korn_korn

Nous sommes en 1994, Kurt Cobain est mort (au cas où vous ne le sauriez pas et que vous auriez passé plusieurs années sur une île déserte...) et un nouveau groupe apparaît, au nom complètement débile, donc Korn. Non, ce ne sera pas un groupe de pop (parce que pop "Korn" ! Ah ! Ah ! Oui, je sais, c'est nul...), mais un groupe bourrin qui annonce une nouvelle tendance à venir: l'arrivée du Nu Metal (en français, le "néo-metal") avec tout un tas de formations complètement nazebroques, entre autres, Limp Bizkit.

Toujours en 1994, Korn sort donc son tout premier album, sobrement intitulé "Korn", et qui est aussi, au cas où vous ne l'auriez pas deviné, un disque éponyme.
Cette première livraison remportera un vif succès, surtout chez les teenagers, ravis d'avoir trouvé un groupe rock à l'univers particulier. En effet, ce premier disque éponyme traite de la dépendance à la drogue et de la maltraitance des enfants.
D'ailleurs, la pochette du disque, qui est en réalité une photographie, montre une ombre (probablement celle d'un homme et donc d'un pédophile) près d'une balançoire sur laquelle est assise une fillette.

C'est une pochette choc et violente et qui ne peut laisser indifférent. Pour le reste, Korn premier du nom se divise en douze titres pour une durée de 65 minutes environ. Ce qui est assez long tout de même. En même temps, le dernier morceau, à savoir Daddy, s'étale sur une durée de plus de 12 minutes. Dès leur premier album, Korn apparaîtra comme un nouveau phénomène.
Il durera plus de 10 ans même si le groupe existe toujours aujourd'hui. Néanmoins, à l'heure actuelle, Korn fait partie des has-been, tout comme Marylin Manson, qui triomphera en son temps (et ce n'est pas si vieux, soit le milieu des années 90 jusqu'au milieu des années 2000).

C'est aussi ce premier disque qui popularisera la vague Nu Metal. Que les choses soient claires: je ne suis pas fan (mais alors, pas fan du tout) de Korn. Toutefois, je leur reconnais quelques bons albums, surtout les premiers, et quelques bons singles.
D'ailleurs, force est de constater que ce premier effort délivre largement la marchandise. Blind ouvre les hostilités: rageur, énervé et montant progressivement en puissance. C'est vraiment un premier titre efficace qui annonce également un groupe sombre et torturé.

En effet, sur ce titre (mais aussi sur l'intégralité de l'album), le chanteur, Jonathan Davis, nous fait part de ses tourments, de ses cicatrices et de ses traumatismes personnels. Contrairement à la majorité des groupes "néo-metal" qui viendront par la suite, Korn a du talent.
Certes, comme je l'ai déjà précisé, je ne suis vraiment pas fan de ce groupe. Mais encore une fois, je les préfère largement à Limp Bizkit et consors. Pour le reste, ce premier effort éponyme contient un grand nombre de classiques: Ball to tongue, Divine, Shoot and Ladders ou encore le dernier titre, donc Daddy, que j'ai déjà évoqué plus haut.
Au risque de me répéter, ce premier disque est vraiment intéressant et propose de très bonnes chansons. En résumé, pour le fan de Korn, c'est un disque absolument essentiel et à posséder de toute urgence ! Néanmoins, étant donné que je ne suis pas fan de Korn (bis repetita), je ne peux pas vraiment être objectif sur la qualité de cet album, toutefois plus que recommandable.

Liste des titres:

Blind
Ball Tongue
Need To
Clown
Divine
Faget
Shoots and ladders
Predictable
Fake Lies
Helmet in the bush
Daddy