NO

On peut parler de chef d'oeuvre ? Oui, je crois. Unique album du groupe à paraître sous une pochette photographique (les représentant, je précise), en l'occurrence une pochette de papier calque avec quatre photos individuelles (pour le CD), ce qui permet de changer le visuel de recto comme on le veut, cet album est le troisième opus studio de New Order. New Order ? Groupe britannique de new-wave fondé en 1980 sur les cendres encore fumantes de Joy Division, ce fameux groupe dont le chanteur, Ian Curtis, s'est donné la mort par pendaison, en 1980, peu avant la sortie du deuxième et ultime album du groupe, Closer. Les trois autres membres, qui sont le guitariste Bernard Albrecht, le bassiste Peter Hook et le batteur Stephen Morris (sur le visuel plus haut), ont donc décidé de continuer, en formant un nouveau groupe, avec l'ajout de la claviériste Gillian Gilbert. Albrecht (alias Bernard Sumner) devient dès lors le chanteur. Ceremony, en 1981, sera le coup d'essai, en single, de New Order, suivi par l'album Movement, sur lequel la chanson (à la base enregistrée, en démo, par Joy Division) est royalement absente. Puis, en 1983, Power, Corruption & Lies (avec Age Of Consent) et le single hors-album Blue Monday, qui a révolutionné la future techno. Deux ans plus tard encore, en 1985 donc, New Order sort son troisième album, et c'est donc ce disque-ci, intitulé Low-Life. 41 minutes de pur triomphe de la volonté, un régal absolu de pop électro/new-wave. Par la suite, le groupe livrera encore d'autres bons disques, et surtout Technique en 1989, mais Low-Life est clairement le sommet du groupe.

NO2

Hook, Albrecht, Gilbert, Morris

Démarrant d'entrée de jeu par une chanson démentielle, l'album est de ceux qui, je le redis, forcent le respect. Bon, à la rigueur, la production est un peu faiblarde à l'heure actuelle, ou bien est-ce le CD qui n'a pas été bien remastérisé (le son est un peu fin, mais les autres albums de New Order de la même époque, et ceux de Joy Division, sonnent pareil ; la production est signée du groupe lui-même), mais ce défaut est bien le seul. A moins d'être totalement réfractaire au son new-wave des années 80, comment ne pas apprécier Low-Life ? La première chanson, Love Vigilantes, est un régal de pop électro à tendance un peu countrysante, au refrain simple mais imparable (I want to see my family, my wife and children, waiting for me), et augure de bien des plaisirs auditifs. Mais c'est dès le second titre, The Perfect Kiss, que ça démarre vraiment. Chanson qui, sur l'album, dure un peu moins de 5 minutes, mais dont une version longue de 8 minutes existe sur la compilation Substance 1987 de... 1987, c'est un des deux hits de l'album, et une chanson au rythme immensément entraînant, quasiment disco. This Time Of Night, qui suit, est, elle, de facture plus sombre, on croirait entendre une chanson de The Cure par moments (la guitare...), et cette comparaison n'est pas au déshonneur de la chanson, bien au contraire... Sans doute, au final, ma préférée de l'album. Sunrise, 6 minutes de tuerie, achève la face A, et la B, elle, s'ouvrait sur un morceau dont la version longue dure environ 17 minutes (la version studio, elle, en fait seulement 5) : Elegia. C'est un instrumental, le seul de l'album, et il a été dit et redit au moins un zilliard de fois depuis 1985 qu'il s'agissait d'un morceau en hommage à Ian Curtis, je ne ferai donc pas preuve d'originalité en le disant ici moi aussi. Impossible de ne rien ressentir (malaise, frissons, tristesse, mélancolie...) en l'écoutant, c'est beau à pleurer et très étrange. Sooner Than You Think, très pop, suit, on peut se dire que passer d'un instrumental funèbre à ce genre de morceau dansant est difficile, mais New Order s'en sort parfaitement. Excellente chanson, bien qu'étant probablement (il en faut une) la moins grandiose des 8 de l'album (ça n'enlève rien à la chanson, qui est géniale). Sub-Culture, autre single à hit, suit, c'est démentoïde au possible. Face Up achève l'album sur une mélodie qu'on n'oubliera que difficilement une fois l'album remis dans sa housse en plastique rigide (son boîtier, quoi). Je précise qu'une fois le premier morceau de l'album écouté, le petit défaut de Low-Life (la minceur de sa production, le rendu sonique) passe complètement à l'as, on l'a oublié, l'oreille s'étant habituée.

NO1

Les quatre photos individuelles de Low-Life

Bref, cet album est un régal, le meilleur album du groupe de Manchester, et un des meilleurs albums des années 80, rien que ça. 1985 n'est pas une année exceptionnelle (enfin, on a quand même Brothers In Arms, Rum, Sodomy & The Lash, Non Homologué, Live After Death, Hounds Of Love, Rain Dogs, Meat Is Murder, Rock'N'Roll Attitude, Steve McQueen, du beau linge, mais dans l'ensemble...), mais ce disque fait partie, aussi, des piliers musicaux de cette année, peut-être pas LE disque de 1985 (je pense que le Rum, Sodomy & The Lash des Pogues, qui est bien différent de lui en même temps, mérite ce titre), mais un des cinq meilleurs de l'année, c'est clair. Régal total de new-wave et d'électropop, quasiment parfait mis à part sa production un peu datée, constitué en totalité de chansons (et d'un instrumental) d'une perfection absolue, Low-Life est un essentiel. S'il ne vous fallait qu'un seul album de New Order...et de new-wave, c'est celui-ci !

FACE A

Love Vigilantes

The Perfect Kiss

This Time Of Night

Sunrise

FACE B

Elegia

Sooner Than You Think

Sub-Culture

Face Up