qui ouvrait déjà A Collection Of Great Dance Songs) ouvre le bal. Ce morceau issu de Meddle, instrumental, est saisissant, inutile de revenir là-dessus. Inutile aussi de revenir sur le morceau suivant, Arnold Layne, un des deux titres, ici, de la période Syd Barrett, chanson géniale sur un travesti. On passe à Fearless, chanson issue de Meddle, une chanson sublime, essentiellement acoustique, et qui constitue une des rares bonnes surprises de cette compilation bâtarde de 1983, donc. La face A se terminait par les deux derniers titres de The Dark Side Of The Moon : Brain Damage et Eclipse, qui sont indissociables, en même temps. Set The Controls For The Heart Of The Sun ouvrait la seconde, suivi par See Emily Play, dernier titre de Works chanté par Syd. Et c'est là que la compilation devient étrange, car voilà-t-y pas qu'on trouve, ensuite, Several Species Of Small Furry Animals Gathered Together In A Cave And Grooving With A Pict, morceau issu d'Ummagumma, pièce solo de Waters constituée de bruitages bestiaux et bizarres et d'un Waters allumé braillant, dans un écho retentissant, quelque chose d'incompréhensible avec un horrible accent écossait à couper à la débroussailleuse. Un morceau au titre interminable, morceau amusant, certes, mais, euh, comment dire...? Le trouver sur une compilation est vraiment incongru. Vous imaginez une compilation floydienne avec ce titre ? Ceux qui ont eu l'idée de Works l'ont fait, et ils n'auraient pas du ! Il y à tellement de grandes chansons méconnues à mettre à la place, comme Fat Old Sun, Cymbaline, Remember A Day ou, je ne sais pas, moi, Point Me At The Sky, chanson jamais mise en album et rarement jouée live. On passe ensuite à Free Four, chanson issue d'Obscured By Clouds (album de la bande-son du film La Vallée de Barbet Schroeder), chanson qu'avant je n'aimais pas, et maintenant, c'est tout le contraire (cette guitare...). Sortie en single, elle fera un bide, l'album et le film lui-même ne seront pas de francs succès, mais je suis un fan inconditionnel de l'album, mon préféré (si, si !) du groupe. Bref, je ne conteste pas la présence de Free Four ici, même si je peux comprendre qu'on le fasse. Personne, en revanche, ne conteste la présence du dernier titre de la compilation : Embryo. Ce morceau datant de 1968 (le groupe le jouera à la BBC cette année-là) a souvent été joué live (dans des versions allant entre 10 et 20 minutes, si ce n'est, des fois, plus !) entre 1970 et 1971, et n'aura jamais, jamais, été placé sur un album studio officiel (ni sur aucun album officiel, d'ailleurs : aucune version live n'existe officiellement, toutes sont sur des bootlegs). Un morceau, pourtant, grandiose sur un foetus en attente de naissance, et espérant bientôt sortir du ventre de sa mère. En live, Gilmour expérimentera souvent, ce qui occasionnera le fameux son de sirène, ou de baleine, qui sera, dès 1971, utilisé pour Echoes, et qui fut trouvé accidentellement au cours d'une interprétation live d'Embryo.

BC

Pour finir, Works est donc une compilation inutile, malgré la présence d'Embryo et de quelques chansons tout simplement tuantes (Fearless, Set The Controls For The Heart Of The Sun, One Of These Days, les deux chansons de Syd, Brain Damage, Free Four, bref, de quasiment tout le programme !). Si vous aimez le Floyd, je veux dire, si vous aimez vraiment ce groupe, vous devez déjà avoir chez vous, en CD ou vinyle (ou dans les deux formats), les albums sur lesquels se trouvent 90% de ces titres, et je ne vais pas vous conseiller d'acheter cette compilation uniquement pour Embryo, malgré que ce morceau soit immense. Si vous ne connaissez pas vraiment le groupe et hésitez à prendre de leurs albums, prenez la compilation de 2001, citée plus haut. Dans tous les cas, Works est à oublier, et le fait que cette compilation n'a pas été reconnue par le groupe et n'a pas été rééditée depuis 1990 (à cette époque, les albums du groupe n'avaient pas encore tous été édités officiellement en CD, d'ailleurs !) en dit, d'ailleurs, long sur la question. La présence d'un inédit majeur n'excuse pas tout. Works ne sert à rien.

FACE A

One Of These Days

Arnold Layne

Fearless

Brain Damage

Eclipse

FACE B

Set The Controls For The Heart Of The Sun

See Emily Play

Several Species Of Small Furry Animals Gathered Together In A Cave And Grooving With A Pict

Free Four

Embryo