top10_americanpie

Sorti en 1971, ce disque sera un succès considérable qui permettra à Don McLean de devenir célèbre dans le monde entier. Mais le revers de la médaille, c'est que désormais Do McLean n'est plus associé qu'à ce disque. À moins d'être un grand fan, impossible de citer un autre album que celui-ci, voir impossible de citer une autre chanson que la fameuse chanson-titre. Une chanson tellement culte, que généralement, et c'est aussi valable pour moi, on achète l'album juste pour elle. Du coup, aujourd'hui, pour quasiment tout le monde, Don McLean c'est American Pie. En plus, l'album est sorti à une année peu avare en chef d'oeuvres: IV de Led Zep, L.A. Woman des Doors, Killer de Alice Cooper, Hunky Dory de Bowie, Sticky fingers des Stones,... Une année fertile pour le rock. Mais on est pas là pour énumérer les albums sortis en cette année, non, on est là pour parler d'American Pie, l'album, sortie sous une pochette assez peu réussie, sans pour autant être moche, représentant Don McLean dirigeant vers nous son poing avec le pouce dressé, et le drapaeu américain dessiné dessus. Un contenant correct, mais heureusement le contenu est largement meilleur.

DonMcLean2

Avant toutes choses, parlons de la chanson American Pie. Autant le dire dès maintenant, pour les rares personnes qui ne connaîtraient pas encore cette dernière: cette chanson est un monstre, un léviathan, un mastodonte. L'équivalent pour Don Mclean de Stairway To Heaven. 8 minutes au départ très calmes, comme une ballade, puis qui se transforme rapidement en un hymne rock'n'roll festif au refrain imparable chanté en choeur par Don Mclean et ses musiciens. Une chanson rempli d'allusion au rock'n'roll, la plus connu étant le crash d'avion qui coûera la vie à buddy holly ainsi qu'au Big Boppers et à Ritchie Valens en 1959, The day the music died... on peu aussi noter des références plus ou moins discrète aux beatles (helter skelter) et aux stones (jack flash). Cette chanson sera un tube, malgré sa durée imposante, et fait maintenant partie à juste titre du panthéon des chansons du rock. Dire que Claude François l'a adapté en français sous le nom de feu de paille... Le sommet du disque incontestablement, ce qui pose un problème vu que c'est aussi la première chanson, ce qui fait que la suite sera forcément moins bonne. Et c'est vrai c'est moins bon. Mais ça n'est pas mauvais pour autant, bien au contraire même! Des chansons comme crossroads, till tomorrow ou encore winterwood sont autant de pépites folk/ rock. L'album, mise à part sur Everybody Loves Me, Baby, est assez porté sur les ballades acoustiques sans pour autant être vraiment intimiste (Till Tomorrow, Crossroads, Winterwood,...). Un sentiment de mélancolie plane sur l'album qui sent bon la fin de journée quand le soleil est en train de disparaître. Une mélancolie qui atteint son point culminant avec la chanson Vincent, en hommage au peintre Vincent Van Gogh, probablement la chanson la plus connue ici exceptée évidemment vous- savez- quoi. Une ballade belle à en chialer, et ma chanson préférée de l'album.

Don+McLean+nm_don_mclean_090202_ssv

En conclusion, nous pouvons dire sans mentir qu'Amercan Pie est un incontestable sommet, un peu plus de trente- six minutes intérprétées à la perfection par Don Mclean et ses musiciens. Deuxième album de l'artiste, il fera de lui une star, et reste à ce jour son plus grand succès commercial et critique. Pas la peine de vous dire ce que vous devez faire si vous ne possédez pas encore ce disque... Vous devez vous le procurer sans plus tarder pardi! Je ne sais pas s'il se trouve facilement en magasin, mais sur le net aucun problème, il est vendu à prix très raisonnable (je l'ai eu pour 5 euros). Un dsque incontournable, vital même.

Chronique complémentaire de ClashDoherty :

