Badfinger-Ass-111607

Revoilà les Badfinger sur le blog. Après Magic Christian Music, après No Dice, après Badfinger, voici... Ass. Un titre d'album assez étrange ("cul") et une pochette d'album qui ne l'est pas moins : en plus de couleurs assez criardes, on y voit un âne observant une gigantesque carotte, dans le lointain, brandie devant lui. A l'intérieur, deux photos identiques d'un âne en train de braire (et l'air pas spécialement content). Badfinger, on le rappelle, était un groupe de rock britannique. Et les protégés, enfin plus ou moins, des Beatles, qui les avaient signés sur leur label Apple Records en 1970. Leur premier opus, Magic Christian Music, en grande partie la bande-son d'un film aujourd'hui (justement) oublié, contenait notamment le hit Come And Get It, composé par... Paul McCartney. Les Mauvais Doigts ont joué sur l'album Imagine de John Lennon, ont participé, en accompagnateurs, aux concerts donnés par George Harrison pour le Bangladesh... et ont sorti leurs propres albums, sur Apple, entre 1970 et 1974. Avant de partir, lassés par l'attitude de leur maison de disques (qui partait à vau-l'eau, en même temps), en 1974 aussi, et signer sur Warner, avec l'album Badfinger (et, ensuite, un autre album, en 1975, Wish You Were Here, sorti la même année qu'un album de Pink Floyd du même nom ; puis Pete Ham, guitariste, se suicidera, et dans les années 80, c'est Tommy 'Badfinger' Ham, le bassiste, qui fera de même). 1974 est l'année de sortie de l'album Badfinger, le premier sur Warner (très très bon album, mais bide commercial). C'est aussi l'année de sortie, juste avant (très peu de temps avant, en fait) de cet album au nom si rigolo, Ass. Qui sera le dernier opus de Badfinger sur Apple, et le dernier album, chronologiquement, qui est aujourd'hui facilement trouvable (les albums de la période Apple ont été réédités en 2010, pas les albums faits ensuite).

zap_badfinger

La pochette dit tout sur ce que le groupe pensait d'Apple à l'époque : on nous a menés comme des ânes avec une carotte et un bâton. Ambiance. Un des membres du groupe, par la suite, dira que les titres des trois derniers albums du groupe sur Apple résumaient tout, mis bout à bout : No Dice, Straight Up (your) Ass. Soit : 'pas moyen, direct dans (ton) cul'. Bien vu. Bon, allez, musicalement, ce quatrième opus de Badfinger, le successeur du très réussi (et au fort succès commercial, leur plus grand) Straight Up, il vaut quoi ? Sincèrement, c'est du grand art. Disque plutôt court (dans les 35 minutes), Ass n'a de douteux que son titre vulgaire et sa pochette criarde et vache (malgré l'âne...désolé). Possédant en son sein le tout dernier single d'Apple en dehors de ceux des Beatles (qui, pour pas mal d'entre eux, comme Macca ou Harrison, n'étaient plus sur Apple en 1974, mais sur leurs propres labels (Harrison) ou sur Capitol (Macca), à savoir Apple Of My Eye au titre éloquent et à la beauté trouble, Ass offre une ribambelle de chansons vraiment remarquables, certaines très heavy. C'est un disque très rock. Icicles, Blind Owl, Constitution, Cowboy et, surtout, surtout, Timeless (monumental morceau final de plus de 7,30 minutes, une authentique tuerie dans le genre, quel final...) sont autant de chansons qui vous font vous dire que l'insuccès commercial dont fut victime cet album (car il sera un bide) est une injustice. Dire que très peu de temps après la sortie de cet album en sortira un autre, de Badfinger, qui marchera encore moins (et n'est pas moins bon que Ass), ça plus tout ce qui arrivera à Badfinger ensuite nous font vraiment dire que c'est un groupe maudit. Je ne vois aucune mauvaise chanson ici, aucune. Aucune ne me plaît moins que les autres ; mais Timeless, putain, je la classe n°1, carrément, pas seulement de l'album, mais du groupe. Devant Come And Get It, Apple Of My Eye ou Without You, cette merveille qui sera reprise par Mariah Connasse.

51btojEDBzL

Bref, Ass est un disque remarquable, sans doute pas un sommet absolu de rock mais un des meilleurs albums de Badfinger, groupe décidément et définitivement sous-estimé, et qui mérite amplement (ça tombe bien, leurs quatre premiers albums, jusqu'à celui-ci donc, ont été remarquablement bien réédités en 2010, le seul souci est le prix assez élevé, entre 16 et 22 €, qu'ils se trimbalent comme des casseroles au cul, et même remarque pour les albums des Beatles et de leurs carrières solo respectives) la (re)découverte. Si vous aimez le rock pur et dur, assez mélodique cependant (et ces voix !), et surtout le rock british et 70's, impossible de passer à côté. Oui, Ass est un disque qui troue le cul. On ne s'attend pas à une telle réussite (mais, là encore, je le redis : ce n'est pas non plus un sommet à la Exile On Main St. ou Physical Graffiti), pour tout dire, quand on regarde la pochette de l'album, qui fait sourire mais mérite bien le proverbe 'ne jugeons pas un livre sur sa couverture'. Excellent. Et Timeless, putain, Timeless...

FACE A

Apple Of My Eye

Get Away

Icicles

The Winner

Blind Owl

FACE B

Constitution

When I Say

Cowboy

I Can Love You

Timeless