P 1

Après un premier album (United) très réussi en 2000, Phoenix, groupe français (de Versailles) mené par le chanteur Thomas Mars, s'est reposé, si on peut dire, pendant quatre ans avant d'enregistrer, dans leur cave (textuel, mais en anglais, dans les crédits), leur deuxième album. Le toujours difficile deuxième album s'appelle Alphabetical, et sous sa pochette très austère se cache un disque qui paraît, de prime abord, moins pop et accessible que le précédent. En effet, Alphabetical, encore une fois un disque court (tous les albums du groupe, il y en à 4 pour les albums studio, durent moins de 40 minutes, et font tous entre 36 et 37 minutes, même, et tous ont 10 titres), n'est pas le disque à conseiller pour découvrir Phoenix. J'ai même envie de dire que c'est le disque à écouter en dernier quand on veut découvrir ce groupe nettement plus cartonneur aux USA (ils ont  joué au Madison Square Garden de New York, qui était rempli ou presque ; c'est quand même une arena assez conséquente !) que dans son propre pays, qui l'a toujours dédaigné, considéré ses disques avec un peu de condescendance et de mépris (on les accusera de vouloir faire comme Air, aussi originaires de Versailles, on les accusera d'être des fils de riches, des bourges... On peut être très con, quand on veut, et au sujet de Phoenix, on a vraiment bien voulu).

P 2

Alphabetical semble décevant, à la première écoute, il en faut plusieurs pour parvenir à l'apprécier. Le disque n'est pas très sautillant, on peut citer le nerveux I'm An Actor, ou le léger Everything Is Everything, mais dans l'ensemble, c'est assez contemplatif, pas sombre (un ou deux titres, à la rigueur, le sont, et encore), mais pas énergique. Pas de tubes, mais d'excellentes chansons, il y en à, comme la chanson-titre (qui est assez courte, même si la plage audio fait 7,30 minutes : on a du silence et un titre caché en final), Love For Granted, Everything Is Everything ou (You Can't Blame It On) Anybody. On a aussi un court (1,10 minute) instrumental, Congratulations, qui ne sert pas à grand chose mais est correct. Si United était un disque bien pop, Alphabetical, plus recherché, est plus maîtrisé, aussi, plus réussi. Pas de beaucoup, et sachez que ce n'est pas non plus le sommet de Phoenix (c'est Wolfgang Amadeus Phoenix, de 2009, leur dernier en date en attendant un album courant 2013, apparemment), mais on sent que le groupe prend plus de matûrité ici, ils ont essayé quelque chose de nouveau, ce qui n'a pas été très bien accueilli encore une fois (le succès, en France, sera limité ; ailleurs, ça sera mieux, mais Alphabetical n'est pas le disque du groupe ayant eu le plus gros succès commercial).

P 3

Au final, donc, un très bon disque de pop, un peu électro, mais pas trop. Plus électrique que synthétique, ce disque, sous son austère pochette qui augure de quelques difficultés à entrer dans l'album, contient donc d'excellentes chansons, quasiment toutes sont réussies, je ne suis pas fan de If It's Not With You, mais c'est pas un mauvais titre non plus. La suite de la carrière de Phoenix sera plus pop et électro, entre It's Never Been Like That (2006) et le sommet Wolfgang Amadeus Phoenix cité plus haut. Un disque pour fans du groupe, voilà ce qu'est Alphabetical, disque difficile d'accès, de prime abord frustrant, mais, au final, très recherché et intéressant.

Everything Is Everything

Run Run Run

I'm An Actor

Love For Granted

Victim Of The Crime

(You Cant Blame It On) Anybody

Congratulations

If It's Not With You

Holdin' On Together

Alphabetical