the doors

Selon la légende - laquelle est vérifiée par les commentaires des trois autres membres des Doors et de l'ingénieur du son Bruce Botnick, dans le livret du boîtier de ce live -, James Douglas Jim Morrison était totalement dé-chi- le soir de ce concert, le 10 avril 1970, au Boston Arena de... Boston, Massachussets.

Ce live est sorti en album en 2007 sous la forme d'un triple CD (le dernier disque est considérablement plus court que les deux autres : il fait dans les 36 minutes, contre plus de 70 minutes par tête de pipe pour les deux autres disques ; total du live, à peu près 3 heures de musique), et comme on pouvait s'y attendre d'un album live enregistré à Boston, il porte le nom sadiquement banal de Live In Boston. La pochette de l'album aussi est banale, et fait très bootleg (or, ce live est tout ce qu'il y à de plus officiel) : une reproduction d'une affiche promotionnelle du soir du concert, soir au cours duquel les Portes ont donné deux shows au Boston Arena. Le premier show est sur le premier disque, et le second, plus long (en tout cas, on a plus de choses le concernant), sur les deux autres disques. Le premier show était-t-il vraiment plus court que l'autre, ou bien tout n'a pas été enregistré (ou des morceaux n'étaient pas convaincants sur bande, ou les bandes avaient morflé) ? Je ne sais pas. Toujours est-il que ce live est triple, et que, des deux shows, le plus long est le second, et de loin : quasiment deux heures. Pendant les trois heures (en deux shows, donc ; OK, j'arrête), on ne peut qu'admirer les trois membres du groupe derrière Morrison : le guitariste Robbie Krieger, le claviériste Ray Manzarek (mort il y à un an et demi) et le batteur John Densmore. Vu l'état d'ébriété avancé de leur frontman, qui passe assez rapidement du coq à l'âne, d'une chanson à l'autre, qui les interrompt, harangue la foule et, d'une manière générale, défonce les classiques doorsiens comme on le ferait d'une porte, le simple fait de tout simplement parvenir à maintenir la cadence est un exploit. D'autant qu'ils devaient être un peu high, eux aussi. Y'a pas d'raison.

Inside 4

Rempli à la pelleteuse de petits morceaux non-musicaux de quelques petites secondes et sans intérêt, comme les deux Start, Adolf Hitler, More, More, More ! (et les trois qui suivent) ou Wait A Minute !, Live In Boston n'offre, en réalité, tout compte fait, sur les 46 titres qu'il contient, que 24 vraies chansons (Wake Up ! est incluse dedans, mais ni Away In India, ni les bribes de morceaux présentes dans le medley du troisième disque, medley centré autour de Light My Fire, et constitué de six plages audio). Mais aucun vrai remplissage ici, sauf Power Turned Off, 9 minutes de bruit de foule avec un peu de la voix de Morrison ; ce dernier morceau du live est le moment où le courant fut coupé, dans l'Arena, manière un peu radicale, sans doute, de dire que le spectacle était fini...

Musicalement, comme je l'ai dit, les Doors tentent le plus souvent (et ils y parviennent admirablement) de suivre un Morrison totalement torché, et qui devait probablement continuer de se biturer sur scène entre deux chansons. Malgré l'état de leur chanteur et l'ambiance quelque peu alcoolique de l'ensemble, Live In Boston, tout du long de ses trois disques, offre de grands moments : Roadhouse Blues (surtout la seconde version, mais la première, précédée d'une intro du nom de Roadhouse Moan, vaut le coup aussi dans son genre), Light My Fire, Break On Through (To The Other Side) (bien destroy, celle-là !), Ship Of Fools, The Spy (rarement jouées, je crois), deux versions totalement monstrueuses de Five To One, et deux versions étendues (14 minutes chacune) de When The Music's Over, la seconde est la plus réussie, la plus maîtrisée (sur la première, Morrison s'interrompt parfois pour parler à la foule, etc...et semble sur Mars plutôt qu'à Boston). D'une manière générale, le second show semble plus abouti, malgré un Morrison plus imbibé que sur le premier (logique, il a eu le temps de boire un peu plus d'alcool entre temps).

hqdefault

On trouve quelques reprises ici, comme Crossroads, Mystery Train, des bribes (rapides !) de Summertime et Fever au milieu du medley Light My Fire (deuxième show), plus les reprises issues des albums (toutes deux du premier, The Doors, 1967), ces Back Door Man et Alabama Song (Whiskey Bar). On trouve même une curiosité, en fin de concert : Been Down So Long, morceau que le groupe n'enregistrera, en studio, que pour l'album suivant (et dernier avec Morrison), L.A. Woman en 1970 (au moment de faire ces concerts bostoniens, le groupe est en promotion de leur album de 1970 Morrison Hotel). Longue de 6 minutes, située juste avant les interminables 9 minutes de Power Turned Off qui achèvent le dernier disque, cette version de Been Down So Long est embryonnaire, on note des différences avec la future version studio (pas les mêmes arrangements ; la version live est plus rock). Surtout, comme Morrison le dit juste avant, il y à une particularité : Robbie Krieger, le guitariste, y tient la basse, et Ray Manzarek, le claviériste, y tient la guitare électrique ! En revanche, contrairement à ce que dit Morrison en riant, il ne chante pas avec son cul, mais bien avec sa bouche (les détracteurs diront que la différence ne se serait pas faite sentir, le cas échéant) ! Un des meilleurs moments d'un triple live assez chaotique, mais qui, quand il est bon, l'est vraiment. Mine de rien, en live des Doors, je préfère celui du Hollywood Bowl de 1968...

CD 1

Start

All Right, All Right, All Right

Roadhouse Moan

Roadhouse Blues

Ship Of Fools

Alabama Song (Whiskey Bar)

Back Door Man

Five To One

When The Music's Over

Rock Me

Mystery Train

Away In India

Crossroads

Prelude To "Wake Up !"

Wake Up !

Light My Fire

CD 2

Start

Break On Through (To The Other Side)

I Believe In Democracy

When The Music's Over

Roadhouse Blues

The Spy

Alabama Song (Whiskey Bar)

Back Door Man

Five To One

Astrology Rap

Build Me A Woman

You Make Me Real

Wait A Minute !

Mystery Train

Away In India

Crossroads

CD 3

Band Intro's

Adolf Hitler

Light My Fire

Fever

Summertime

St. James Infirmary Blues

Graveyard Poem

Light My Fire (Reprise)

More, More, More !

Ladies & Gentlemen

We Can't Instigate

They Want More

Been Down So Long

Power Turned Off