NY4

Tétanisant. Monstrueux. Tels sont les mots qui me viennent à l'esprit en pensant à cet album de Neil Young & Crazy Horse, sorti en 1991, un double live du nom de Weld. Il est sorti la même année qu'un autre live, simple lui, et baptisé Arc (un disque expérimental avec un seul titre de 35 minutes portant le nom de l'album ; un truc chelou et pas terrible), et en est le complément classique, si on peut dire. Weld, long de quasiment deux heures (54 minutes pour le premier CD, 67 pour le second, 8 titres par CD), n'a qu'un seul défaut, selon moi : sa prise de son est bonne, mais elle aurait pu être encore meilleure. En fait, j'encule les mouches, là ; son seul défaut est de ne pas en avoir. 16 titres grandioses, dont deux reprises, et parmi ces deux reprises, une est inédite en album studio du Loner : une reprise sublime, étonnamment calme par rapport au reste du live, du Blowin' In The Wind de Bob Dylan. L'autre reprise est Farmer John, la version studio est sur Ragged Glory, dont 5 des 10 titres sont présents ici ; normal, Weld est issu de la tournée promotionnelle de ce très destroy album de 1990 ! Neil Young est entouré de Frank Sampedro, Billy Talbot et Ralph Molina, son Cheval Cinglé de groupe. La performance qu'ils offrent ici est tout simplement monumentale.

NY5

Les classiques se suivent, de Hey Hey, My My (Into The Black) au doublé final Tonight's The Night/Roll Another Number (For The Road) (deux titres intialement issus de Tonight's The Night, 1975). Aucun mauvais moment, aucune longueur, les morceaux, longs en général (Like A Hurricane, 14 minutes de furie ! Love And Only Love, Love To Burn et Cortez The Killer, 9 à 10 minutes chacun !), assurent, et si la setlist est au final peu originale (6 des 16 titres sont sur Live Rust, magistral live de 1979), l'interprétation le fait oublier. Un live du Loner, c'est un peu comme un live d'Iron Maiden : on écoute souvent, très souvent les mêmes chansons, mais c'est toujours aussi bon. Et puis Weld offre quand même une version à tomber dans le ravin de Crime In The City, il offre aussi Cinnamon Girl, F*!#In' Up, Roll Another Number (For The Road), Rockin' In The Free World, des titres anthologiques. Neil se livre à des soli grandioses (Like A Hurricane, Cortez The Killer ; quand il commence le chant, sur ce titre, c'est, comme toujours, à pleurer), il sait doser ses effets, même si l'ambiance générale de Weld équivaut à Ragged Glory puissance un milliard de millions de milliards (comprendre : ce disque vous dévierge une pucelle par la force du son). A vous faire sauter les vitres des maisons de la ville voisine. Monstrueux, quoi. Même dans les moments un tant soit peu calmes (la reprise dylanienne, Tonight's The Night pleine d'angoisse et de noirceur), Weld vous chope ==>là pour vous balancer ==>là. Avec force.

NY6

Voici donc le meilleur live de Neil Young et un des plus grands lives non seulement des années 90, mais de l'histoire du rock. Clairement, totalement. En écoutant ce disque, on pige pourquoi le Loner est considéré comme le papa du grunge, ce disque, en effet, sorti l'année de Ten et Nevermind, les renvoie aux pâquerettes avec la plus grande allégresse. Il est totalement furieux, destroy, heavy, tout en étant d'une grande force mélodique. La voix de Neil fait toujours autant d'effet, fragile et forte en même temps (une des plus belle voix de l'histoire du rock), et sa guitare, n'en parlons pas, j'en frissonne encore. Si vous aimez le Loner électrique (personnellement, même si j'adore la face acoustique et folk du Loner, c'est la face électrique que je préfère, de loin !), Weld est tout simplement essentiel. D'autant plus que si vous aimez le Loner électrique, alors vous aimez Ragged Glory, et Weld en est le pendant live, totalement démultiplié, renforcé. A côté, Ragged Glory, et ses morceaux se finissant en bordel larsénique (je plains les amplis...), ressemble à Harvest, c'est dire !

CD 1

Hey Hey, My My (Into The Black)

Crime In The City

Blowin' In The Wind

Welfare Mothers

Love To Burn

Cinnamon Girl

Mansion On The Hill

F*!#in' Up

CD 2

Cortez The Killer

Powderfinger

Love And Only Love

Rockin' In The Free World

Like A Hurricane

Farmer John

Tonight's The Night

Roll Another Number (For The Road)