B1

Les Betiwched Hands sont un groupe français originaire de Reims. Faisant de la pop-rock tendance psychédélique et électronique, on peut les décrire comme une sorte de croisement entre MGMT, Arcade Fire (avec qui ils partagent le côté 'clan' plutôt que de groupe : les Bewitched Hands, comme Arcade Fire, sont en effet nombreux !), les Pixies (pas mal des membres du groupe sont fans des Pixies), les Arctic Monkeys, les Beach Boys et les Français de Phoenix. En 2010, ils sortent leur premier album (Birds & Drums), qui sera qualifié, par les Inrockuptibles, à sa sortie, de, je cite, putain de bon disque. Même ces culs-fermés de Télérama diront que les chansons sont radieuses, fraîches. Et pourtant, Télérama...hein, vous voyez ce que je veux dire. Deux ans plus tard, en 2012 donc, ils publient, toujours sur ce label au nom marrant (Look Mum No Hands ! Records), leur deuxième album, lequel, en 41 minutes, alignent 12 chansons. Ce disque porte le nom de Vampiric Way, et d'emblée, il se fait remarquer. Disque du mois chez Rock'n'Folk au moment de sa sortie (fin d'année 2012). Et une pochette, comment dire... bizarre.

B3

C'est un fait, la pochette de ce Vampiric Way, non seulement ne permet pas de décrire la musique présente sur l'album (on croirait à un disque de rock gohique, de black metal, à voir ce visuel, ce qui n'est absolument pas le cas, la musique, ici, n'étant pas gothique et sombre), mais foutrait limite les jetons. Elle cadre bien avec le titre de l'album, ceci dit : une sorte de créature humanoïde, une goule (ou un homme, tout simplement, mais d'un blanc tellement blafard qu'il en est limite fluorescent dans ce fond noir et bleu), lèchant un couteau rougi de sang, et tenant dans son autre main une sorte de jambe humaine tranchée (le bord est rougi, découpé) et repliée en S. Une pochette pareille, faut assumer, et à mon avis, les Bewitched Hands l'assument. Elle ne donne pas spécialement envie de l'acheter, ce disque, même si, en ce qui me concerne, elle ne fut pas un frein, juste un élément un peu surprenant, un détail m'ayant interloqué (dans les bacs à disques, on la remarque) et, quelque part, m'ayant donné envie d'écouter ce disque et, d'une manière générale, ce groupe que je connaissais de nom, mais sans avoir jamais rien entendu d'eux. Bilan : totalement positif. Sans être le sommet de 2012 ni de la décennie, ni du siècle, Vampiric Way est une réussite. De la pure petite balle pop/rock tendance un peu psyché par moments, des chansons vraiment mémorables (Boss, The Laws Of Walls qui s'impose comme étant le sommet du disque, She Bewitched Me, 50's Are Good, Westminster et son intro gothique et flippante, seul moment de l'album en raccord avec l'ambiance de la pochette)... Le chant, partagé entre voix masculines et féminines (en contrepoint), très harmonique, est efficace. Les mélodies, synthétiques mais pas trop, assurent.

B2

Bref, ce disque est une réussite, sous sa pochette bizarre et pas spécialement belle et sous son titre gothique qui laisse présager trompeusement pas mal de choses. Merveille pop/rock acidulée et recherchée, ce deuxième album des Bewitched Hands est un disque à découvrir vraiment, sans doute un des meilleurs albums français de 2012, et si ce groupe continue dans cette voie et avec autant de réussite, nul doute qu'ils deviendront rapidement des incontournables. On sent bien les diverses références (Pixies, MGMT, Arcade Fire) du groupe ici, sur ce Vampiric Way de très très haute volée. Excellent !!! Rien que The Laws Of Walls, ce final...

Westminster

Thank You, Goodbye, It's Over

50's Are Good

Words Can Let You Down

Let Me

Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

She Bewitched Me

Boss

Modern Dance

Hard Love

Vampiric Way

The Laws Of Walls