DM1

Et voilà, ça y est : le nouvel album des Anglais de Depeche Mode est enfin sorti dans les bacs. Lundi dernier, le 25 mars, pour être plus précis. Dès le lendemain à 12h17, il était entre mes mains, et à 12h21, une transaction financière entre moi et le magasin venait de s'effectuer, ayant pour objet unique et véritable la transmission de possession de ce disque. 'fin bref, je l'ai acheté, quoi. Ce disque, sous sa pochette designée par le grand fidèle depechemodien Anton Corbijn (ce qui ne l'empêche pas d'être moyenne ; elle n'est pas aussi foirée que pour le précédent opus Sounds Of The Universe, mais elle n'est pas un modèle de beauté visuelle non plus ; en revanche, belles photos, mais on parle de Corbijn, en même temps), ce disque, donc, est le nouvel album studio de Depeche Mode, et il est, par la même occasion, leur treizième opus studio (et si on compte les lives officiels, ça doit être leur dix-septième album, je crois). Il s'appelle Delta Machine, chouette titre qui a les mêmes initiales que le nom du groupe, ce qui permet d'utiliser deux fois le design de l'album (des triangles - rappelons que la forme du delta est triangulaire - dans deux sens différents, soit pour former un D, soit, en doublon, pour former un M) sur la pochette. L'album offre 13 titres, ce qui est généreux (le précédent opus aussi en avait 13, Exciter de 2001 aussi), pour 58 minutes, ce qui n'en fait pas le plus long album studio du groupe (ça reste le précédent, ainsi qu'Ultra de 1997, 60 minutes chacun), mais est quand même pas mal. Surtout que, musicalement parlant, ce nouvel album est une vraie réussite.

DM2

Oui, c'est un fait : Delta Machine, précédé quelques semaines avant sa sortie par un single promotionnel sorti sous une pochette similaire (mais à teintes bleutées), est un grand cru de Depeche Mode. Toujours à trois membres depuis la fin de la tournée Devotional de 1993/94 (Alan Wilder - claviers - partira, victime d'un burn-out, après la tournée, qui fut apocalyptique ; restent donc Martin Gore - claviers, guitare, composition -, Dave Gahan - chanteur - et Andrew Fletcher - claviers), Depeche Mode livre ici un disque vraiment bluffant, sur lequel on entend peu de guitare (en même temps, on parle de Depeche Mode ; mais depuis 1987, la guitare est tout de même présente dans la musique du groupe, qui a humanisé un peu son propos avec Music For The Masses ; un morceau comme Enjoy The Silence, de 1990, album Violator, possède un très calme mais remarquable jeu de guitare). La guitare, très bluesy, est bien présente sur Slow et Goodbye, notamment, deux morceaux véritablement fantastiques, le dernier notamment, qui achève l'album à la perfection. Mais on est ici en présence d'un disque d'électrorock avant tout. Ambiances tour à tour oppressantes (Angel et son chant hargneux de Gahan, Soft Touch/Raw Nerve qui est très virevoltant), délicates (la ballade au piano de Martin Gore, The Child Inside, magnifique ; Gore chante au moins un titre par album, et celui-ci est une de ses plus belles performances vocales), dansantes (Soothe My Soul, fantastique). 10 des chansons sont signées Gore, cependant, Gahan en a écrit 3 : Secret To The End, Should Be Higher et Broken. Trois excellentes chansons au demeurant. Dans une interview il y à quelques mois, on posera la question à Gore si, un jour, un album entier du groupe contiendra uniquement des chansons de Gahan, et Gore répondra (Gahan n'était pas présent à l'interview) qu'il ne le pense pas, pas parce qu'il ne le laisserait pas faire, mais parce qu'il sait que Gahan a trop de respect pour le songwriting de Gore et son statut d'auteur du groupe pour vouloir, même le temps d'un album, prendre sa place. Néanmoins, ces trois chansons de Dave Gahan sont vraiment bonnes (à noter que sur les deux précédents opus, Gahan aussi livrait trois chansons).

DM3

S'ouvrant sur un remarquable Welcome To My World, offrant par la suite Heaven (le single ; une chanson à la Exciter), Slow, Broken, Secret To The End, Alone, Should Be Higher ou Soothe My Soul, et s'achevant en beauté avec Goodbye, Delta Machine est une réussite. Pour moi, ce disque est meilleur que le précédent, Sounds Of The Universe, lequel était tout de même excellent, il faut le dire ; en fait, je trouve ce disque quasiment aussi quintessentiel que Playing The Angel (qui précédait le...précédent album !), et du niveau d'Ultra. C'est un album qui, malgré sa durée de quasiment une heure, passe comme une lettre à la Poste tellement il enquille les grandes chansons, la seule qui ne m'a pas plu des masses étant My Little Universe (mais n'allez pas croire qu'elle est ratée, non non non). La production est excellente, Gahan chante super bien (Gore, sur sa chanson, assure à fond dans son registre délicat), et au final, clairement, Delta Machine s'impose et continuera de s'imposer parmi les meilleurs albums du groupe. Les fans apprécieront, et les néophytes peuvent y aller, ce n'est pas un disque hermétique à la Ultra.

Welcome To My World

Angel

Heaven

Secret To The End

My Little Universe

Slow

Broken

The Child Inside

Soft Touch/Raw Nerve

Should Be Higher

Alone

Soothe My Soul

Goodbye