f0089299_0504439

Sorti en 2008, 22 Dreams est le neuvième album solo de Paul Weller. Paul Weller, ou le mec adulé dans son pays, l'angleterre mais hélas peu connu en france sauf des connaisseurs. Pourtant le mec a tout pour lui: une bonne bouille d'anglais à la liam gallagher, miles kane, beatles etc, une voix facilement reconnaissable, et surtout un sens du songwriting digne d'un ray davies. Avec son groupe The Jam, fondé en 1972, il devient l'une des figures majeurs de la scène punk de la fin des années 70, ainsi que de ce qu'on appelera le style "mod- revival" (Weller est d'ailleurs surnommé le modfather). Le groupe sortira six albums, dont le sublime Setting Sons et les non moins réussis In The City et Sound Affects, puis se séparera, Weller voulant passer à autre chose. Il  formera un nouveau groupe, The Style Council, qui durera de 1983 à 1990, et qui contrairement aux Jam ne parviendra pas à étendre sa popularité au delà de l'angleterre. Dès lors, Weller se lancera dans une carrière solo de très bonne facture, avec entre autre un premier album éponyme pas grandiose mais plus que recommandable. En revanche on oubliera gentiment Studio 150, album de reprise pas dégueu mais franchement fade.

Paul+Weller+1194487354_f

En 2008 donc, Weller a cinquante ans, et derrière lui il a un statut d'artiste culte dans son pays, une carrière quasi- parfaite avec les jams, et une discographie solo comprenant elle aussi son lot de pépite (il faudrait d'ailleurs que je songe à écouter Illuminations). Weller n'a plu rien à prouver depuis fort longtemps et pourtant il va réussir un coup de maître en sortant ce 22 Dreams: 21 chansons, 69 minutes, pour un disque comptant sûrement parmi les meilleurs des années 2000. Déjà, premier point positif: la pochette est sublime. Elle représente un parc (un jardin?), verdoyant, avec au premier plan une cloture ouverte tapissée de fleurs. Plus loin dans la pochette, on voit des maisons, un lac et des arbres. Une pochette qui semble traduire une certaine sérénité. Parmi les musiciens qui ont participés à l'enregistrement de l'album on trouve pas mal de pointures: Tou d'abord Noel Gallagher, guitariste et principal compositeur du groupe Oasis, pour qui Weller a été une influence considérable, il y a ensuite graham Coxon, guitariste de Blur, et enfin le dernier et non des moindres, Bill Wyatt, ancien batteur du groupe Soft Machine, auteur en solo du sublime Rock Bottom. Bref du beau monde!

wellerMS2411_468x500

Et musicalement que vaut l'album? Ben je l'ai déjà dit, c'est l'un des meilleurs albums des années 2000. Voilà, voilà. Bon je ne citerai pas toutes les chansons les unes à la suite des autres, cela serait aussi fastidieux que rigoureusement inutile. Non, déjà je citerai God, chanson pas mauvaise, mais  pour moi il s'agit sans nul doute du canard boîteux de l'album, "le quasimodo de l'orchestre" pour citer un (court) extrait de la contrebasse de l'écrivain allemand patrick süskind. Mais bon je chipote un peu quand même, je le reconnais. Et à côté de ça on trouve un nombre hallucinant de merveilles: la chanson titre, Echoes Around The Sun et ses accents psychés, et même une pointe d'angoisse avec le remarquable 111. Mais la vraie force de cet album ce sont ses ballades, de vrais moments de grâce où la voix de Weller fait des merveilles: Night LightsInvisible, Have You Made Up Your Mind, sans oublier le délicat Lullaby Fur Kinder. Cette poignée de chansons suffisent à faire de ce 22 dreams un disque rigouresement essentiel, et aussi probablement l'album de l'année 2008 devant d'autres réussites comme Bleu Pétrole d'Alain Bashung, ou encore Attack & Release des Black Keys.

SNF31BIZPW-280_497646a

Je ne remercierai sans doute jamais assez Leslie Barsonsec, chroniqueur occasionel du blog (il en ai d'ailleurs un peu le voulzy: ses articles sont rares mais toujours remarquables), d'avoir publié un article intitulé "le pire et le meilleur par groupes/ artistes", et sans laquelle je n'aurais à l'heure actuelle, peut être pas découvert les Jams et Paul Weller. Un grand merci donc à Leslie pour la découveete et à Weller pour avoir sorti un tel disque. Un disque qui met à genoux, littéralement et j'envie ceux qui ne l'ont pas encore dans un sens, car on en découvre pas tout les jours des disques comme celui- là... Par contre pour ce qui est de se le procurer, en magasin je ne sais pas si il est facilement dénichable, mais ur le net aucuns soucis!

Light Nights

22 Dreams

All I Wanna Do

Have You Made Up Your Mind

Empty Ring

Invisible

Song For Alice

Cold Moments

The Dark Pages Of September Lead To The New Leaves Of Spring

Black River

Why Walk When You Can Run

Push It Along

A Dream Reprise

Echoes Round The Sun

One Bright Star

Lullaby Fur Kinder

Where'er Ye Go

God

111

Sea Spray

Night Lights