BS1

Revoilà le Boss sur le blog. Avec un live. Et vu l'éditeur de l'album (Immortal Records, un label, je crois, néerlandais), le visuel du boîtier cartonné digipack tri-volets et la qualité sonore vaguement rugueuse, parfois, de l'album, je me doute fortement, très fortement, que ce live enregistré en 1993 en Italie pendant la tournée des deux albums Human Touch et Lucky Town n'est pas vraiment un live officiel, sans être un vrai album pirate. Bref, un semi-bootleg. Ce live, je me le suis procuré pour la modique somme de 10 € (pour un double album, c'est vraiment donné), récemment, et pas dans une solderie, sur Internet ou dans un disquaire indépendant pouvant éventuellement vendre des bootlegs, non ; dans une grande surface spécialisée type FNAC, mais pas chez eux. Pour citer le magasin, c'est Le Grand Cercle, anciennement Majuscule, à Eragny (95), dans le centre commercial Art De Vivre (que j'adore), pour les ceusses qui vivent dans ma zone et qui connaissent. Mais bref là dessus. Retour au Boss. Ce live s'appelle Rockin' Live From Italy 1993 et il offre 16 titres (8 par CD, aucun des deux disques n'atteint l'heure de musique, mais on a quand même plus de 100 minutes de live), dont 13 sont des chansons de Springsteen et trois sont des reprises (enfin, une des reprises est en fait une chanson co-écrite par le Boss et Patti Smith, le fameux Because The Night que Patti a enregistré en studio en 1978 et que les deux artistes ne cesseront jamais de jouer live depuis). Les deux autres reprises sont deux chansons de Creedence Clearwater Revival, Who'll Stop The Rain et Rockin' All Over The World. L'album est apparemment sorti en 2008, c'est du moins l'année indiquée au dos du boîtier CD. Le concert date, lui, donc, de 1993, et à cette époque, et même, en fait, depuis 1987, Bruce a décidé de faire du changement son mode de vie : Tunnel Of Love, en 1987, possédait des chansons enregistrées avec d'autres musiciens que ceux de son fameux E-Street Band, et les deux albums cités plus haut, sortis en 1992, l'un à la suite de l'autre (enregistrés en même temps), Lucky Town et Human Touch, ont été enregistrés avec des musiciens de studio, mais sans son backing-band habituel là aussi. D'ailleurs, le Boss a rompu les liens en 1989, le E-Street Band se reformera par la suite (The Rising, en 2002, les voit revenir, et ce fut même le cas avant cet album de 2002, je crois), mais en 1993, il n'est plusactif autour du Boss.

BS2

Ce live, enregistré le 11 avril 1993 à Vérone (ville fameuse pour les amoureux, ville de Roméo et Juliette) au Stade Bentegodi, propose un backing-band méconnu autour du Boss, celui d'une période elle aussi méconnue (et pour tout dire, peu glorieuse). Si on excepte Roy Bittan (claviers), unique membre du E-Street Band à se trouver là, les autres sont peu connus : Shane Fontayne (guitare), Zachary Alford (batterie, qui bossera avec Bowie par la suite), Tommy Sims (basse), Crystal Talifero (guitare, percussions, chant) et, aux choeurs, Angel Rogers, Bobby King, Carol Dennis, Cleopatra Kennedy et Gia Ciambotti. Le Boss chante, joue de l'harmonica et de la guitare. J'ai dit juste avant de citer les musikos que la période durant laquelle le Boss a fait ce concert était peu glorieuse. C'est hélas le cas ; si Tunnel Of Love, de 1987, a ses fans (je n'en fait pas partie), il y en à peu qui sont, en revanche, fans de la paire Human Touch/Lucky Town, albums enregistrés simultanément, sortis quasiment en même temps (Lucky Town, plus court que l'autre, un peu avant), deux albums extrêmement décevants sur tous les tableaux (peu voire pas de classiques, des chansons souvent insipides, pas de prise de risque de la part du Boss, des visuels atroces qui font plus penser à des compilations de seconde zone ou à des bootlegs qu'à des albums studio officiels), qui seront critiqués, marcheront peu, et manqueront de faire enterrer le Boss. Il lui faudra attendre deux-trois ans, et le plus réussi (et totalement acoustique, à la Nebraska) The Ghost Of Tom Joad en 1995, pour revenir à un meilleur niveau, mais la période 1987/1997 sera duraille pour le Boss, tout de même. Comme on le voit, Rockin' Live From Italy 1993 date pile de cette période de vaches maigres. Le Boss veut tout changer, aussi bien ses musiciens que ses setlists. Il n'interprète, en live, pas souvent ses gros classiques (ici, il y en à quand même, environ la moitié du live), fait parfois des réarrangements... Des fois, ça paie, des fois, non. Ici, si on excepté une qualité sonore très convaincante dans l'ensemble, mais un peu rugueuse parfois (ça dépend des morceaux : sur les deux premiers titres du CD 1, pas de souci, mais sur le troisième, c'est moyen, grésillant), il y à peu de choses négatives à dire.

