SP 1Oui, j'ai décidé de reparler de Shaka Ponk sur le blog. Non, je vous rassure, je vais bien, très bien même, et si je précise ça, c'est parce que cette nouvelle chronique de leur album de 2011 The Geeks And The Jerkin' Socks (car à la base, j'avais abordé ce disque en 2013) va être pour le moins gentille, pour ne pas dire vraiment adorable à son égard. Dans mon ancienne chronique, désormais effacée, j'étais plus du genre c'est pas mal, mais est-ce que ça va tenir la rampe pour les années à venir ? et aussi du genre c'est pas non plus LE disque de rock français, ni LE groupe de rock français. Ca fait plusieurs semaines que je me réécoute, en entier ou seulement quelques morceaux, sur ma chaîne hi-fi, en voiture ou au casque, cet album sorti donc en 2011 et ayant été, pour le groupe français, un vrai détonateur : The Geeks And The Jerkin' Socks (qui, à la base, était pressenti pour s'appeler The Galacteeks And The Surfin' Jocks, je ne sais pas lequel des deux titres est meilleur que l'autre, pour tout dire...). Pourquoi 'détonateur' ? Tout d'abord parce que c'est le premier album du groupe avec un nouveau membre, une chanteuse anglo-égyptienne (mais francophone, en tout cas, parlant un français sans accent), Samaha Sam, qui alterne le chant avec Frah ; et ensuite parce que même sans Samaha en complément féminin, Shaka Ponk (dont le nom est une allusion à la fois à la violence de la musique du groupe (punk : Ponk) et au fait qu'ils sont, dans l'ensemble, très zen ('Shaka' est une allusion au Bouddhisme, au Baghavad-Ghita)) offre, ici, une légion de hits, de tubes que tout le monde ou presque a fredonné en 2011/2012/..., ils ont vraiment commencé à avoir un succès monstrueux, remplissant Bercy (le live Monkeys In Bercy, simple CD mais avec aussi un DVD proposant tout le show, offre ce concert de Bercy), alternant les clips, passant à la TV, gagnant même une Victoire de la Musique pour le spectacle/tournée de l'année (mais ils ont loupé celui de l'album rock).

SP3

Sur ce disque de 2011, Shaka Ponk se permet même le luxe d'inviter, sur le dernier titre (Palabra Mi Amor, qui sera un hit), Bertrand Cantat, dont ça sera (Détroit excepté) la première vraie apparition sur disque depuis les sinistres évênements de Vilnius de 2003 sur lesquels on ne reviendra pas. Certains critiqueront vertement Shaka Ponk d'avoir osé proposé à Cantat de chanter sur le morceau (et il participera aussi à des concerts comme celui de Bercy d'ailleurs), estimant qu'un mec comme lui ne méritait pas de retrouver le public, etc, faudrait pas tout mélanger comme je l'ai déjà dit ici récemment, hein ? En live, avec les Ponk, Cantat interprétera ce morceau, ainsi que notamment des reprises du Avec Le Temps de Léo Ferré (seul avec une guitare) et du Gimmie Shelter des Stones. Concernant Palabra Mi Amor, qui achève l'album, c'est une petite tuerie interprétée en majeure partie en français (par Frah et Cantat), ce qui est un exploit pour Shaka Ponk qui, exclusivement, ne chante qu'en anglais (un anglais très souvent teinté d'espagnol, d'ailleurs). On a cependant beaucoup d'anglais, et un peu d'espagnol, sur cette chanson à trois voix (Cantat ouvre le bal par une déclamation s'achevant dans un hurlement de dingue, suivi par Samaha et par Frah, qui prend le premier couplet ; le trio sur le refrain, Cantat sur le second couplet, Samaha n'en chante aucun à elle seule). On trouve, sur ce morceau, un solo de guitare absolument dingue de chez dingue, remarquable, se fondant, pour le final du morceau, dans un autre solo, de xylophone (ou de celeste ? j'ai un doute), qui fait achever dans la délicatesse et la douceur un morceau (et un album) commencé dans la furie et la frénésie. Dans l'ensemble, l'album est du niveau de cette chanson. Certes, on a quelques titres un peu moyens (je ne suis vraiment pas fan d'Old School Rocka, avec la participation d'un rappeur du nom de Beat Assaillant, et je ne suis pas fan non plus de Brunette Localicious, interprété par Samaha seule), mais dans l'ensemble, cet album, long de 52 minutes, assure dans son genre.

