PH1

Peter Hammill n'avait sans doute pas en tête l'idée de faire un chef d'oeuvre quand il est entré en studio, en fin d'année 1974, pour accoucher de cet album, mais au final, c'est bel et bien ce qu'il a fait. Et attention, je n'exagère pas : ce disque est bel et bien un chef d'oeuvre. Considéré par Hammill lui-même comme un de ses deux albums de chansons pop avec Fool's Mate (qui fut son premier opus solo, après avoir mis en pause son groupe Van Der Graaf Generator, qui reprendra du service en 1975 avec Godbluff), cet album, qui s'appelle Nadir's Big Chance, est, paradoxalement à cela, et malgré qu'il contienne des chansons plutôt courtes (les plus longues font 5 et 6,20 minutes), un disque peu facile d'accès, assez peu consensuel, assez recherché. C'est aussi et surtout une sorte de concept-album dans lequel Hammill (chant, guitare, basse, claviers) se renomme Rikki Nadir. Ce Rikki Nadir est une rock-star en pleine ascension et chute, un jeunot sous influence probable du Ziggy Stardust de Bowie (personnage et album cultes ayant déjà quelque peu inspiré T-Rex en 1974 via leur album Zinc Alloy And The Hidden Riders Of Tomorrow). Nadir ne tiendra que le temps de cet album culte sorti en 1975, mais quelques années plus tard, Hammill sortira un single, The Polaroid, qu'il publiera sous le nom de Rikki Nadir. Nadir's Big Chance, sous sa pochette photographique qui n'est pas sans rappeler celle du Exile On Main St. des Rolling Stones (décidément, les plus belles influences rôdent !), est, aussi et surtout, un disque qualifié de fer de lance de la future génération punk. John Lydon (alias Johnny Rotten), chanteur des Sex Pistols puis de Public Image Limited, ne tarira pas d'éloges sur l'album et Peter Hammill, et interprètera deux des titres de l'album en live au cours d'une émission de radio en 1977, pour Capitol (les deuxième et troisième titres de l'album). Le son même de l'album est assez punk avant l'heure, et, en tout cas, plus rock que de coutume.

PH2

Oui, cet album est le disque furax et sans concessions d'un artiste ayant cependant déjà livré des albums radicaux comme le monumental (ça reste, selon moi, son meilleur album, Nadir's Big Chance venant tout juste derrière) The Silent Corner And The Empty Stage de 1974. Ou Pawn Hearts et Godbluff par Van Der Graaf Generator. Ou Over (1976). Ou The Future Now (1978) et sa pochette représentant un Hammill à moiti barbu et à moitié glabre. Le son est parfois tellement rock, tellement jusquauboutiste (et il faut rajouter à cela les saxophones de David Jackson, de Van Der Graaf Generator, car, de même que pas mal d'autres albums solo de Hammill de l'époque, le disque a été enregistré avec VDGG au complet ; les deux autres sont le batteur Guy Evans et le claviériste Hugh Banton), que la voix en est sous-mixée dans les chansons nerveuses et rock : Nadir's Big Chance, le très punk Birthday Special ou Two Or Three Spectres, morceau composé à partir de la basse (ce qui se ressent). A côté, sachant varier les plaisirs, l'album offre aussi de beaux moments de calme : Been Alone So Long est à pleurer tellement c'est beau, Pompeii est sublime aussi... En tout et pour tout, Nadir's Big Chance dure la bagatelle de 47 minutes, soit une durée assez généreuse, plus longue que la moyenne des durées des albums de l'époque (qui était de 37/42 minutes, et comme je l'ai dit plus haut, le morceau le plus long, Two Or Three Spectres, dure à peine 6 minutes, ce qui change des morceaux très longs (pour 50 minutes, il n'y en avait que 7 sur l'album !) de The Silent Corner And The Empty Stage.

PH3

Album féroce et rock sur une pop-star en devenir, sorte de récréation pour un Peter Hammill qui laisse ici de côté, le temps d'un disque, les climats progressifs et art-rock de ses précédents opus et de Van Der Graaf Generator, et album punk avant l'heure (le terme 'punk' se trouve dans les notes de pochette de l'époque ; dans le Oxford English Dictionary, la première utilisation, en Angleterre, de ce terme est créditée à janvier 1976 - pour les USA, ça remonte à plus loin, 1971 -, mais l'album de Peter Hammill est sorti en février 1975, inutile de dire que Hammill revendique le fait d'avoir été le premier musicien britannique à faire allusion à ce terme sur un de ses albums). Nadir's Big Chance, sorte d'album conceptuel proto-punk, est une bombe atomique, à peine surpassé, dans la discographie, solo et avec VDGG, de Hammill, par The Silent Corner And The Empty Stage, mais vraiment à peine surpassé par lui ; en fait, pour faire large, les deux albums sont du même niveau, ils sont juste très différents : si ce n'est la voix très identifiable du Hendrix vocal, difficile de se dire que c'est le même artiste, et dans un laps de temps proche, qui a signé les deux albums !

FACE A

Nadir's Big Chance

The Institute Of Mental Health, Burning

Open Your Eyes

Nobody's Business

Been Alone So Long

Pompeii

FACE B

Shingle Song

Airport

People You Were Going To

Birthday Special

Two Or Three Spectres