BL1

Après la consécration des Victoires De La Musique en 2011 pour son album Causes Perdues Et Musique Tropicale (de 2010), Bernard Lavilliers se sera fait attendre. Faut dire qu'après un tel album (une vraie réussite de musique latino/africaine/tropicale et de chanson française, et des chansons aussi mémorables que Causes Perdues, Angola, L'Exilé, Coupeurs De Cannes et Identité Nationale), l'attente ne pouvait qu'être fébrile. Déjà que le précédent opus, avant ça, Samedi Soir A Beyrouth (très reggae), était sublime... Nanard a donc mis deux/trois ans avant de ressortir un album, et dès le jour de sa sortie (lundi 25 novembre dernier, lundi dernier, quoi), cet album, son vingtième opus studio, aura mis tout le monde d'accord : c'est, définitivement, un de ses meilleurs. Il porte le nom de la divinité vaudoue de la mort personnifiée, et s'intitule donc Baron Samedi. Il offre 10 titres, même si on le trouve essentiellement dans une édition double CD avec, sur le second disque, un morceau de 27 minutes intitulé Prose Du Transsibérien Et De La Petite Jehanne De France (une adaptation d'un texte de Blaise Cendrars). L'édition collector FNAC offre aussi un onzième titre à la fin du premier CD, La Complainte De Mackie, un morceau de Boris Vian à la base, qui fait passer le CD 1 à 43 minutes (au lieu d'une quarantaine). Une bonne partie de l'album a été produit, arrangé et joué par Romain Humeau, du groupe Eiffel (qui joue de pas mal d'instruments, quasiment de tout, sur les morceaux qu'il a produits). En résulte un ton plus sombre et traditionnel 'chanson' que latino/tropical. Autrement dit, Lavilliers semble revenir, avec ce nouvel album, à un style proche de ses premiers albums (d'avant O Gringo, 1980). Même si j'aime beaucoup-beaucoup-booooookou ce que Nanard a fait dans le registre latino/world (des chansons comme La Salsa, Les Mains D'Or, Angola, Fortalerza, Exil, faudrait être cinglé pour passer à coté), j'aime, je pense, encore plus Nanard quand il reste dans la chanson pure (ou bien dans un registre assez rock, mais ce n'est pas le cas ici, sur Baron Samedi), comme pour ses albums Les Barbares, Le Stéphanois, Pouvoirs...qui figurent tous parmi ses premiers.

BL2

Baron Samedi est un régal dans ce registre 'classique'. Oui, OK, Y'A Pas Qu'A New York est très remuante, salsa, pleine de cuivres et de groove latino, mais c'est l'exception qui confirme la règle (et une excellente chanson bien dansante, très agréable, bien que cela ne soit pas la meilleure de l'album). S'ouvrant sur le premier single promotionnel, Scorpion (une chanson mémorable d'entrée de jeu, ça augure de bien des plaisirs, pas vrai ?), une chanson très cynique sur la condition humaine et notre incroyable et admirable propension à nous auto-détruire et à nous entre-tuer, l'album aligne ensuite des perles comme sur un collier : Jack (sur le fameux serial-killer britannique ayant traumatisé Whitechapel, inutile de le nommer davantage, tout le monde le connait), la chanson-titre, Sans Fleurs Ni Couronnes, Vague A L'Ame (rien à voir avec la chanson du même nom qu'Higelin a fait en 1979), Villa Noailles, Vivre Encore... Bernard Lavilliers est en grande forme, rien à dire, et je plussoie totalement aux avis éclairés des critiques musicaux accueillant ce nouvel album comme étant un de ses meilleurs ; c'est clair, Baron Samedi fait partie, d'ores et déjà, des très grands Lavilliers, à ranger aux cotés de Pouvoirs, O Gringo, Le Stéphanois, If..., Causes Perdues Et Musique Tropicale et Etat D'Urgence. Il s'agit indéniablement de son meilleur depuis...le dernier en date, et s'il fallait passer outre le précédent opus, alors Baron Samedi est très vraisemblablement son meilleur album depuis 1988 et If..., lequel est, on le sait, un grand cru (et l'écrin du hit Onze Euros De Gaine...euh, je voulais dire On The Road Again - n'allez pas croire que je n'aime pas la chanson parce que je me moque de son titre, j'adore la chanson !).

BL3

Aucune mauvaise chanson au programme de ce disque, le bonus-track du premier CD (La Complainte De Mackie, dans une très belle version) est réussi, et le long (27 minutes) Prose Du Transsibérien Et De La Petite Jehanne De France, qui occupe tout l'autre CD (de bonus) est remarquable, même s'il faut quand même s'accrocher, le morceau est vraiment long (mais super bien foutu). Notons cependant un bémol : tout pourrait tenir sur un seul disque (qui serait long, dans les 70 minutes), alors pourquoi légèrement alourdir le prix de vente en proposant le bonus-track sur un autre disque ? Certes, ça distingue parfaitement l'album et son bonus, ça en fait deux entités viables et distinctes, et si on veut écouter l'album sans ce long morceau supplémentaire, on n'a pas besoin de stopper l'écoute après Villa Noailles (ou La Complainte De Mackie si vous avez pris l'édition vendue à la FNAC, car ce morceau ne se trouve pas forcément sur toutes les versions), mais tout de même, ça fait un tantinet vente forcée, des fois. Enfin, le prix de vente d'augmente que de 1 ou 2 euro, entre les éditions simples et collector (et je ne sais pas si on peut trouver Baron Samedi en CD simple, d'ailleurs), ce n'est donc pas si grave que ça. Reste que, pour finir, donc, je conseille ardemment ce nouvel album de Bernard Lavilliers. Si vous aimez ce chanteur, vous adorerez. Si vous ne connaissez pas encore, c'est parfait pour découvrir son univers. Un album tout simplement superbe.

Scorpion

Vivre Encore

Jack

Y'A Pas Qu'A New York

Sans Fleurs Ni Couronnes

Baron Samedi

Rest'Là Maloya

Tête Chargée

Vague A L'Ame

Villa Noailles

Bonus-track CD

La Complainte De Mackie

CD 2 (bonus-track)

Prose Du Transsibérien Et De La Petite Jehanne De France