JB1

1994 : Jeff Buckley, fils de Tim (qu'il n'a quasiment pas connu), sort son premier album, Grace, un triomphe absolu qui reste toujours aussi bluffant (dans le genre rock 90's, on a rarement fait mieux). 1998 : il meurt, par noyade dans le Mississippi (suicide ou accident ?). Ayant connu de son vivant un bon gros succès en France mais au final peu dans son propre pays où il est resté incompris, Jeff Buckley est devenu un artiste culte après sa mort. En 2001, un live est publié, capté en 1995 à l'Olympia, à Paris, en France, en Europe, sur la Terre, dans la Voie Lactée. En juillet. Cet album dure 66 minutes, offre 11 titres, seul le dernier (un morceau en duo avec Alim Qasimov) ne provient pas de ce concert parisien. Si on excepte une qualité sonore assez moyenne (ça pourrait être pire, cependant, mais ça pourrait surtout être mieux : on s'en excuse dans les crédits de pochette, qui proposent aussi une biographie/nécrologie, traduite en anglais, et publiée à la base dans les Inrockuptibles, et, donc, écrite, à la base, dans la langue de François Hollande). Ce live à l'Olympia s'appelle... Live A L'Olympia. Oh ben ça alors. La pochette, sobre, dans le style de certains lives acoustiques (ce que ce live n'est pas), est magnifique. La set-list est, dans l'ensemble, remarquable aussi. Avec quelques surprises, d'ailleurs, ce qui n'est pas plus mal. En même temps, Jeff n'aura le temps de ne faire qu'un seul album studio (il planchait au second quand il est mort suite à son décès), il lui fallait donc piocher chez d'autres artistes pour meubler ses concerts, faire des reprises... dont acte ici.

JB2

La qualité sonore un peu discutable (et encore, c'est pas pourri-bootleg), mais mis à part ça, que dire ? Live A L'Olympia est vraiment un excellent live, offrant pas moins de six des onze titres de Grace. Si je regrette que Mojo Pin, Last Goodbye et So Real n'en fassent pas partie, dans l'ensemble les morceaux choisis sont sublimes : Dream Brother, Lover, You Should've Come Over, Lilac Wine, Hallelujah (fameuse reprise de Leonard Cohen, tellement mythique reprise que pas mal de gens pensent que c'est Buckley Jr qui a écrit la chanson, et pas Cohen !) sont transcendées. Niveau surprises, c'est du bon aussi : après un Eternal Life (un des morceaux de Grace) très vibrant, Jeff nous livre une reprise destroy du Kick Out The Jams du MC5, chanson qui, déjà, dans sa version originale (1969), est assez destroy. Le Five ayant toujours été très musclé. Autre reprise, Kashmir de Led Zeppelin, mais là, c'est une parodie hilarante de même pas 2 minutes, la voix de Buckley, très aiguë (comme s'il avait avalé de l'hélium avant de chanter), est impayable. Jeff devait sans aucun doute vénérer Led Zeppelin, cette parodie est donc aussi un hommage, un peu comme les Foo Fighters qui s'étaient payé Stairway To Heaven, mais venez donc critiquer Led Zep devant Dave Grohl (des Foo Fighters, et, avant, de Nirvana), et ensuite, fuyez, avant de vous prendre un pain dans la gueule ! That's All I Ask est une autre reprise, chantée autrefois par Nina Simone. Je N'En Connais Pas La Fin, chantée en anglais malgré son titre (et les refrains, en français), est une reprise d'une chanson d'Edith Piaf (Buckley rend un petit hommage amusant à la Piaf en tout début d'album, aussi). Sublime. Bien que n'ayant pas été enregistré au cours du concert de l'Olympia, What Will You Say, avec le musicien Alim Qasimov, achève l'album (une prise unique, morceau rare, enregistré au cours d'un autre concert français).

JB3

Cet album est donc une réussite, qui plaira sans aucun doute fortement aux fans de rock et de Jeff Buckley. 11 chansons magnifiques, aussi bien les chansons de Jeff que les reprises (celle de Kashmir est vraiment marrante et originale, mais est plus un intermède qu'autre chose, en fait). Jeff chante super bien (sa voix !!!), le seul reproche est donc dans la qualité sonore de l'album, pas nulle, mais clairement décevante (en même temps, le concert fut enregistré sur du matos simple, il n'était sans doute pas prévu que ces morceaux sortent en album live à la base). Mais ce petit défaut n'entache pas la réussite musicale qui est, vraiment, fantastique. On le regrette vraiment, notre petit Jeff...

Lover, You Should've Come Over

Dream Brother

Eternal Life

Kick Out The Jams

Lilac Wine

Grace

That's All I Ask

Kashmir

Je N'En Connais Pas La Fin

Hallelujah

What Will You Say