114775507

 En 1970, la première compilation (triple, je le rappelle) sur Woodstock fut un tel succès que le producteur de l'album, Eric Blackstead, décida d'en faire une suite, qui sortira un an plus tard, et sera double (toujours en CD : 87 minutes en tout). Elle s'appelle, très logiquement, Woodstock Two, et sous sa pochette prise pendant le festival et montrant des enfants nus en train de jouer à faire de la musique comme leurs glorieux ainés, elle offre des morceaux n'ayant évidemment pas été utilisés pour la première compilation, ni pour le film de Michael Wadleigh sorti en même temps que la première compilation. Woodstock Two est un album nettement moins connu et réputé que Woodstock : Music From The Original Soundtrack And More de 1970, et son succès commercial, bien que fort, sera moins imposant que celui de la triple compilation. C'est cependant un complément indispensable au premier album, et je dois dire, me concernant, qu'à chaque fois que j'ai envie de me faire du Woodstock, je m'écoute, soit en vinyle soit en CD (car je possède les deux albums dans les deux formats), ces deux compilations live, à la suite, ce qui fait à peu près 3h45 minutes de musique. Un chouette et assez complet programme ! Au sujet du programme, il a de quoi à la fois satisfaire et décevoir (ce qui est paradoxal, je sais) : il n'offre pour ainsi dire que des prestations d'artistes/groupes ayant déjà eu droit à au moins un morceau sur la première compilation de 1970.

68829794_p

Seuls Mountain et Melanie sont, ici, pour la première fois sur une compilation officielle (pour la première fois...en 1971, hein !). Pour les premiers, c'est un groupe de hard-rock mené par Leslie West (chant, guitare, surpoids) et dont un autre des membres, Felix Pappalardi (batteur, je crois), fut producteur de Cream. Cream, dont le bassiste Jack Bruce a co-écrit un des deux morceaux que joue Mountain (Theme From An Imaginary Western), morceau assez dans le style de Cream ou Procol Harum. L'autre morceau est le dévastateur Blood Of The Sun. Au sujet de Mountain, il y à eu, pendant des années, une polémique, au sein des fans de Woodstock, pour savoir si, oui ou non, ils avaient bien joué ces titres (voire même joué tout court !). En fait, oui, c'est prouvé, Mountain a bien joué, précisément entre les sets du Grateful Dead (qui fut un fiasco total, technique, artistique...) et de Canned Heat. Entre ces deux monstrueuses prestations (morceaux de une heure ou presque...), celle de Mountain, malgré le nom du groupe, passera inaperçue. Mais ils ont bel et bien joué, contrairement à un des morceaux de Crosby, Stills, Nash & Young de la première compilation (Sea Of Madness), qui, lui, n'a pas été joué au cours du festival (et est le seul des morceaux utilisés pour les compilations à ne pas avoir été issu du festival, exception confirmant la règle) ! Melanie, quant à elle, qui a deux titres aussi, est clairement l'aberration de Woodstock Two, comme Sha-Na-Na le furent pour la première compilation (et l'ensemble du festival). Un salmigondis de flower power/peace and love, qui a mal vieilli, et qui plus est, le chant de Melanie (Melanie Safka de son nom complet) est au mieux irritant, au pire insupportable. Si My Beautiful People est à la rigueur écoutable, Birth Of The Sun est insoutenable pour l'auditeur contemporain. Cette voix... Cependant, il faut être indulgent - un peu. D'abord, ce fut la première performance scénique de Melanie, et passer devant un parterre de spectateurs aussi nombreux (je ne rappelle pas le nombre de spectateurs, ça foutrait le vertige à un alpiniste chevronné), entouré d'artistes tels qu'Hendrix, Joan Baez, Canned Heat ou les Who, et ce, pour sa première scène, c'est pour le moins difficile. On sent le trac. Mais elle fut bien accueillie, la performance de Melanie, et My Beautiful People sera même un des classiques de l'époque.

