CP1

Un truc qu'il faudrait qu'on m'explique : en quoi cet album serait une merde ? Parce que, souvent, il se traine cette réputation, disque raté, disque médiocre, disque infâme, disque sans intérêt, ni fait ni à faire, bla bla bla, gnia gnia gnia, ce genre. Si on me parle du Purple Album sorti en 2015 par Whitesnake, le groupe de David Coverdale, disque qui revisite les meilleures chansons de Deep Purple allant de 1974 à 1975 (autrement dit, pendant la période durant laquelle Coverdale fut chanteur de Deep Purple), alors oui, je vous répond que c'est merdique, sans intérêt, ni fait ni à faire, une honte, presque. Mais cet album-ci, sorti en 1993 ? Non, désolé, c'est tout sauf raté, ce truc. La pochette, oui, je vous l'accorde (de piano), c'est merdique : ce panneau de signalisation sur fond de ciel (dans le livret et au verso du boîtier CD, ce panneau est réutilisé à toutes les sauces, sur la Lune, dans le désert, etc...), c'est con, c'est nul, c'est... ça donne pas envie, quoi. Mais c'est bien la seule chose négative qu'au final, dans cette réécriture de chronique (la précédente, en 2013, était moins positive que celle qui s'annonce ici, mais elle n'était vraiment pas méchante non plus), j'ai à dire au sujet de cet album totalement unique, suivi d'aucun autre album, et qui est sorti en 1993 : Coverdale/Page. Le seul et unique album de collaboration entre l'ancien chanteur de Deep Purple (et chanteur/fondateur de Whitesnake), David Coverdale, et le guitariste de Led Zeppelin, Jimmy Page. Deux des plus gros groupes de hard-rock de la grande époque, au passage. 

CP2

L'idée de ce disque est venue en 1991 de la part d'un des exécutifs du label Geffen Records, sur lequel Page et Coverdale étaient, tous deux, signés à l'époque (le disque, aux USA, est sorti sur ce label ; en Europe, ce fut EMI). Une idée qui par la suite sera qualifiée de meilleure pire idée de tous les temps, de projet mort-né : faire collaborer le chanteur d'un groupe mythique avec le guitariste d'un autre groupe mythique (lequel guitariste, à l'époque, souffrait pas mal pour sa carrière solo, au point mort ; il gérait surtout le catalogue de Led Zep, en fait). Selon la légende, c'est en écoutant ce disque que Robert Plant, chanteur de Led Zep, se décidera finalement à recollaborer avec Page, alors qu'avant ça, on lui en avait fait plusieurs fois la proposition, mais il avait toujours refusé. Apparemment, l'écoute de Coverdale/Page le vexera quelque peu, titillera son ego, et le Dieu Doré (tel qu'il s'était, une fois, durant la grande époque zeppelinienne, qualifié sur le balcon d'une chambre d'hôtel !) acceptera de rebosser avec Page, et ça donnera Unledded - No Quarter en 1994 (et Walking Into Clarksdale en 1998). Plant qualifiera l'album de Coverdale/Page de David Cover-version de Led Zeppelin. Sans que l'album, généreux (une heure de hard-rock super bien produit par Coverdale/Page et Mike Fraser), ne reprennent la moindre chanson de Led Zep... Ni du Pourpre. Que des inédits écrits par le duo. Des chansons qui pour certaines ne semblent pas être d'une folle originalité (Feeling Hot, Take A Look At Yourself), mais qui assurent, toutes. 

CP3

On tient ici un album de hard-FM, sous-genre quelque peu martyrisé et méprisé, mais qui semble ici trouver son épitomé, son Mont Rushmore. A moins d'être totalement réfractaire à ce genre ayant notamment donné Foreigner, il est difficile de bouder son plaisir face à cette série de chansons magnifiquement interprétées, de Shake My Tree, très bluesy, au magnifique Whisper A Prayer For The Dying final, en passant par l'hallucinant Absolution Blues, le génial Waiting On You qui dans un autre niveau de la Tour aurait pu être un tube, le plutôt hypnotique Over Now ou l'épatant Don't Leave Me This Way (oubliez Harold Melvin, Thelma Houston ou les Communards, rien à voir)... En plus, le tout est servi par une production à tomber par terre, ni abrutissante (je n'ose imaginer ce à quoi l'albm aurait pu ressembler, produit par Butch Vig...) ni faiblarde, pile poil ce qu'il faut. Un de mes albums de hard-rock préférés, un de mes albums préférés de la décennie 90, un album juste génial, épicétou. 

Shake My Tree

Waiting On You

Take Me For A Little While

Pride And Joy

Over Now

Feeling Hot

Easy Does It

Take A Look At Yourself

Don't Leave Me This Way

Absolution Blues

Whisper A Prayer For The Dying