images-3

Nouvel article proposant les dix meilleurs chansons de Joy Division.

images-1 Decades (1980): Le final de closer, album posthume et mortuaire au possible. Une chanson absolument parfaite, qui donne des frissons à chaque écoute. Curtis semble résigné à son triste sort et sa voix, ses paroles, associées à ces nappes de claviers célestes nous enmmènent dans un voyage à la fois sublime et glaçant. Inoubliable.

 

joy+division Atmosphere (1979): Une chanson sorti uniquement sous le format 45 tours (avec Dead Souls en face B), puis ressorti ensuite sur diverses compilations. Peut être la seule où Ian Curtis paraît réellement apaisé et surtout apaisant, elle porte paticulièrement bien son titre car elle est vraiment "atmosphèrique", presque planante en fait. Encore une fois absolument monumental. À noter qu'une version alternative est présente dans le coffret Heart And Soul sous le nom de Chance.

images Love Will Tear Us Apart (1980): LE TUBE de Joy Division, leur chanson la plus connu, la plus culte. Sortie en single, elle parle de désamour et fait référence à la propre vie de Ian Curtis, alors tiraillé entre sa femme deborah curtis et annik honoré. Cette chanson fait parti des plus cultes du rock et faire un top des meilleurs chansons de Joy Division sans la citer c'est comme faire un top des meilleurs chansons de Nirvana sans Smells Like Teen Spirit. Mythique.

 

images-1The Eternal (1980): Une marche funèbre, voilà comment on peut qualifier cette chanson, une des plus tristes de la musique enregistrée. Le chant de curtis est absolument parfait dans le registre "il n'y a plus d'espoir" et les paroles valent leur pesant d'or: Procession moves on, the shouting is over, Praise to the glory of loved ones now gone. Une des rares chansons à m'avoir arrachée des larmes.

images-1 I Remember Nothing (1979): Le final de Unknown Pleasures et aussi son sommet. Un morceau froid et quasi- éxpérimental sur laquelle Martin Hannett, le producteur, a enregistré des bruit de verre qui se casse, donnant à la chanson une ambiance presque oppressante. Impression renforcée grâce au chant de Curtis dont la voix semble surgir du néant.

images-2 In A Lonely Place (1980): Une des dernières chansons composée par le groupe, peut être même la dernière. La batterie distille un rythme tribal et mortuaire, la guitare et la basse se rejoignent dans un duo mécanique et froid, et enfin le chant est marmonné, comme si Ian Curtis nous disait tout bas ses dernières paroles avant la tragédie que l'on connait.

images-1Atrocity Exhibition (1980): Une telle chanson pour ouvrir un album il faut le faire! Toute l'ambiance glaçante et sépulcrale de Closer est résumé dans cette chanson, qui porte le même titre qu'un roman de  J.G. Ballard La Foire Aux Atrocités. Le mantra de la chanson est absolument hypnotique: Curtis semble nous inviter à entrer dans son univers et ça n'a pas l'air joli joli. Encore une fois un sommet.

images-1 Shadowplay (1979): Une chanson punk jouée au ralenti, voilà comment on pourrait qualifier ce morceau. L'intro à la basse est oppressante au possible et bernard summers nous livre des riffs acérés comme des lames sur lesquels Ian Curtis pose sa voix d'outre- tombe et ses paroles pleines de désespoir.

 

joy+division Dead Souls (1979): La face B de Atmosphere, une chanson bien violente et agressive sur laquelle le groupe rappelle ses origine: punk. Ian Curtis aura rarement paru aussi hargneux que sur cette chanson qui ouvrait souvent les concerts du groupe, car sa longue introduction (le chant ne vient qu'au bout de 3 minutes environ), permettait à Curtis selon les dires des autres membres de se mettre en transe pour le concert.

images-1 Disorder (1979): Ma chanson favorite du groupe, rien de moins! Une chanson sur laquelle tout me semble parfait: la basse sautillante, la guitare à la foid mécanique et aggressive et la batterie tribale. Ian curtis chante comme rarement il avait chanté jusqu'alors: sa voix se fait plus grave, plus introspective, et ses paroles plus sombres: I've got the spirit, lose the feeling, let it out somehow.