BS3

On y trouve des classiques : The River, Born In The U.S.A., Born To Run, Thunder Road, Hungry Heart, Because The Night. D'autres chansons comme Glory Days, I'm On Fire, Working On The Highway, que le Boss devait souvent jouer en 1984/1987 (toutes sont issues de Born In The U.S.A., de 1984), puis légèrement abandonner par la suite, leur préférant des chansons plus récentes. On a aussi Because The Night, que l'on peut considérer comme étant un classique live du Boss. On a aussi Prove It All Night, une des chansons que le Boss interprétait sur scène à cette époque afin de renouveler ses concerts, chanson datant de 1978 et qui ne devait pas être un jalon de ses concerts auparavant (je ne veux pas dire qu'il ne la chantait jamais, mais ce n'était sans doute pas une chanson présente à tous les concerts ou attendue comme Lionel Messi par ses fans). On a aussi, comme je l'ai dit, deux reprises de Creedence, très bonnes, surtout Who'll Stop The Rain. Le reste est issu des deux albums de 1992 : Soul Of The Departed et My Beautiful Reward de Lucky Town, Human Touch de l'album du même nom. Et, aussi, un morceau du nom de Light Of Day, long ici de 12 minutes, chanson absente de tout album studio du Boss. Dans l'ensemble, la setlist (sans aucun doute incomplète : le Boss a comme habitude, et l'avait déjà à l'époque, de faire de très longs concerts, et ça m'étonnerait que ce live de 1993 dans un stade italien ait duré moins de deux heures...) est correcte, même si j'aurais préféré d'autres classiques aux morceaux de Human Touch et Lucky Town (mais vu qu'il défendait ces albums sur scène à l'époque, il fallait bien en jouer des titres, non ?). Par exemple, 4th Of July, Asbury Park (Sandy), Lost In The Flood, Badlands, Reason To Believe ou Cover Me. A noter qu'il n'y à rien de Tunnel Of Love ici, je ne m'en plains pas. Dans l'ensemble, malgré un son parfois un peu limite et des chansons qui ne me plaisent pas trop, ce double live semi-bootleg (sorti sur un label reconnu, mais contenu musical non reconnu, sans doute, par Springsteen) est pas mal du tout, même s'il ne bat pas les lives officiels du Boss (du moins, une partie d'entre eux). A noter que le label Immortal Records qui l'a édité a aussi édité plein d'autres lives semi-bootlegs, comme le Glass Spider Live de Bowie que j'ai abordé récemment, et un autre live de Bowie que j'aborderai bientôt, Birthday Celebration. Entre autres...

CD1

I'm On Fire

Because The Night

Prove It All Night

Human Touch

The River

Who'll Stop The Rain

Soul Of The Departed

Born In The U.S.A.

CD 2

Light Of Day

Hungry Heart

Glory Days

Thunder Road

Born To Run

My Beautiful Reward

Rockin' All Over The World

Working On The Highway