JPRP1

En 1994, Jimmy Page et Robert Plant, deux anciennes gloires de Led Zeppelin, se retrouvent pour Unledded - No Quarter, un magistral album en partie live, proposant des chansons de Led Zeppelin (et certaines inédites : City Don't Cry, Wonderful One) à la sauce acoustique et, parfois, orientale (Kashmir, 12 minutes de splendeur). L'album est un succès. Quatre ans plus tard, les deux se retrouvent pour un disque studio, qui sera un gros succès commercial et critique (il récoltera un Grammy Award). L'album, un peu plus d'une heure, enregistré avec le bassiste Charlie Jones et le batteur Michael Lee, sort donc en 1998. Il s'appelle Walking Into Clarksdale, et à l'heure actuelle, c'est le dernier album de la collaboration Page/Plant, qui se retrouveront 9 ans plus tard, avec John Paul Jones (et le fils de John Bonham), pour la reformation live de Led Zeppelin. Jimmy Page est à la guitare, et Plant au chant, évidemment. Sous sa pochette montrant deux enfants ailés, Walking Into Clarksdale est un très bon disque de rock, pas très hard (malgré cela, le Grammy Award sera dans la catégorie 'performance de hard-rock de l'année') par rapport à Led Zeppelin, mais très efficace.

JPRP3

C'est clair que si on compare cet album avec ceux de Led Zeppelin, ou même avec le précédent disque de la collaboration Page/Plant, on sera un petit peu déçu, mais Walking Into Clarksdale, quand même, offre d'excellentes chansons : Shining In The Light, Blue Train (je peux me tromper, mais cette chanson est dédiée à Karac, fils de Plant, mort en 1977), Sons Of Freedom, la chanson-titre, When The World Was Young, Upon A Golden Horse... La production (signée Steve Albini, no shit) est efficace, et surtout, on sent bien que les deux ex-Led Zeppelin ont pris du plaisir à rejouer ensemble, même si Page semble quelque peu se 'brider', il n'est pas aussi démonstratif qu'au sein de Led Zeppelin. L'album, un peu long toutefois (65 minutes, 12 morceaux), n'est pas parfait, Please Read The Letter, House Of Love et Heart In Your Hand sont pas mal, mais moins percutantes que le reste. Des morceaux comme Most High sont bien, mais trop longs (5,35 minutes). Walking Into Clarksdale n'échappe pas à la règle du remplissage (et encore, ça aurait pu être pire) qui semblait la règle dans les années 90. Unledded - No Quarter est plus long (78 minutes !), mais étant à moitié live, ça ne dérange pas. Là, pour un disque studio, on aurait aimé un peu plus de concision, parfois (ou alors, il faut une qualité totale).

JPRP2

Mais rien de vraiment grave : ce disque, dans l'ensemble, est un des meilleurs albums de Robert Plant de l'après Led Zeppelin. Un album qui devrait plaire aux amateurs de bon rock, et aux fans de Led Zeppelin. On a vraiment d'excellentes chansons ici, la production est épatante, Page et Plant sont en forme (surtout Plant), d'excellentes chansons au programme... Non, vraiment, ce Walking Into Clarksdale n'a rien de honteux ! Plant fera mieux (Mighty ReArranger) en solo, et le précédent album de la collaboration Page/Plant est meilleur, mais on est ici en présence d'un très bon disque.

Shining In The Light

When The World Was Young

Upon A Golden Horse

Blue Train

Please Read The Letter

Most High

Heart In Your Hand

Walking Into Clarksdale

Burning Up

When I Was A Child

House Of Love

Sons Of Freedom