PM17

Ayant considérablement bien remonté la pente savonneuse des 80's avec un Flowers In The Dirt sensationnel en 1989, Paul McCartney a entrepris, en 1989/1990, une tournée mondiale cartonneuse qui le conduira un peu partout dans le monde. En 1990, pour l'occasion, il sortira, sous la forme d'un triple vinyle et double CD, un live anthologique de la tournée, Tripping The Live Fantastic, 2h20 de bonheur sous une production remarquable. Dans ce live existant aussi en version 'highlights' simple CD (qui est aujourd'hui bien plus facile à trouver que le double CD à double livret en gros boîtier fatbox), Macca nous régalait de versions à tomber des chansons de son nouvel album, de ses anciennes chansons solo, de quelques reprises bien senties, et bien entendu, d'une bonne grosse poignée de classiques des Beatles. Il a de plus trouvé des musiciens parfaits (Robbie McIntosh, Hamish Stuart, Paul 'Wix' Wickens ; sans oublier Linda, toujours là depuis 1970), qu'il va reconduire (sauf le batteur Chris Whitten, remplacé en 1991 par Blair Cunningham) pour un concert acoustique donné pour MTV en 1991 (et ayant donné lieu à un album) et, surtout, en 1993, pour le successeur de Flowers In The Dirt. Ce nouvel album, sorti en 1993 donc, s'appelle Off The Ground, et il est sorti sous une pochette représentant les jambes et pieds nus des musiciens et du couple Mac, dépassant du ciel, le nom de McCartney inséré entre chaque jambe, le tout fait un peu penser à un clavier de piano. Au dos, le ciel est crépusculaire, et on a sinon la même chose, mais de dos. 

PM18

Une telle pochette, personnellement, ne me donne pas spécialement envie d'écouter le disque, encore moins de l'acheter, mais c'est ce que j'ai fait, il y à longtemps (mais pas à l'époque de sa sortie, j'avais 11 ans, je n'écoutais même pas encore les Beatles à l'époque), parce que Beatlemaniaque et fan de McCartney. Off The Ground est d'ailleurs un album que je rêve d'avoir en vinyle (il a été pressé à l'époque sous ce format, la pochette est même dans un grand et peu esthétique cadre blanc), mais un pressage de 1993 est peu fréquent à trouver, et forcément assez cher, j'attendrais donc qu'il soit réédité un jour, s'il l'est, ce que j'espère. Bon, sinon, cet album, à sa sortie, n'a apparemment pas affolé les foules. Les fans l'ont acheté, les curieux aussi, mais la presse a été, dans l'ensemble, assez mitigée, du genre encore un album de McCartney, et celui-ci n'arrive pas à la cheville du précédent. Il faut dire que cet album souffre de la même réputation un petit peu merdeuse (mais dans la discographie de Paul, il y à pire encore) que Wings At The Speed Of Sound et Pipes Of Peace (et Memory Almost Full de 2007 aussi) : il fait, comme ces autres albums, suite à un triomphe absolu, un des meilleurs de la carrière de Macca, et forcément, on ne peut qu'essayer de le comparer avec lui, et ce n'est pas en faveur du nouveau-venu, jamais. Pourtant, si on met de côté Pipes Of Peace, tous les albums que je viens de citer, qui succèdent effectivement à des chefs d'oeuvres, sont pour le moins réussis. Off The Ground aussi. 

