RHCP1

 La mission des Red Hot Chili Peppers, en 2001, au moment d'entrer en studio pour accoucher de leur nouvel album, était à la fois simple et compliquée : faire mieux que Californication, leur précédent opus (1999), celui qui marquait le grand retour du guitariste John Frusciante dans le groupe après avoir été débarqué comme un mataf clandestin pour des raisons de came, en 1992, juste pendant la tournée de Blood Sugar Sex Magik (1991). Il fut remplacé par un autre shooté, Dave Navarro, le groupe en profitera pour faire un disque furieusement heavy en 1995 (One Hot Minute) qui ne plaira que moyennement aux fans de la première heure (mais reste le préféré des non-fans, car le moins RHCP du lot). Navarro part, Frusciante revient, Californication, avec ses tubes, cartonne. L'album suivant, qui sortira en 2002, ne devra pas décevoir, donc. Long de 16 titres (pour 67 minutes...), cet album, leur huitième studio, s'appelle By The Way, et est sorti sous une pochette peinte par Julian Schnabel. Il marchera plutôt bien, grâce à quelques hits, est dans la continuité du précédent, en encore plus mélodieux et, en dépit de quelques chansons, calme. L'album ne sera pas très bien représenté en concerts par le groupe, qui préfèrera jouer des titres plus anciens ; il faut dire que les Red Hots ne semblent pas avoir de bons souvenirs de l'enregistrement de By The Way, entre tensions entre les différents membres (le bassiste, Flea, sera quasiment sur le point de foutre le camp) et vu que les fans n'apprécieront que moyennement la nouvelle tournure de la musique du groupe... En même temps, de nouveaux fans arriveront, attirés par cette nouvelle tournure musicale (plus mélodique, moins fusion), justement. Je ne fais partie ni de l'ancien Bromley Contingent de fans, ni du nouveau, je le précise encore une fois.

RHCP2

Encore une fois, les RHCP nous chient un disque trop long (rien qu'à voir le nombre de morceaux, je savais que l'album dépasserait l'heure), ces mecs ne sont définitivement pas capables de faire dans le sobre. 67 minutes... Aargh... Bon, OK, il y à pire, dans la discographie des Piments Rouges, que By The Way. I'm With You, leur dernier en date, par exemple. Ou Stadium Arcadium, l'avant-dernier (et celui qui suit By The Way), double album de 2 putain d'heures, qui marquera la fin de l'ère Frusciante... Non, By The Way, ça peut encore passer. On y trouve quelques bons trucs : By The Way, Can't Stop (deux hits), Venice Queen (en hommage à une amie de Kiedis, l'ayant aidé à décrocher de la came, et décédée ; elle vivait à Venice Beach, où il lui avait payé une maison, d'où le titre), Dosed. En revanche, un autre morceau ayant été un hit ne me plaît pas du tout, The Zephyr's Song. Celle-là, vous vous la foutez à l'arrière du slip, les mecs, et on n'en parle plus. Idem pour Cabron, Throw Away Your Television et Warm Tape. Dans l'ensemble, d'ailleurs, je n'aime pas ce disque, je le supportais un peu autrefois vers 2003, mais de moins en moins maintenant (contrairement à Blood Sugar Sex Magik et Californication, pour lesquels, à petites doses, ça peut aller). Le chant de Kiedis est pareil à lui-même, j'ai déjà dit tout le shebang à son sujet, je ne vais pas en rajouter une couche. Idem pour la guitare cocotte de Frusciante et le slapping parfois énervant (mais c'est encore lui qui s'en sort le mieux dans les Red Hot CHili Peppers) de Flea-la-puce. Chad Smith est un bon batteur.

RHCP3

By The Way est donc un disque de plus pour les RHCP, ni pire ni meilleur que d'habitude ; One Hot Minute, de 1995, reste définitivement, pour moi en tout cas, le meilleur (et le seul que j'aime vraiment), et qu'ils n'ont jamais réussi à l'égaler et surtout à le dépasser. Trop long, contenant trop de chansons (et parmi elles, trop sont moyennes, médiocres), l'album offre, il est vrai, debons trucs, mais trop rares. A réserver, donc, aux fans absolus des Red Hot Chili Peppers, même s'ils ont, eux, dans l'ensemble, comme je l'ai dit, moyennement apprécié By The Way. C'est dire... Je ne le classe pas en ratages, mais de justesse.

By The Way

Universally Speaking

This Is The Place

Dosed

Don't Forget Me

The Zephyr's Song

Can't Stop

I Could Die For You

Midnight

Throw Away Your Television

Cabron

Tear

On Mercury

Minor Thing

Warm Tape

Venice Queen