ML1

En 1978, Marvin Gaye sort Here, My Dear, un double album (tout tient sur un simple CD désormais) remarquable, mais ayant été, pour le moins, très très mal accueilli à sa sortie. Marvin y parle en effet, avec amertume et pas mal de franchise, de la fin de son mariage avec Anna, soeur du patron de la Motown (maison de disques soul/r'n'b/funk chez qui Marvin sortait ses albums depuis le début), Berry Gordy. Le couple, marié depuis les années 60, avait divorcé en 1975, et Marvin avait du mal à payer les pensions alimentaires, Anna lui avait donc intenté un procès, et il a été décidé, à l'amiable (tu parles...), qu'Anna toucherait la moitié des royalties du prochain album de Gaye (qu'il restait à faire, d'ailleurs). Avec pour but de faire un disque alimentaire sans grand intérêt, juste un disque de plus fait à la va-vite afin de règler le contentieux au plus vite, Marvin se surprend à composer une quinzaine de titres qui, réunis, formeront un double album fielleux (et musicalement sublime), cet Here, My Dear, donc. Anna ne sera pas contente du tout de découvrir que Marvin déballe leur linge sale en public, et de découvrir que c'est sur un album qui la défonce qu'elle va toucher des dividendes. Le public n'apprécie pas non plus le disque, qui peine à décoller dans les charts, est jugé trop complexe, personnel, le temps n'est pas encore à ce genre d'albums. La presse st unanime : elle n'aime pas non plus l'album, ce qui ne l'aide pas à se vendre. Et la Motown non plus n'aime pas (Berry Gordy ne pouvait pas vraiment aimer un album qui casse à ce point sa soeur !). Marvin refuse de le promouvoir, enragé par tant de refus de la part des autres. Il est alors dans une situation financière désastreuse, et son addiction à la came (cocaïne) est assez lourde. Il tentera, à Hawaï, en 1980, de faire un nouvel album, du nom de Love Man, mais ce dernier ne se fera pas, et Marvin, à la place, en fait un autre, In Our Lifetime, en 1981, qui est pas mal, mais ne se vendra pas bien.

ML2

Marvin est de plus en plus dans la daube. Il faut se ressaisir. Il quitte la Motown, signe chez Columbia, et se barre, en exil à la Napoléon, en Belgique, à Ostende, afin d'y accoucher de son nouvel album, qui sortira en 1982, et s'appelle Midnight Love. Ce premier album chez Columbia sera aussi son dernier, car deux ans plus tard, la veille de son anniversaire, il meurt, tué d'un coup de feu, tiré par...son père, au cours d'une violente engueulade. On a connu des morts plus joyeuses que celle-là, mourir le jour de son anniversaire (ou presque), des mains de son pasteur de père... Et Marvin Gaye d'entrer dans la légende. D'autant plus qu'il y avait de l'espoir, Midnight Love ayant vraiment bien marché en 1982, grâce notamment à la présence d'un hit absolu, Sexual Healing. Cette chanson suave, douce, très sexy et sexuelle (et pour cause, vu le sujet !) fait partie des classiques de Marvin Gaye. En l'entendant, nul doute que Berry Gordy a du se dire et c'est après avoir quitté ma maison de disques qu'il a sorti une telle chanson..., et il aura eu raison de se dire ça, si c'est le cas. Bien que jugé arrogant, sûr de lui et très commercial et pop à sa sortie, Midnight Love est un disque de renaissance, pour Gaye (qui, ici, joue bien souvent de tous les instruments, guitares exceptées), Gaye renoue avec le succès, et même si aucune chanson, ici, c'est aussi mythique que Sexual Healing, il faut reconnaître que l'album, tout du long de ses 39 minutes (et 8 chansons), est d'un excellent niveau ; commercial, certes, mais d'un niveau supérieur à In Our Lifetime, l'album précédent, qui était quand même pas mal. Ici, notamment, Joy, My Love Is Waiting, Midnight Lady, le funky Rockin' After Midnight, assurent. La production est terrible (l'album a été enregistré près d'Ostende, en Belgique, donc, mais il sonne comme s'il avait été fait à Hitsville U.S.A., autrement dit, chez la Motown), Marvin est en forme, semble renaître de ses cendres...

ML3

Bien que très commercial et dans l'ère de son temps (les rythmiques), bien que pouvant pas être comparé aux chefs d'oeuvres de l'ère 1971/1978, Midnight Love est un excellent album. L'album plaira aux amateurs de soul, et aux fans de Marvin Gaye, et il a permis à Marvin de renouer avec le succès, après plusieurs déconvenues (deux albums mal accueillis dont un chef d'oeuvre reconnu sur le tard, et un autre avorté alors même qu'il en avait imaginé jusqu'à la pochette, ce Love Man). On ne peut pas dire que c'est son meilleur album, clairement pas, mais ce qui est sûr, c'est qu'on a connu pire, comme dernier album, même si rien, évidemment, ne pouvait laisser présager de ce sinistre et tragique fait divers survenu deux ans plus tard environ. De même qu'il faut voir le Double Fantasy de John Lennon comme le point de départ d'un renouveau artistique avorté en raison de son assassinat par Chapman (et non pas comme le point final forcé de sa carrière), il faut voir Midnight Love comme le nouveau point de départ de Gaye, bien décidé à revenir à bloc, chez un autre label (et pas n'importe lequel, Columbia, quand même !), après plusieurs échecs et désillusions. Assez dénigré par la suite en raison de son côté trop facile, cet album ne mérite que du respect, car c'est vraiment un très bon cru.

FACE A

Midnight Lady

Sexual Healing

Rockin' After Midnight

'Til Tomorrow

FACE B

Turn On Some Music

Third World Girl

Joy

My Love Is Waiting