the-black-keys-attack-and-release

Je suis devenu fan des Black Keys dès ma première écoute de leur dernier opus en date, El Camino (2011), qui fut par ailleurs mon premier album du groupe, découvert juste avant Brothers (2010). Vous allez me dire, devenir fan d'un groupe, se déclarer fan du moins, après l'écoute de juste un de leurs albums, c'est pas possible, on ne peut pas se déclarer fan avec si peu de connaissance de la musique d'un groupe, mais la suite m'a prouvé que j'avais raison, je suis vraiment devenu fan des Clés Noires dès ma découverte de ce groupe américain, un duo précisément (Dan Auerbach : chant, guitare et autres instruments, look de caveman sur la pochette ci-dessus ; Patrick Carney : batterie, percussions, le binoclard glabre et chevelu). Le groupe est originaire de l'Ohio, Akron, et fait du rock bien pur, bien binaire, du truc qui envoie, avec cependant des connotations soul/funk par moments, et surtout depuis Brothers. Aaah, Brothers... Avant ce disque de 2010, les Black Keys était connus de leurs fans, admiré des rock-critics spécialisés, mais le grand public ne les connaissait pas. En 2010, ils ont accédé au stardom grâce à ce disque sorti sous une pochette en allusion au fameux Album d'Howlin' Wolf (1969), celui dont la pochette annonçait noir sur blanc (au sens littéral du terme !), et en anglais dans le texte, Voici le nouvel album d'Howlin' Wolf, et il ne l'aime pas. Sur la pochette noire de leur Brothers, les Keys indiquent This is an album by The Black Keys. The name of this album is Brothers, et ont même poussé le vice jusqu'à rajouter des phrasounettes explicatives pour à peu près tout (les paroles, le poster du dos du livret, la liste des morceaux, les noms des membres du groupe). Brothers, c'est 55 minutes (et 15 titres ! sans doute un ou deux de trop, pour pinailler) démentielles, comment ne pas citer The Only One, Never Gonna Give You Up, Tighten Up, Howlin' For You ? Le disque cartonne (une des meilleures ventes de 2010), le groupe devient hype... Un an plus tard, le plus concis (38 minutes, 11 titres) El Camino sort, et c'est, à mes oreilles, encore mieux. Lonely Boy, Little Black Submarines, Mind Eraser, Sister, il faudrait tout citer en fait... et le tout, sous une pochette représentant une voiture qui n'est pas un El Camino (modèle de coupé Chevrolet), chose amusante !

black-keys

Brothers et son successeur sont tous deux produits en partie par Danger Mouse (producteur notamment pour Gorillaz ou Gnarls Barkley, pas exactement du rock binaire, donc), dont la première collaboration avec les Keys date de 2008 et de l'album précédant Brothers dans leur discographie : Attack & Release. Ce disque, donc, que j'aborde aujourd'hui. Un disque de 37 minutes et 11 morceaux, qui marque l'entrée des Clés Noires dans une autre galaxie, c'est la première fois qu'ils enregistrent ailleurs que dans leur fief paumé d'Akron, Ohio. Danger Mouse les produit, Marc Ribot (guitariste ayant bossé avec Tom Waits, mais aussi Alain Bashung) apparaît sur le disque, ainsi que le padre de Patrick Carney, Ralph (un flûtiste qui a aussi bossé avec Waits). Sous sa pochette un peu moyenne, Attack & Release est un excellent cru du groupe, d'avant Brothers. En écoutant bien, on sent comme des prémisses de Brothers sur ce disque, la prod' n'y est pas pour rien... L'album aligne d'excellentes chansons, telles que Lies, Strange Times, les deux parties de Remember When, Same Old Thing ou Things Ain't Like They Used To Be, chanson bénéficiant de la participation d'une jeune chanteuse de bluegrass du nom de Jessica Lea Mayfield. Personnellement, je ne vois rien à retirer de ce disque vraiment excellent.

black_keys

Après, il est vrai que les deux opus qui vont suivre sont tellement monumentaux qu'à côté, Attack & Release semble un peu en-deça. Il l'est, mais rien de grave, ce disque n'en demeure pas moins super réussi, avec, je le répête, des chansons grandioses (So He Won't Break, Lies, Strange Times...), une excellentissime production, une interprétation bluffante (j'adore la voix d'Auerbach), une durée un peu courte, comme El Camino qui a la même configuration (même nombre de morceaux, pour une minute de plus en durée), mais en même temps, pourquoi faire une heure un peu lourdaude quand on peut faire 37 minutes aussi percutantes ? A l'arrivée, ce disque des Black Keys est à découvrir si vous avez aimé Brothers et El Camino et ne connaissez rien d'autre d'eux. Pour découvrir le groupe, c'est pas mal aussi. Ils feront encore mieux par la suite, mais Attack & Release vaut clairement le coup !!! Désolé pour l'absence de clips, mais un petit (et je l'espère, temporaire) bug m'empêche d'en mettre pour le moment...

All You Ever Wanted

I Got Mine

Strange Times

Psychotic Girl

Lies

Remember When (Side A)

Remember When (Side B)

Same Old Thing

So He Won't Break

Oceans & Streams

Things Ain't Like They Used To Be