EB1

Qui, mais qui sont ces tordus ? Endless Boogie, groupe américain (enfin, je crois...aucune page Wikipédia, ni en anglais, ni en français, ni en patois basque ou en esperanto, pas en volapük ou en finnois non plus, rien, nada, niet, nicht, wallou, que t'chi ; je ne peux donc que supposer qu'ils sont ricains, même s'il me semble qu'en fait le groupe contient un américain et des suédois), groupe américain, donc, est on ne peut plus mystérieux. Leur nom vient apparemment d'un album de John Lee Hooker (en tout cas, il y à un album de John Lee Hooker de ce nom), et signifie "boogie sans fin". A l'écoute de Long Island, leur dernier album, sorti récemment, mais aussi des autres albums du groupe (dont le précédent, Full House Head de 2010), on pige pourquoi. Ces mecs sont vraiment des malades : Long Island, pour la bagatelle de 79 minutes (soit le maximum de capacité d'un CD), n'offre que 8 titres. Le plus court fait 6 minutes, le plus long, 14, et on a deux autres titres dépassant les 10 minutes (en plus de celui qui en fait 14) et trois autres titres qui, eux, atteignent 9 minutes chacun. Des malades, des givrés, des fondus, des fous. Mais, aussi, des génies. Sorte de croisement entre les Stooges, le MC5, le Grateful Dead (pour le côté longues jams instrumentales ou quasi-instrumentales) et je-ne-sais-quoi (le chant a, parfois, des allures de rugissement black-metal), Endless Boogie livre une musique féroce et totalement envoûtante, trippante, un truc de fou qui vous empoigne par les tites bouboules pour vous faire faire trois tours de slip sans toucher les rebords, et quand il vous relâche, vous vous retrouvez la gueule en vrac et avec une forte envie de recommencer.

EB3

Bref, c'est des malades. Mais c'est aussi des génies. Difficile de parler de Long Island, disque que je trouve encore plus réussi que Full House Head (qui, pour une durée légèrement - 76 minutes - moins importante, offrait lui aussi peu de titres, dont un de 23 minutes). Full House Head avait été abordé ici non pas en article classique (ce n'est toujours pas le cas, faudrait que je répare cette erreur) mais en article de la série des Track-by-track, et pas par moi, mais par Koamae, qui m'avait fait découvrir ce groupe et ce disque par la même occaze. Une bombe. Long Island est donc l'occasion du premier vrai article (comprendre : chronique) sur Endless Boogie ici. Et comme je viens de le dire, difficile d'en parler. De The Savageist (13,35 minutes de furie au chant hargneux mais peu présent) à The Montgomery Manuscript (immense morceau de 14 minutes) en passant par Taking Out The Trash, Imprecations, General Admission ou On Cryology, tout est du même tonneau, des jams incessantes, mélodies ultra répétitives (le groupe mérite bien son nom : ils tiennent un riff, un rythme, et ils...ne...le...lâchent...plus...tout...du...long...du...morceau), ambiance digne du meilleur garage-rock underground et psychédélique. Sous une pochette étrange, un peu inquiétante, et que je trouve très efficace.

EB2

Voilà ce qu'est Long Island, voilà ce qu'est Endless Boogie. Un disque inclassable, surpuissant, monstrueux, d'un groupe inclassable, surpuissant et monstrueux. Si vous parvenez à trouver ce truc en magasin (perso, je l'ai eu sur le Net, c'est plus facile), prenez-le entre vos mains, et ne desserrez plus les mains tant que vous n'avez pas échangé ce disque contre de l'argent à la caisse dudit magasin. Bref, pour dire les choses crûment, achetez-le, à moins de ne pas aimer les longues (c'est le mot) jams (c'est aussi le mot) psychédéliques et heavy. Si vous aimez, putain, vous allez prendre. Si vous n'aimez pas, n'écoutez pas ce disque, vous perdriez connement 79 minutes d'existence terrestre, ça serait ballot. Et si vousne savez pas si vous aimez ou pas, tentez le coup, écoutez le clip plus bas, qu'est-ce que vous avez à perdre ? Personnellement, j'adore, c'est une bombe absolue. Je ne sais pas si on peut qualifier ça de rock, c'est trop tordu et extrémiste  pour n'être que du rock. Expérimental, jammesque, jusqu'auboutiste et surarmé, voilà ce qu'est Endless Boogie. Qui se dévoue pour créer une page Wikipédia sur ce groupe ?

The Savageist

Taking Out The Trash

The Artemus Ward

Imprecations

Occult Banker

On Cryology

General Admission

The Montgmomery Manuscript