SP5

Un genre assez difficile à clarifier, j'ai classé ce disque dans la catégorie 'chanson/variété/rock français' car après tout, c'est du rock français, mais en fait, ne serait-il pas plus judicieux de le mettre dans le punk-rock, ou le heavy metal ? On a aussi bien du rock bien poilu et couillu, très métallisé que du punk, de l'électro, de la funk aussi... Certains n'hésiteront peut-être pas à dire que c'est du nu-metal, personnellement je ne le pense pas ; déjà, c'est d'un niveau nettement supérieur à celui des meilleurs groupes de ce genre (Linkin' Park, Sum 41, Limp Bizkit...), ensuite, c'est trop varié, trop melting pot pour n'être que du nu-metal. Dans un sens, ça en est un peu, oui, mais pas que ça. On a même un peu de reggae (My Name Is Stain, un des hits de l'album et probablement le plus gros hit de l'album d'ailleurs ; pas ma chanson préférée, mais elle est très sympa et fun). L'intro guitaristique de Run Run Run est du pur rock des familles, Dancing Dead est, lui, plus électro-dance qu'autre chose, et Sex Ball (chantée par Samaha) est une sorte de hip-hop rock monstrueux aux paroles salaces (I got a girlfriend, a kinda super belle, the kinda girl the whole world wanna bang) et au clip très sexy et réussi, un morceau jouissif comme il n'en existe que trop peu, et probablement mon préféré de l'album avec Palabra Mi Amor et le morceau introductif, Let's Bang (au clip fun et osé - pour le clip YouTube plus bas, si vous n'êtes pas inscrit majeur sur le site, vous ne pourrez pas voir la vidéo -, montrant, au début en tout cas, Samaha et Frah, à poil, en train de danser, aux côtés de Goz, le singe virtuel, mascotte du groupe et, à la base, leur seul vrai chanteur ; c'est suite à une panne d'écran au cours d'un concert que Frah pris le relais au chant, et a poursuivi de la sorte après), lequel est typiquement le genre de morceau qui donne envie de se remuer le cul (comme il est d'ailleurs dit dans les paroles : you gotta move your butt). C'est aussi un morceau bien représentatif de l'album : il passe subitement d'une mélodie un peu pop à de la vraie furie pure. Tout comme I'm Picky, qui suit, chanté par Frah seul (qui, dans le second couplet, mélange les langues avec jubilation, sans y mettre de français cependant), un morceau tout simplement bluffant.

SP4

The Geeks And The Jerkin' Socks est un excellent album de...d'électro/heavy punk/funk rock, si on veut, mais un excellent album, en tout cas. Certes, c'est du bourrin la plupart du temps (en fait, aucun morceau calme ici, c'est bourrin tout le temps !), et ce n'est pas le sommet du rock français, mais c'est vraiment le genre de truc qui envoie sévère, et personnellement je prends énormément de plaisir à m'écouter ce disque de temps en temps. Succès monstrueux, l'album sera suivi, en 2014, de non pas un, mais deux albums, sortis peu de temps l'un après l'autre : The White Pixel Ape (Smoking Isolate To Keep In Shape) et The Black Pixel Ape (Drinking Cigarette To Take A Break), deux albums indissociables l'un de l'autre (les pochettes se répondent, les titres de certains de leurs morceaux aussi, je cite d'abord celui de l'album blanc avant celui du noir : Lucky G1rl et Lucky Boy, 6xLove et 4xGet, Gimme Guitarrrrrra et Come On Cama, Wanna Get Free - un hit de plus - et The Way Out), le premier des deux albums est assez électrorock (moins bourrin que d'ordinaire, avec même des utilisations de piano, banjo, flûte, cuivres et violon selon les morceaux) et lumineux, enregistré durant une période gaie pour le groupe, et le second, enregistré durant une période plus difficile (blessure de Frah entraînant des annulations de concerts), est nettement plus heavy et violent, sombre aussi. Tous deux seront abordés ici bientôt, sans aucun doute en un seul article, les deux albums, commercialisés séparément, étant cependant vraiment indissociables l'un de l'autre. Aucun n'est aussi réussi que The Geeks And The Jerkin' Socks, mais tous deux sont, ceci dit, vraiment bons, et si vous avez aimé l'album de 2011, vous devriez les aimer aussi !

Let's Bang

I'm Picky

Brunette Localicious

I'm A Lady

Sex Ball

My Name Is Stain

Shiza Radio

Run Run Run

Dancing Dead

Reset After All

Old School Rocka

Palabra Mi Amor