MK1

Le toujours difficile à faire second album... Bon nombre de groupes ou d'artistes se sont cassés les dents à essayer de surpasser un premier album bien souvent tellement réussi qu'il en est écrasant. Qui a dit The Stone Roses, The Jam et King Crimson ? Oui, ces groupes, notamment, se sont notoirement autofoirés avec un deuxième album largement inférieur à leur (immense) premier effort studio. Il y à aussi des groupes et artistes qui ont réussi à surpasser le premier album : Lou Reed, Bob Dylan, The Stooges, Led Zeppelin, Neil Young... Tout ça pour dire que ce disque est le deuxième de Miles Kane. Et que, vu la réussite éclatante de son premier album (en 2011), ce Colour Of The Trap, il y avait du mouron à se faire pour Miles ; parviendrait-il à faire, au pire, aussi bien, et, au mieux, encore meilleur que ce premier album solo démentiel ? Surtout que les premiers échos qui circulaient sur le Net sur ce deuxième album étaient, comment dire, moyens. Force est de constater que l'ex-chanteur des Rascals, que la seconde moitié (avec Alex Turner des Arctic Monkeys) de The Last Shadow Puppets, a réussi un tour de force avec ce deuxième album. Car Don't Forget Who You Are est une réussite, assurément. Mais Miles a triché : le whiz kid n'a pas fait mieux que Colour Of The Trap, il a juste fait différent de Colour Of The Trap. Sous sa pochette distinguée, Colour Of The Trap était un robinet à chansonnettes pop (bien que parfois très rock : Inhaler, Come Closer, Better Left Invisible), avec des arrangements parfois luxuriants (aaah, Take The Night From Me, My Fantasy...). Tout percutait grave comme un autocar lituanien contre un restoroute bourguignon, mais c'était de la pop/rock. De la très british pop/rock. On sentait que le Kane (avec sa dégaine de bon Anglais à la Keith Moon, en version sage, ce qui veut tout dire) se retenait un peu. Avec ce deuxième album, il s'est relâché sévère. Dans sa version originale de 11 titres (car il en existe une autre avec trois bonus-tracks, c'est celle-ci que je possède et que j'aborde), Don't Forget Who You Are fait fort dans le registre du simple et efficace : 32 minutes ! La version collector (dans un boîtier cartonné en forme de boîte pliante, pas pratique vu le format, et avec un livret de cartes postales avec les paroles imprimées au dos, en cadeau) dure dans les 41 minutes, pour, donc, 14 titres, car trois sont en cadeau (les trois derniers du tracklisting plus bas).

MK3

C'est à se demander pourquoi Miles Kane a sorti deux versions de cet album (on sait pourquoi, en fait : bizness is bizness), car les trois titres supplémentaires sont aussi bons que les 11 de la version simple. Dans l'ensemble, Don't Forget Who You Are est un disque remarquable, au titre bien trouvé (en revanche, la pochette montrant Kane posant devant une boucherie est assez bof, mais ça aurait pu être pire, et, dans un sens, ça veut dire ce que ça veut dire : pour ce deuxième opus, Kane sort la barbaque), et on ne s'emmerde pas une seconde à l'écouter. On notera la participation amicale du Modfather Paul Weller (The Jam, The Style Concil et carrière solo), guitare et/ou choeurs sur certains titres qu'il a coécrits, comme Fire In My Heart ou Start Of Something Big (un des trois rajouts). Eugene McGuiness et Alex Turner sont crédités sur First Of My Kind (autre des rajouts), morceau déjà connu car sorti sur un EP l'an dernier. Aucun duo avec Clémence Poésy comme ça l'était sur Colour Of The Trap (Happenstance), et on remercie Dieu, Satan, Vishnou, Mahomet ou Donald Duck, qui vous voulez, pour ça (même si Happenstance était excellent dans l'ensemble). Aucun duo, en fait, ici. Un disque qui envoie le bois pendant une quarantaine de minutes, aucune chanson ne dépasse 3,30 minutes, c'est du speedé, Miles carbure à la benzédrine, ici, mâchoire bloquée et guitare (la sienne) acérée. On sent profondément l'influence des Arctic Monkeys, le groupe de son pote Alex Turner. Tout, sur ce nouvel opus de Miles Kane (clairement un des nouveaux ténors du rock britannique), sent aussi bon que sur le Whatever People Says I Am, That's What I'm Not (2006) des Arctic Monkeys. Et toujours cette voix de jeune premier britpop, super enjouée, narquoise, aussi, avec ce petit accent du Merseyside par-dessus... Les chansons se suivent, se ressemblent un peu parfois, mais entre Taking Over, Tonight (ma préférée, probably), la chanson-titre, First Of My Kind, Darkness In Our Hearts, What Condition Am I In ? et Out Of Control, c'est du beau, du bon (pas de pub ici, merci bien).

MK2

Prooooomotion sur le porc, des prix des prix des prix...

Je vous aurai prévenus, Don't Forget Who You Are est une claque, un putain d'excellent disque de pur rock bien burné, qui se paie le luxe de faire tout aussi bien que Colour Of The Trap (pour ses moments rock que furent Inhaler, Come Closer...), tout en étant différent, plus direct, plus rock, plus brut de décoffrage et de pomme. Le prochain album de Kane sera peut-être un retour à des orfèvreries pop, ou bien suivra la voie tracée par ce deuxième album clairement pas déçevant (sauf si vous vous attendiez à un disque identique à Colour Of The Trap). Les premiers échos qui circulaient, il y à quelques mois, étaient pourtant assez alarmistes, on parlait de rock sans âme, musclé et sans ce qui faisait le charme du précédent album. Miles Kane a juste voulu s'éclater un max', faire péter le son, et finalement, il a bien fait. Je le préfère nettement à Colour Of The Trap (album que j'ai écouté plein de fois depuis sa sortie, et je continue de le faire, et toujours avec autant de bonheur, cependant), qui était plus léché, plus recherché... Mais là où il fallait sans doute deux ou trois écoutes pour bien apprécier le disque de 2011, il n'en faut qu'une seul pour juger de l'ampleur de la réussite de ce disque de 2013. Une décidément passionnante année que 2013, musicalement parlant !

Taking Over

Don't Forget Who You Are

Better Than That

Out Of Control

Bombshells

Tonight

What Condition Am I In ?

Fire In My Heart

You're Gonna Get It

Give Up

Darkness In Our Hearts

Start Of Something Big

Caught In The Act

First Of My Kind