DM10

J'en ai vu, des pochettes d'albums. Des belles, des moins belles. Celle-ci se taille une belle place dans la catégorie des ratages absolus, je dois l'avouer. Elle rappelle les pas très glorieuses années new-wave des 80's, avec les pochettes d'albums de New Order ou Orchestral Manoeuvres In The Dark, certaines de Brian Eno ou des Simple Minds, aussi (je ne parle pas du contenu desdits albums, mais de leurs pochettes, hein), autrement dit, de la merde pseudo arty et technologique en guise d'artwork. Regardez bien le cercle central de la pochette de cet album de Depeche Mode (leur dernier album studio sorti, en 2009, mais d'ici la fin du mois, ça ne sera plus le cas, le nouvel album sort bientôt) : il est mal dessiné, pas totalement formé. Volontaire, ou foirage total de la part du concepteur ? Et ces barres colorées à la Mikado, qui transperçent ce cercle noir, le tout, sur fond grisâtre... Quelle était l'intention de Depeche Mode ? Faire la plus repoussante pochette d'album au monde ? Dire qu'Anton Corbijn, photographe de génie qui les 'suit' depuis 1987, a une part de responsabilité dans tout ça (il est crédité à la direction artistique en plus des photographies, qui sont, elles, comme toujours, nickel chrome)... Bon, sinon, ce disque de 2009 s'appelle Sounds Of The Universe. Il dure la bagatelle d'une heure (pour 13 titres) et est le 12ème album studio de Depeche Mode. Il fait suite au fulgurant Playing The Angel de 2005, qui avait bien remis le groupe sur des rails satisfaisants après un Exciter (2001) franchement médiocre.

DM12

Sounds Of The Universe est-il meilleur que sa pochette ? Oh putain, oui. En même temps, ça aurait été dramatique que la réponse soit 'non'. L'album est meilleur qu'Exciter, meilleur qu'Ultra aussi (ce qui n'enlève rien à Ultra, mais beaucoup à Exciter), et s'il n'est pas aussi quintessentiel que Playing The Angel, Violator, Music For The Masses et Songs Of Faith And Devotion, il n'en demeure pas moins une vraie réussite. L'album démarre en fanfare avec le long (quasiment 7 minutes , c'est le morceau le plus long de l'album, car si Corrupt, le dernier, dure 9 minutes, dans ces 9 minutes, il y à 5 minutes du morceau, puis 3 minutes de silence, et 1 minute d'un titre instrumental caché) et vraiment grandiose In Chains. La suite percute quasiment de morceau en morceau, Hole To Feed, Wrong (sorti en single), Fragile Tension, Little Soul, le fantastique In Sympathy qui est mon préféré de l'album... Après, on a Peace, qui ne me plaît pas trop, mais rien de grave, dès Come Back, ça redémarre. Moments de grâce avec Miles Away/The Truth Is et Jezebel, et Corrupt, en final, achève tout. On notera encore une fois un court instrumental (Spacewalker, moins de 2 minutes) de transition qui ne sert pas à grand chose si ce n'est à rajouter 1,50 minutes au timing de l'album.

DM11

Au final, je ne vois pas grand chose à dire de plus : Sounds Of The Universe n'a aucun mauvais morceau (je n'aime pas Spacewalker et Peace, OK, mais je ne dis pas qu'ils sont mauvais), et pas mal de grands morceaux (In Sympathy, Jezebel, Miles Away/The Truth Is, Fragile Tension, In Chains), et seule sa pochette est ratée, dans tout ça. Le disque est long, mais ça passe super bien, et au final, si on excepte Playing The Angel, c'est bien l'album studio le plus enthousiasmant du groupe depuis 1993. A noter que durant la tournée mondiale de l'album, en 2009, Dava Gahan subira moult coups du sort : problèmes vocaux, déchirure de muscle au mollet, mais surtout problèmes gastriques qui révèleront une tumeur cancéreuse (opérée avec succès, heureusement) à la vessie. Quand ça veut pas, ça veut pas. Heureusement, tout a été rétabli, la preuve, le nouvel album sort prochainement. En espérant qu'il soit au moins du niveau de ce remarquable opus de 2009...

In Chains

Hole To Feed

Wrong

Fragile Tension

Little Soul

In Sympathy

Peace

Come Back

Spacewalker

Perfect

Miles Away/The Truth Is

Jezebel

Corrupt