Après avoir abordé la discographie d'Alice In Chains il y a quelques jours, je vous propose de découvrir celle de Jerry Cantrell, guitariste et second chanteur du groupe. Après la mort de Layne Staley, leader emblématique d'Alice In Chains, Jerry Cantrell a pris les choses en main et est devenu la voix principale du groupe de Seattle. Retour sur la discographie solo de ce musicien de génie.
En l'occurrence, cet article sera plutôt court puisque Jerry Cantrell n'a sorti que deux albums et demi ! Oui, vous avez bien lu, mais j'y reviendrai.

Boggy Depot (1998)

Boggy_Depot

Nous sommes en 1998. Le dernier album d'Alice In Chains remonte à 1995. Le leader du groupe, Layne Staley, est en mode fantômatique et semble avoir totalement disparu de la circulation. En effet, Layne Staley se débat toujours et encore avec ses problèmes de dépendance à la cocaïne et à l'héroïne. Quand Alice In Chains va-t-il effectuer son retour ?
Mystère... Même si la suite sera pour le moins tragique. Histoire de faire patienter les fans, Jerry Cantrell sort son tout premier album solo, donc Boggy Depot. Pourtant, le guitariste dément toute rumeur de séparation au sein d'Alice In Chains. Parallèlement, Jerry Cantrell souhaite sortir un disque très personnel et assez éloigné de l'univers sombre et mélancolique "d'Alice l'enchaînée". Finalement, Cantrell se retrouve le cul entre deux chaises.
Doit-il poursuivre sa carrière solo ou continuer l'aventure Alice In Chains ? Les singles Cut You In et My Song sont choisis pour représenter Boggy Depot. Ce premier effort sortira dans l'indifférence générale. Non pas que l'album soit mauvais, loin de là, mais les hésitations de Cantrell se font sérieusement sentir sur ce disque, néanmoins de qualité.
Au niveau de la tonalité, Boggy Depot hésite entre gros rock, des titres très mélancoliques (avec l'apport parfois d'un piano) et des morceaux typiques de la vague grunge. Jerry Cantrell a beau clamé le contraire ("aucun titre de Boggy Depot ne pourrait figurer sur un album d'Alice In Chains"), certains morceaux très sombres font évidemment référence à l'univers du groupe... D'où un sentiment un peu mitigé à la fin du disque.

Degradation Trip (2002)

jerry_cantrell_degradation_trip_volume_1_cover

Après un premier effort encourageant, Jerry Cantrell est de retour en solo avec le bien nommé Degradation Trip, sorti en 2002. Cette seconde livraison sort également dans un contexte particulier. En effet, la date de sortie du disque est prévue pour le mois d'avril.
Hélas, dans les mêmes temps, Layne Staley décède d'une overdose au speedball, son cadavre ayant été découvert plus de deux semaines après sa mort. La sortie de Degradation Trip est donc repoussée plusieurs mois après. Ce disque est évidemment dédié à la mémoire de Layne Staley. Silence...
Après avoir connu la gloire et la célébrité, Jerry Cantrell se retrouve paradoxalement dans une situation désespérement "grunge": sa femme l'a quitté et l'artiste doit hypothéquer sa maison pour concevoir le disque. Pire encore, à l'origine, Degradation Trip est prévu pour tenir sur deux cd, mais faute de moyens et sous pression de la maison de disques, Jerry Cantrell doit se résigner et sélectionner 14 titres. Durée de l'album: 74 minutes d'Alice In Chains pur jus et dans la grande tradition de ce que le groupe nous a offert dans les années 90: guitares saturées, riff plombés et torturés, désespoir, déprime, fatigue, solitude et mélancolie terminale font partie du menu fretin.
Si Boggy Depot explorait plusieurs terrains, Degradation Trip ne cache pas son jeu. C'est du Alice In Chains, quoi. A la seule différence que sur la pochette, on ne lit pas le nom du groupe mais celui de Jerry Cantrell. En même temps, le guitariste reste le principal compositeur des morceaux et des albums du groupe. Le son et l'ambiance morbide de Degradation Trip ne sont pas particulièrement surprenants. D'ailleurs, certains fans considèrent Degradation Trip comme le quatrième disque d'Alice In Chains... Sauf qu'il n'y a plus Layne Staley, mais son fantôme hante le disque sur toute sa durée: Solitude, Anger Rising, Angel's Eyes, Gone... Autant de titres dédiés à la mémoire du leader complètement camé.
Degradation Trip n'a pas à rougir de la comparaison avec les albums d'Alice In Chains. C'est vraiment un excellent disque, clairement sous-estimé et injustement méconnu.

Degradation Trip Volumes 1 § 2 (2002)

0000128000_500

Comme je l'ai déjà souligné précédemment, Degradation Trip était prévu pour tenir sur deux cd. Voici donc le disque (ou plutôt les disques) dans son intégralité, au cas où vous n'en auriez pas eu assez avec les 14 titres de Degradation Trip.
Cette fois-ci, la durée s'étale sur presque deux heures et 20 minutes de metal, de riffs torturés et de guitares désenchantées. C'est aussi pour cette raison que je parlais de deux albums et demi dans mon introduction. Clairement, ce double album ne présente pas un grand intérêt. Pour une fois, la maison de disques a bien fait de pousser Jerry Cantrell à opter pour un album plus court.

En conclusion, certains se demanderont pourquoi je n'ai pas intégré la discographie de Jerry Cantrell à celle d'Alice In Chains. C'est un choix ! Très honnêtement, je n'ai pas forcément beaucoup d'arguments à avancer, si ce n'est que la courte discographie de Jerry Cantrell s'inscrit dans un contexte particulier, que j'ai déjà évoqué plus haut.