P 4

Nous revoilà à parler de ce groupe français qui cartonne aux USA, mais a du mal (même si ça commence à venir, en fait, depuis 2009 et leur dernier album en date) à faire de même dans son propre pays : Phoenix. Groupe versaillais, comme Air, faisant de la pop électro (comme Air, mais Air sont plus électro que Phoenix, cependant, bien plus), Phoenix, mené par Thomas Mars (le 'jules' de Sofia Coppola), a lancé sa carrière en 2001 avec un United très bon, suivi par un Alphabetical (2004) plus réussi encore, mais plus recherché, moins cartonneur. Sorti en 2006 sous une pochette assez bof, It's Never Been Like That est le troisième opus de Phoenix, qui sortira encore un disque en 2009 (Wolfgang Amadeus Phoenix), en attendant un nouvel album courant 2013 (logiquement). Encore une fois très court (37 minutes, comme les deux précédents...et le suivant !), It's Never Been Like That renoue avec la pop électro de United, et est à mes oreilles encore plus réussi que les deux précédents albums. Et le suivant, de 2009, sera encore supérieur. Bref, Phoenix s'améliore de disque en disque ! Le personnel est inchangé sur ce disque produit par le groupe, et ayant été nommé au Prix Constantin en 2006.

P 6

J'ai vraiment adoré ce disque qui, de Napoleon Says (un titre de morceau qui n'est pas sans me faire penser à l'ambiance assez Ken Russell et Empire de Wolfgang Amadeus Phoenix, qui contient un morceau du nom de Lisztomania) à Second To None en passant par le grandiose instrumental North, est un régal pop et électro de tous les instants. Le chant est juste parfait, j'aime énormément la voix (un peu bidouillée par moments) de Thomas Mars, et les guitares sont remarquables. It's Never Been Like That n'est pas un disque qui révolutionne la pop, entendons-nous bien, mais entre Rally, Napoleon Says, Consolation Prizes, Courtesy Laughs et Lost And Found, c'est un petit disque assez court (trop court, même), 10 titres pas très longs qui offrent un vrai bonheur sonore à l'auditeur, à moins d'être totalement réfractaire à la pop et à l'électrorock. Aucun titre, ici, ne me semble inférieur aux 9 autres.

P 5

Et quand on pense que Phoenix fera encore mieux trois ans plus tard avec ce Wolfgang Amadeus Phoenix de génie, ça prouve à quel point ce groupe très sous-estimé en France est à écouter et à suivre ! Désolé pour la brièveté de cette chronique, mais je ne sais quoi dire, j'ai tellement aimé ce disque (alors que je n'en attendait pas grand chose, tout comme de Phoenix en général ; j'ai moi aussi sous-estimé ce groupe à découvrir ou redécouvrir) que je ne sais pas comment bien en parler. Il y à des albums, comme El Camino des Black Keys ou Physical Graffiti de Led Zeppelin, où je pourrais en étaler des pages et des pages, et d'autres qui me plaisent beaucoup aussi, et au sujet desquels je suis asséché. C'est le cas de ce disque de 2006, vrai régal pop/rock tendance électro, un disque sublime que je vous encourage à écouter. Et écoutez ce groupe, en général !

Napoleon Says

Consolation Prizes

Rally

Long Distance Call

One Time Too Many

Lost And Found

Courtesy Laughs

North

Sometimes In The Fall

Second To None