Melanie02

Melanie

Woodstock Two vaut le coup essentiellement pour sa face A, entièrement constituée de morceaux de Jimi Hendrix (trois au total : il fermait la première compilation, il ouvre la seconde !). Ces trois morceaux ne sont pas aussi quintessentiels que sa version hallucinante de Purple Haze précédée de l'hymne U.S. (première compilation), mais ils assurent et méritent la (re)découverte : Jam Back At The House, Izabella et Get My Heart Back Together (en réalité Hear My Train A-Comin'). Une face A électrique et hendrixienne, une des raisons principales, avec Mountain et la face C, de l'écoute de Woodstock Two. La face C, elle, est entièrement acoustique, et si on excepte les deux titres de Melanie qui l'achèvent, est parfaite : Sweet Sir Galahad de Joan Baez est sublime, et les trois titres de Crosby, Stills, Nash & Young sont immenses : Guinnevere (5 minutes et quelques) et les très courts (2 minutes chacun) 4+20 et Marrakesh Express. A noter que 4+20, en 1969, était inédit, le groupe le mettra en 1970 sur leur album Déjà-Vu. Avec ces trois morceaux, CSN&Y sont le groupe ayant le plus de morceaux sur les compilations officielles de Woodstock : 6 (même si un de ces titres n'a pas été joué au festival, je l'ai dit plus haut et dans le précédent article sur la première compilation) ! Le reste de l'album est constitué des 13 minutes (puisées sur trois quarts d'heure, il semblerait !) de Woodstock Boogie, de Canned Heat (assez réussi), de deux titres sympas mais inégaux du Jefferson Airplane (Eskimo Blue Day est excellent, mais Won't You Try/Saturday Afternoon est paresseux), et d'un Everything's Gonna Be Alright efficace mais un peu long (8 minutes) du Butterfield Blues Band, je préfère leur Love March de la première compilation. Mais ce morceau (Everything's Gonna Be Alright) est plus représentatif de ce groupe oublié que Love March, il semblerait, en tout cas, selon Paul Butterfield (leader du groupe) lui-même !

woodstock_two_02

Une vue du verso de pochette vinyle (avec ses crédits difficles à lire)

Voilà donc dans l'ensemble Woodstock Two : des performances remarquables (CSN&Y, Joan Baez, Hendrix, Mountain), d'autres très efficaces (Canned Heat, Butterfield Blues Band) et du très inégal (Melanie, Jefferson Airplane). On regrettera l'absence de ces interventions des organisateurs qui rendaient bien sur la première compilation (après tout, c'est un live), à quelques exceptions près (speeches des participants), et on regrettera aussi de ne pas en avoir plus, par rappot à la première compilation qui était, je le rappelle, triple. S'achevant sur une minute de chant de la foule durant la pluie (Let The Sun Shine In), cette seconde compilation, moins connue que la première, moins parfaite aussi, en est un complément très réussi, et un fan du festival se doit de l'avoir chez soi. Personnellement, je ne saurais imaginer la première compilation, ce Woodstock : Music From The Original Soundtrack And More, sans sa suite Woodstock Two, les deux font la paire ! A noter que, pour le vinyle, ces albums furent édités en premier lieu par Cotillion Records, puis par Atlantic (qui hébergeait Cotillion). Je le précise pour que vous sachiez, si ça vous intéresse, quelle est l'originale américaine : c'est la Cotillion !

FACE A

Jam Back At The House - Jimi Hendrix

Izabella - Jimi Hendrix

Get My Heart Back Together - Jimi Hendrix

FACE B

Saturday Afternoon/Won't You Try - Jefferson Airplane

Eskimo Blue Day - Jefferson Airplane

Everything's Gonna Be Alright - Butterfield Blues Band

FACE C

Sweet Sir Galahad - Joan Baez

Guinnevere - Crosby, Stills, Nash & Young

4+20 - Crosby, Stills, Nash & Young

Marrakesh Express - Crosby, Stills, Nash & Young

My Beautiful People - Melanie

Birthday Of The Sun - Melanie

FACE D

Blood Of The Sun - Mountain

Theme From An Imaginary Western - Mountain

Woodstock Boogie - Canned Heat

Let The Sun Shine In - Audience During Sunday Rain Storm