man-is-not-a-bird-2131359233-1

Ne vous attendez pas à trouver 20 ou 30 exemplaires de cet album à la FNAC la plus proche de chez vous (ni même à la plus lointaine de chez vous) ; pour tout dire, j'ai une raison bien particulière de connaître, depuis très peu de temps, ce disque, et cette raison, la voici : un des membres du groupe est le fils de ma responsable au boulot ! Mais sachez que cette chronique (qui ne sera pas d'une longueur écrasante, je le précise) aurait été la même si j'étais tombé par hasard sur ce disque au lieu de me l'être fait prêter par ma chef. Cet album est court, et pour cause, c'est un EP, d'une petite vingtaine de minutes (19, pour tout dire), et offrant quatre morceaux allant entre presque 6 minutes pour le plus long à 3,30 minutes pour le plus court (5 minutes pour les autres). Restlessness est le titre de cet EP commercialisé sur les pages officielles du groupe, lequel groupe porte un nom bien étrange, Man Is Not A Bird. L'homme n'est pas un oiseau... Chouette programme ! Enregistré en 2012 si on en croit Internet (rien, en effet, sur la pochette, qui est d'une sobriété et simplicité éclatante, ne le dit), cet album est entièrement instrumental, et fait la part belle à de belles envolées guitaristiques qui, par moments, m'ont fait furieusement penser à du Radiohead période attention, j'm'énerve (ce qui, concernant Radiohead, veut tout dire, et je pense surtout au premier album, Pablo Honey), à du Muse, même. Mais en fait, c'est assez difficile de dire quelles sont les références !

578023_645561738811299_2029167985_n

Le groupe est constitué d'Adrien à la batterie, Julien à la basse, et de Valentin et Julian aux guitares. Selon leur site internet, leur musique est un croisement entre math-rock et post-rock. Le math-rock, personnellement, je ne suis pas très connaisseur (je ne connais que Foals, dans ce registre ; d'ailleurs, on peut citer sans problème, enfin je trouve, Foals dans les références, voulues ou accidentelles, de Man Is Not A Bird). Le post-rock, en revanche, je connais déjà un peu mieux (derniers albums de Talk Talk, mais aussi des groupes comme Godspeed ! You Black Emperor ou Sigur Ros), sans en être là aussi un connaisseur et fanatique. Pour en revenir à Restlessness, sous sa sublime pochette aux teintes pastel, il offre quatre morceaux (je n'utiliserai pas le terme 'chansons', il n'y à pas de paroles !) vraiment efficaces, aux accents variés ; Triumph Of Light Over Darkness, le troisième titre (et le plus court), est assez heavy par moments, de bons gros riffs, une ambiance plus que rock. Le reste est nettement plus calme, et reste assez longuement en tête (les changements de rythmes de Desire To Escape Problems, qui utilise bien sa durée de 5,50 minutes ; le dernier titre, Guardians Of The Trees, probablement celui qui m'a le plus scotché à la première écoute, et aussi à la seconde ; à noter que ces deux titres font intervenir des voix un peu étranges, en anglais, pas du chant, mais des samplages, je ne sais de quoi, d'ailleurs). L'ensemble de cet EP s'écoute comme une lettre recommandée avec accusé de réception, très vite donc, et avec un vrai plaisir. Il faut le dire, aussi, malgré le fait que Man Is Not A Bird, petite formation francilienne (parisienne, même), ne croule pas sous les moyens financiers les plus élevés, le son est franchement exceptionnel, cet EP est superbement bien produit dans l'ensemble (on a quand même deux-trois petites bourdes techniques, bien compréhensibles ; on pardonne à Ritchie Blackmore d'avoir planté un solo sur Highway Star sur le Made In Japan de Deep Purple, on pardonnera à des petits jeunes n'ayant pas le même statut de se plantouiller à un ou deux endroits). Je n'ai pas autant apprécié le second morceau, Bringer Of Rain And Seed, que les trois autres, mais dans l'ensemble, cet EP, que vous pouvez entendre en entier ci-dessous, est une belle petite réussite, et j'espère que Man Is Not A Bird se creusera rapidement un trou dans le paysage musical rock français.

Desire To Escape Problems

Bringer Of Rain And Seed

Triumph Of Light Over Darkness

Guardians Of The Trees