PS1

Mars 2009. Patti Smith et son ami Lenny Kaye (guitare du Patti Smith Band, aussi un rock-critic comme elle le fut, il est instigateur du projet Nuggets qui résume la période garage psychédélique U.S. des années 60) sont invités à bord du Costa Concordia par Jean-Luc Godard, pour une croisière de 10 jours, au cours de laquelle Godard filmera des scènes pour son film Film Socialisme. C'est au cours de cette croisière, sur ce bateau qui fera hélas bien parler de lui quelques années plus tard, que Patti et Kaye imaginent ce qui deviendra, en 2012, l'album Banga (du nom du chien de Ponce Pilate dans le roman Le Maître Et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov, roman et auteur que Patti découvrira largement en 2009, d'ailleurs, sur invitation d'un ami). Les diverses chansons de l'album ont été créées au fil de l'eau, le moins que l'on puisse dire, c'est que Patti est en forme ici, tout du long de ce disque pas trop long (un petit peu moins d'une heure, un des morceaux fait 10 minutes) et comptant probablement parmi ses meilleurs. La Patti, qui ne fait que chanter ici, est entourée de plusieurs de ses musiciens habituels : Lenny Kaye (guitare, choeurs), Jay Dee Daugherty (batterie), Tony Shanahan (basse, claviers). On dénombre la participation de quelques invités de renom : Johnny Depp à la batterie sur l'intro du morceau-titre, Tom Verlaine (de Television, et ancien petit ami de Patti, autrefois) à la guitare (solo) sur April Fool et Nine, Jackson et Jesse Smith (enfants de Patti et de Fred 'Sonic' Smith du MC5, qui fut son mari et est mort en 1994) respectivement à la guitare solo sur certains titres, et au piano sur certains titres, pour Jackson et Jesse... L'album est produit par Patti, Lenny, Jay Dee Daugherty et Tony Shanahan, et a été enregistré à New York (Electric Lady) et dans le New Jersey (Hobo Sound, à Hoboken).

PS2

L'album, qui se termine par une reprise magnifique du After The Gold Rush de Neil Young, possède plusieurs chansons absolument magistrales. Comme Tarkovsky (The Second Stop Is Jupiter), hommage au fameux réalisateur russe, réalisateur du Sacrifice, de Solaris et de Stalker ; comme Maria, hommage de Patti à une amie de longue date (rencontrée en 1976), l'actrice française Maria Schneider, morte en 2011 ; comme Banga (avec des aboiements de chien), courte chanson de même pas 3 minutes dont le titre est, comme je l'ai dit, en allusion au Maître Et Marguerite ; comme le long (10 minutes) et remarquable Constantine's Dream, inpiré par une fresque située en Italie, peinte par Piero Della Francesca, La Légende De La Vraie Croix (un des détails montre l'Empereur Constantin, pensif) ; on a aussi Amerigo, splendeur absolue ouvrant l'album, qui parle du navigateur Amerigo Vespucci, ayant donné son nom au continent américain découvert, avant lui, par Christophe Colomb ; on a aussi Fuji-San, qui parle d'un tremblement de terre de 2011 au Japon ; Nine, qui est la neuvième chanson de l'album ; Mosaic, du Patti introspectif pur jus... En fait, il faudrait tout citer.

PS3

Banga est un vrai grand album de la miss Patti, un album certes différent de Horses, Radio Ethiopia et Easter (1975, 1976, 1978 ; ses trois premiers albums), mais tout ausi réussi qu'eux selon moi. Un disque dont le retentissement médiatique ne sera pas énorme, Patti est aimée de ses fans et de l'intelligentsia (elle est très intellectuelle, lettrée, il faut voir les sujets de ses chansons, c'est pas des paroles et des sujets débiles et bateau !), mais par rapport aux best-sellers, c'est pas ça. Mais on s'en fout, car elle fait d'excellents albums (ses albums les moins percutants, comme Wave en 1979, sont tout de même très très bons), et même quand elle se risque à l'exercice délicat et parfois jugé fainéant de l'album de reprises, elle réussit son coup (Twelve). Banga, à l'arrivée, plaira aux fans, et est un disque que je conseille si vous ne connaissez pas trop l'oeuvre de Patti Smith, car ce n'est pas difficile d'accès, au final. Dommage que les paroles manquent dans le livret, mais on se console en lisant le texte de Patti, dans lequel elle explique par le menu la genèse de l'album, et de ses différentes chansons. En anglais, évidemment (mais pourquoi je le précise ?), et agrémenté de belles photos noir & blanc, dont certaines illustrant certaines chansons. Bref, pour finir, Banga est un grand cru de la Patti, et un des meilleurs albums d'une très belle année 2012 (belle pour la musique) !

Amerigo

April Fool

Fuji-San

This Is The Girl

Banga

Maria

Mosaic

Tarkovsky (The Second Stop Is Jupiter)

Nine

Seneca

Constantine's Dream

After The Gold Rush