Il y à des chansons qui marquent, qui font date. Stairway To Heaven. Yesterday. (I Can't Get No) Satisfaction. A Hard Rain's A-Gonna Fall. Life On Mars ?. Entre autres. Incontestablement, American Pie, de Don McLean, 8,30 minutes au compteur, fait partie de ces chansons indépassables, cultes, majeures, essentielles. La chanson date de 1971, est issue de l'album qui lui doit son nom (ou l'inverse...) et qui, donc, s'appelle American Pie, et qui est le deuxième album de Don McLean, un artiste folk ayant notamment collaboré avec Pete Seeger. Le premier opus de McLean, en 1970, s'appelle Tapestry, aucun lien avec l'album du même nom que Carole King fera un an plus tard, la même année que cet American Pie, donc ! Sous sa pochette noire avec le pouce de McLean peinturluré aux couleurs du drapeau ricain, American Pie dure 36 minutes, pour 10 titres, et est un album globalement super bien considéré, on le place parfois dans la liste des meilleus albums de son époque, il fait partie des fameux "1001 albums à écouter dans sa vie"... Produit par Ed Freeman, enregistré aux studios du Record Plant de New York avec, comme musiciens, Ray Colcord, Paul Griffin, Tom Flye, Warren Bernhardt et Roy Markowitz (ces noms ne vous disent rien ? Moi non plus, sauf celui de Colcord, qui a joué sur les lives Rock'n'Roll Animal et Lou Reed Live de Lou Reed !), l'album est connu essentiellement parce qu'il contient deux hits de McLean : la chanson-titre, et Vincent, une ode au peintre Van Gogh.

don_mclean_american_pie_01

Après, l'album est-il un sommet, du début à la fin ? Difficile à dire. En ce qui me concerne, non : l'album offre certes la monumentale (quoiqu'à force de l'entendre, je m'en suis un peu lassé, et puis la reprise par Madonna, faite il y à une quinzaine d'années, m'a tellement énervé qu'elle m'en a plombé un peu le plaisir d'entendre la version originale de McLean) American Pie, et on y trouve aussi les monumentales Crossroads et Vincent, mais dans l'ensemble, American Pie est un peu inégal. Everybody Loves Me, Baby est même absolument nulle (la seule chanson un tant soit peu 'rock' de l'ensemble, le reste étant très folk tristounet à la James Taylor, et cette seule chanson rythmée est affligeante), Babylon (une reprise, la seule de l'album) est pas mal, mais trop courte (moins de 2 minutes), Till Tomorrow, Sister Fatima et Empty Chairs ne m'ont jamais vraiment plues (la face B de l'album est nettement en-dessous de la première, d'ailleurs)... Tout ceci fait de l'album un disque assez surestimé, qui ne 'vit' en réalité que pour sa chanson-titre. Oui, mais là, pardon, on est en présence de quelque chose. Bien peu nombreux (mais ils existent quand même) sont les albums s'ouvrant sur un tel truc. C'est d'ailleurs un des soucis de l'album : il s'ouvre sur son sommet absolu (et celui de Don McLean), la suite ne peut qu'être inférieure, bien que réussie assez souvent. La chanson est mythique, et parle du jour où la musique est morte. Lequel jour est, selon les spécialistes, le 3 février (une date bientôt anniversaire) 1959, date de la mort, dans un crash aérien, de Buddy Holly, Ritchie Valens et le Big Bopper (Chantilly Lace, remember ?). Après, les paroles, imposantes (pensez-donc : plus de 8 minutes de folk !), sont sujettes à plein d'interprétations diverses et variées, je ne vais pas me risquer à les énumérer. Musicalement sublime, superbement interprétée par un McLean en Monaco (c'est à dire en état de Grace...non, non, ne riez pas, ça n'en vaut pas le coup), cette chanson est, je sais que je me répête mais après tout, vous n'aviez qu'à ne pas rire à ma vanne pourrie, un sommet.

don-mclean

Mais l'album, non. Alors, après, n'allez pas croire, si vous ne connaissez pas encore American Pie, que c'est mauvais, non. Clairement pas. On trouve vraiment de superbes chansons ici, et l'interprétation (belle et fragile voix chevrotante de McLean) est convaincante, partout (sauf sur un titre). Ce n'est pas un mauvais album du tout. Mais ce n'est pas non plus un sommet comme le sont pas mal des albums de Dylan, ou de Tim Buckley, ou Nick Drake, ou Van Morrison, bref, les artistes folk/rock de l'époque (James Taylor aussi). Si vous trouvez le disque en magasin, regardez le prix. Généralement, il n'est pas vendu très cher, ce qui fait que vous pouvez vous permettre de le prendre, si ça vous intéresse. Personnellement, j'ai été un peu déçu, quand j'avais acheté le disque autrefois, et je n'ai jamais réussi à totalement l'apprécier, mais c'est quand même un écrin à joyaux (American Pie, Crossroads, Vincent), et rien que pour ces trois chansons, il mérite, au moins, une paire d'écoutes.

American Pie

Till Tomorrow

Vincent

Crossroads

Winterwood

Empty Chairs

Everybody Loves me baby

Sister Fatima

The Grave

Babylon