MTV

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Bob Dylan n'aura que rarement eu du bol avec ses albums live. Si son premier live (Before The Flood, double, en 1974, en collaboration avec The Band) est grandiose et son deuxième (Hard Rain, simple, en 1976) très très très bon, la suite ne sera que décevante. Oui, bon, OK, j'avoue sans honte, j'aime beaucoup At Budokan (1978), même si ce double album généralement haï et méprisé par la critique et les fans offre quelques passages vraiment embarrassants (Dylan, sur ce live, s'est amusé à réarranger, parfois très étrangement, ses classiques : Love Minus Zero/No Limit en version sautillante et pop, Shelter From The Storm en reggae lo-fi - une trouvaille - , Mr. Tambourine Man en lounge...). Mais le reste... Real Live (1984, je crois, ou 1983) est épouvantable, et ne parlons pas du live fait avec le Grateful Dead en 1989, Dylan & The Dead, c'est à faire transfomer une maternité en centre d'avortement (si, c'est à ce point-là). En 1995, Robert Zimmerman est à son tour victime de la mode : deux ans après Neil Young, un an après Eric Clapton et Nirvana, un an avant Alice In Chains, le Barde nouslivre un album live enregistré en acoustique pour la fameuse série des MTV Unplugged. Comme de bien entendu, le titre du live est à la hauteur des espérances dans la catégorie surtout, ne nous faisons pas chier la teub à trouver un titre original : il s'appelle MTV Unplugged. Oui, il n'a pas été dans la rue du Cherche-Midi à 14h, le mec (humour). Ce live offre 12 titres, pour un peu moins de 70 minutes, et parmi ces 12 titres, deux sont des raretés dylaniennes (jamais placées sur un album studio officiel) et trois (dont une des deux raretés) proviennent d'une autre décennie que les années 60. La pochette est d'une laideur à faire peur à un croquemitaine confirmé, et allez savoir pourquoi, il y à les paroles dans le livret dépliant (de même que les livrets de Hard Rain et At Budokan possèdent les paroles, alors que les livrets des albums studio ne les possèdent jamais, chez Dylan), ce qui est peu courant pour un live...

MTV3

J'ai commencé par dire à quel point Dylan navait pas eu de bol avec ses lives, car il est vrai que beaucoup d'entre eux craignent un max. C'est, hélas, encore une fois le cas avec MTV Unplugged. Je ne sais pas si c'est le pire live de la série des Unplugged de MTV, et même si ce n'est pas le pire live du Barde, c'est tout de même, reconnaissons-le sans honte, un mauvais live (lequel existe aussi en DVD, comme souvent avec les lives de cette série). A l'époque dans une mauvaise période (ses albums du début des années 90, World Gone Wrong notamment, ne sont pas bons ; le dernier bon opus de Dylan, à l'époque, est Oh Mercy, de 1989, par ailleurs l'album le plus récent qu'il aborde dans sa setlist du concert, et avant Oh Mercy, ce fut Infidels (1983) qui valait le coup, dans les albums faits après l'Âge d'Or 1963/1979), Dylan est entouré de musiciens certes compétents, mais sans plus, ils délivrent la cargaison en [mode débranché], mais sans plus. Deux ans après ce live, Dylan mettra tout le monde d'accord avec un chef d'oeuvre absolu, total, Time Out Of Mind (produit par Daniel Lanois, comme le fut Oh Mercy), mais en attendant, il fallait se le fader, ce live raté. Les deux raretés que Dylan aborde sont Dignity (issu des sessions d'Oh Mercy, et que Dylan ne commercialisera qu'en 1994 sur un best-of) et John Brown (bien plus ancien, années 60, début de carrière). Dignity est une bonne chanson, dans l'ensemble. Les autres titres que Dylan joue ici sont tous parmi ses sommets (Shooting Star, d'Oh Mercy, n'était peut-être pas aussi quintessentiel que les autres en 1995, mais c'est une grande chanson tout de même), citons Love Minus Zero/No Limit, Like A Rolling Stone, Knockin' On Heaven's Door, All Along The Watchtower, The Times They Are A-Changin', Desolation Row...

MTV2

Hélas, ces versions acoustiques ne sont pas convaincantes. Faut dire aussi que Dylan, surtout pendant la période abordée par ce live, était majoritairement acoustique en règle générale, quelle est la différence entre cette version unplugged de With God On Our Side et celle de l'album studio (The Times They Are A-Changin', 1963) sur lequel on la trouve ? Un album acoustique par un artiste qui n'a pas attendu la mode de l'unplugged pour en faire (pas tout le temps, mais quand même), c'est un peu l'hosto qui se fout de la charité. En plus, Dylan ne semble pas très inspiré, a apparemment refait des voix par la suite en studio (sur John Brown, notamment, ça semble évident), est dans une période pas tzarrible pour lui, et il a omis pas mal de ses classiques, comment faire un concert de Dylan sans I Shall Be Released, I Want You, Blowin' In The Wind ? Sans parler, tudieu, de All I Really Want To Do ou A Hard Rain's A-Gonna Fall, ni, bordel de merde, de Forever Young ou bien, chierie de pute, de Mr. Tambourine Man ? Comment parvenir à choisir d'interpréter With God On Our Side, John Brown ou Tombstone Blues (par ailleurs une excellente chanson, je ne dis pas le contraire) à la place de certaines des chansons que je viens de citer ? Oh, Bob, j'te cause ! Bref, MTV Unplugged est une grosse déception, et un disque inutile et vain, à ne réserver qu'aux fans acharnés du Zimm', et encore, uniquement une fois que les albums les plus recommandés de sa discographie auront été écoutés et épuisés par leurs soins. Rââh, j'ai même pas envie de mettre un clip, tiens, pour la peine.

Tombstone Blues

Shooting Star

All Along The Watchtower

The Times They Are A-Changin'

John Brown

Desolation Row

Rainy Day Women #12 & 35

Love Minus Zero/No Limit

Dignity

Knockin' On Heaven's Door

Like A Rolling Stone

With God On Our Side