PM20

Bon, OK, l'album n'est pas non plus parfait : certaines chansons sont un peu guimauve (Golden Earth Girl, I Owe It All To You, The Lovers That Never Were, chanson qui, comme la plus réussie Mistress And Maid, est co-signée par Elvis Costello et date des sessions de Flowers In The Dirt), mais la production de Macca et Julian Mendelsohn est excellente, bien dans le ton de l'époque. Voir le morceau-titre, qui ouvre le bal sur un riff de guitare très efficace me faisant penser, en moins nerveux, à celui du Two Princes des Spin Doctors (chanson que je ne peux plus encaisser depuis au moins 20 ans, mais c'est autre chose) ; voir le très rock et assez court (moins de 3 minutes) Looking For Changes, chanson sur les mauvais traitements infligés aux animaux. On sait que Macca et Linda sont végétariens de longue date et défenseurs de la cause animale (déjà, en 1971, Wild Life). Ici, c'est un vrai réquisitoire contre les laboratoires qui font des expériences cruelles sur les chats, les lapins, les chiens, etc. Plus calme, folkisante, Hope Of Deliverance, qui sortira en single (je l'ai...et pas en CD, mais en 45-tours), mériterait d'être rangée aux côtés des classiques de Macca. D'autres chansons sont plus directes, presque bourrines, comme Get Out Of My Way et Biker Like An Icon dans laquelle le gaucher de Liverpool parle d'un motard et de son amoureuse transie. Dans C'Mon People (suivie, sur la même et finale plage audio, après quelques secondes de silence, d'un morceau caché, Cosmically Conscious (morceau composé en 1968 à Rishikesh, alors q, caché, enfin, pas trop, car quand même crédité sur la pochette), Macca semble vouloir faire un lien musical entre Let It Be et Instant Karma ! de Lennon, les Oh yeah, oh yeah du refrain sont du pur Lennon. Une sublime et trop peu connue chanson.

PM16

Tout comme le sublime Winedark Open Sea qui se retrouvera sur le best-of Pure de 2016 (dans sa version 4 CD, en tout cas) mais qui, malgré cette reconnaissance tardive, me semble éminemment sous-estimée, voire presque oubliée. C'est pourtant une pure merveille à la Wanderlust (on y retrouve d'ailleurs le thème aquatique, Wanderlust étant un voilier possédé par Paulo) dont on ne se lasse pas. Contrairement à Peace In The Neighborhood, sympathique mais un peu mineure, enfin, il y à 'pire' sur l'album, les chansons un peu cucul que j'ai cité plus haut (Golden Earth Girl, The Lovers That Never Were). Dans l'ensemble, Off The Ground (dont la durée est bien dans la norme, 50 minutes, une durée que personnellement je trouve parfaite pour un album en CD, ni trop long, ni trop court) est un très très bon opus de Macca, que j'adore et que j'écoute assez souvent (ce qui n'était pas toujours le cas : pendant des années, je ne suis pas trop revenu dessus, le trouvant secondaire, mais j'ai fini par succomber à son charme, et l'album fait d'ailleurs aujourd'hui partie des préférés de pas mal de fans du Gaucher, qui ont pour beaucoup commencé par le trouver un peu facile et passe-partout). Certes, il n'est pas parfait, mais Flowers In The Dirt, malgré sa réussite, ne l'était pas non plus (Don't Be Careless Love). Dans la discographie solo de Macca, ce disque n'a vraiment pas à rougir, on trouve bien, bien pire (tout ce que Macca a fait de 1983 à 1986, soit trois albums ; Back To The Egg des Wings, aussi). A noter, pour finir, qu'en 1994, une version collector de deux disques (CD) dont la pochette montre Macca se cachant le visage derrière le CD de Off The Ground sortira, proposant, sur le premier disque, l'album, et sur le second disque, plein de bonus-tracks issus des sessions (et qui, pour plusieurs d'entre eux, furent utilisés en faces B de singles et en bonus sur les CD singles) tels Long Leather Coat, Big Boys Bickering ou I Can't Imagine. Cette version collector titrée Off The Ground : The Complete Works est, je m'en doute, un objet de collection désormais !

Off The Ground

Looking For Changes

Hope Of Deliverance

Mistress And Maid

I Owe It All To You

Biker Like An Icon

Peace In The Neighborhood

Golden Earth Girl

The Lovers That Never Were

Get Out Of My Way

Winedark Open Sea

C'Mon People

Cosmically Conscious (morceau caché en bout de piste du précédent)