IM1

 Enfin ! Enfin, la ressortie d'un des meilleurs lives d'Iron Maiden ! Car à moins d'être totalement ignorant en la matière, impossible de passer à côté du fait que ce nouvel album live (le neuvième en tout si on comptabilise Maiden Japan de 1981, toujours indisponible dans le commerce à l'heure actuelle, et si on prend en compte pour un seul album les deux compilations live A Real Dead One et A Real Live One, désormais vendues ensemble ; et si on ne comptabilise pas la première version de ce live ressorti, car il y à doublon) d'Iron Maiden est tout sauf inédit. En 1988, Maiden, alors en pleine période Seventh Son Of A Seventh Son (grandiose album de métal progressif conceptuel qui sera par ailleurs le dernier avec le guitariste Adrian Smith jusqu'à son retour en 2000), sort un double live qui sera aussi commercialisé en VHS, Maiden England. La pochette représente Eddie, mascotte du groupe, en grosse moto, par-dessus la foule (voir plus bas). En un peu moins de 90 minutes (dans les 85), Maiden England, en 15 titres (13 pour le CD), offre un mélange entre deux concerts (deux jours de suite, 27 et 28 novembre 1988) donnés à Birmingham, pendant la tournée promotionnelle de leur album cité précédemment (et dont 6 des 8 titres sont joués sur l'album). Pendant de nombreuses années, par la suite, il sera difficile de se procurer le CD original et la VHS. Il faudra attendre 2013, car, enfin, comme je l'ai dit, le groupe vient d'en faire la réédition : DVD pour le concert, et double CD agrémenté de cinq morceaux (deux titres qui étaient sur la VHS mais pas sur le CD : Hallowed Be Thy Name et Can I Play With Madness ; et trois morceaux totalement inédits, les trois derniers du second disque : Run To The Hills, Running Free, Sanctuary), avec une pochette différente représentant Eddie, en cavalier militaire menaçant avec drapeau britannique déchiré à la lance, meneur d'une légion de cadavres à cheval fonçant vers le public.

IM2

Première édition CD, 1988

Histoire de ne pas tromper le public qui pourrait croire à un live récent, l'album s'appelle Maiden England '88. Les fans savent bien qu'il ne s'agit que de la réédition, un peu gonflée (le son est amélioré, il n'était pas pourri, mais le live date de 1988, tout de même), d'un vieux live du groupe ;les néophytes sauront qu'il ne s'agit pas d'un live récent en lisant la précision de l'année dans son titre. Comme si ça ne suffisait pas, au bas du recto, un texte de deux ligne est imprimé, indiquant le lieu et la date du live ! Ce live est pur le moins anthologique. Les trois rajouts en fin de live (on sent bien une coupure entre la fin d'Iron Maiden, dernier titre de la version originale, et Run To The Hills, premiers des rajouts) sont excellents, mais ne sont là que pour rallonger un peu la durée du live, qui dure désormais dans les 100 minutes (53 minutes et 10 titres pour le premier disque, 47 minutes et 8 titres pour le second). En tant que tel, Maiden England '88 offre des moments formidables. Qui plus est, on a ici cinq titres qui (la première version de l'album excepté) font leur première apparition sur un live officiel du groupe : Infinite Dreams, Seventh Son Of A Seventh Son, The Prisoner, Still Life et Killers. OK, ces morceaux étaient déjà sur Maiden England sorti en 1988, mais comme ce live fut pendant longtemps introuvable, pas mal de fans parmi les plus récents ne l'ont sans doute jamais entendu (les anciens fans, depuis les années 80, n'achèteront sans doute pas cette nouvelle version CD, ils préfèreront le DVD). Ces versions sont parfaites. Comme tout le live, dont le reste de la setlist est plus classique : The Evil That Men Do, Wasted Years, The Number Of The Beast, même si on notera que, pour 1988, Maiden faisait la part belle aux morceaux les plus récents (6 des 8 titres de Seventh Son Of A Seventh Son sont là, et on a deux titres de Somewhere In Time, le précédent opus, de 1986). Aucun titre du phénoménal Powerslave de 1984 (qui fut la base d'une tournée gigantesque en 1984/85, World Slavery Tour, immortalisée par Live After Death en 1985), et il manque certains classiques (Wrathchild, Phantom Of The Opera, 22 Acacia Avenue) en plus de ceux de Powerslave. Maiden privilégiait, et c'est normal, son album le plus récent, qui est depuis devenu un écrin à gros classiques, Can I Play With Madness, The Clairvoyant, The Evil That Men Do seront quasiment toujours joués live par la suite, pour ne citer qu'eux.

IM3

En forme, le groupe livre une prestation remarquable, et le son, remastérisé, est parfait. J'ignore ce que vaut le DVD, mais je suis confiant (je n'ai jamais vu le concert en VHS, par ailleurs). En tout cas, à moins d'avoir déjà Maiden England et de ne pas vouloir dépenser son argent pour cette nouvelle version légèrement différente (des titres en plus, c'est tout), ce live d'Iron Maiden, le plus récent tout en étant assez ancien, est vraiment essentiel pour les fans du groupe. Bref, Maiden England '88 est un live vraiment excellent, et même mieux, remarquable, et si certains critiqueront le fait de ressortir un vieil album sous une nouvelle pochette, rappelons une dernière fois que pendant longtemps, il ne fut pas commercialisé, très difficile à se procurer. Justice lui est enfin rendue (à quand une ressortie de Maiden Japan, de 1981, unique live officiel avec Paul Di' Anno au chant, introuvable depuis des lustres ?) !!

CD 1

Moonchild

The Evil That Men Do

The Prisoner

Still Life

Die With Your Boots On

Infinite Dreams

Killers

Can I Play With Madness

Heaven Can Wait

Wasted Years

CD 2

The Clairvoyant

Seventh Son Of A Seventh Son

The Number Of The Beast

Hallowed Be Thy Name

Iron Maiden

Run To The Hills

Running Free

Sanctuary