RS 1

En 1995, les Rolling Stones publient un live. Ca n'aurait pas du faire sauter les boules des fans, après tout, ce live, ce n'est que leur cinquième pour l'époque. Mais Stripped, tel est son nom, est particulier, car, tout en proposant des titres de la tournée Voodoo Lounge (1994, album très réussi, le premier depuis le départ, en 1993, du bassiste Bill Wyman), il ne propose, déjà, aucun titre issu de Voodoo Lounge, et ne propose, surtout, que des morceaux acoustiques (ou semi-acoustiques). 14 titres, pour un tout petit peu moins d'une heure de musique, morceaux enregistrés pour certains en répétitions (en balances) à Lisbonne et Tokyo, et pour une grande majorité, en live à Paris (Olympia) et Amsterdam (The Paradiso Club). Ce live fait partie de la fameuse vague de lives acoustiques (ou partiellement acoustiques) des années 90, ces MTV Unplugged de Clapton (remarquable), Dylan (atroce), Nirvana (mythique), Alice In Chains (excellent)... Celui-ci, avec sa pochette brut de pomme (une simple photo n&b du groupe, lettrage basique, ça fait home made) et sa production efficace et simple de Don Was et des Glimmer Twins Jagger et Richards (Don Was a produit Voodoo Lounge, il produira aussi les suivants, Bridges To Babylon et A Bigger Bang, en collaboration avec les Glimmer Twins aussi), est, on peut le dire, une réussite dans le genre.

RS 3

On peut, comme Leslie Barsonsec (ami internaute et visiteur régulier du blog, fan du groupe et aimant beaucoup Stripped), l'a dit dans un commentaire récent sur je ne sais plus quel article, critiquer l'album pour ne pas être très sincère : comme je l'ai dit, c'était la mode des lives de ce genre, et les Stones voulaient en faire un pour être dans la mode. Certes. Mais Stripped, franchement, même sorti 10 ans plus tôt ou plus tard, resterait un grand disque live stonien. Sur les 14 titres, le plus récent, pas en terme d'enregistrement sur ce live, mais en parlant des versions studio originales, est Slipping Away (la version studio originale est sur Steel Wheels, 1989), chanté par Keith Richards. Mais l'essentiel des titres sur Stripped sont de vieilles chansons des années 60 et 70, des classiques que l'on trouve, qui plus est, rarement sur des lives du groupe : Angie, Street Fighting Man, Not Fade Away (une reprise), Dead Flowers, Wild Horses, Let It Bleed, Sweet Virginia, des chansons correspondant bien à un concert acoustique, elles sont déjà, pour la plupart, assez unplugged en studio (ou sont des chansons de country ou de folk). A noter la présence d'une reprise remarquable du Like A Rolling Stone de Dylan ! Le groupe a sans doute voulu se faire plaisir en reprenant cette chanson utilisant (même si Dylan n'a pas écrit cette chanson en pensant à eux) leur nom ? Eux qui se sont appelés d'après un morceau du grand Muddy Waters, qu'ils auraient pu reprendre, d'ailleurs...

RS 2

Photos dans le livret dépliant

Tout du long des 59 minutes, Stripped est un régal pour fan du groupe (Bill Wyman, parti en 1993, ne se fait finalement pas trop regretter, le groupe ayant trouvé en Darryl Jones un remplaçant de talent) et pour amateur de concerts bluesy et acoustiques. C'est probablement un des meilleurs lives du groupe, derrière Get Yer Ya-Ya's Out ! de 1970, mais sans doute leur second meilleur live. En même temps, les autres sont généralement décevants, Got Live If You Want It ! et sa production abominable, No Security trop court et issu d'une tournée moyenne, Live Licks qui ne sert à rien, Still Life (American Concert 1981) trop court et inégal... J'adore Flashpoint, sinon, et Love You Live, mais dire qu'ils sont de grands lives, je ne sais pas... Donc, Stripped est le deuxième meilleur live stonien, et ça, c'est déjà pas mal. Un vrai bonheur pendant quasiment une heure !

Street Fighting Man

Like A Rolling Stone

Not Fade Away

Shine A Light

The Spider And The Fly

I'm Free

Wild Horses

Let It Bleed

Dead Flowers

Slipping Away

Angie

Love In Vain

Sweet Virginia

Little Baby