0073145322972_600

Ce live bénéficie d'une réputation non usurpée, celle d'être un des meilleurs albums live de l'histoire du hard-rock, et du rock en général. Mais, paradoxal mais vrai, il souffre aussi d'une autre réputation, celle d'avoir été refait en studio, du moins en partie, par le producteur de l'album (Tony Visconti), qui l'avouera lui-même par la suite. Un membre de l'exécutif du groupe dira, lui, que le disque est live à au moins 75%, ce qui en dit long sur le fait que Live And Dangerous n'est sans doute pas un live enregistré totalement en concert (ou plutôt, au cours de plusieurs concerts, entre 1976 et 1977) ! Il n'empêche que ce live, double à sa sortie en 1978 et désormais tenant sur un seul CD de quelques 78 minutes, est une tuerie. C'est le premier live de Thin Lizzy, pas le dernier, et assurément le meilleur album du groupe (albums studio et live compris). Parce que tout le meilleur de Thin Lizzy, excepté la chanson Whiskey In The Jar qui ne s'y trouve hélas pas, est présent ici. Et parce que même si ses voix ont sans doute été refaites en studio, Phil Lynott (chant, basse, premier plan sur la majestueuse pochette, et mort en 1986 d'une overdose) est en état de grâce ici. 17 titres surpuissants, le meilleur du meilleur du groupe irlandais, en une année de légère renaissance du pur hard-rock (1978 est aussi l'année de sortie du premier Van Halen, des Powerage et If You Want Blood...You've Got It d'AC/DC, ce dernier étant un live, et Led Zeppelin rentre en studio pour accoucher dans la douleur de ce qui sera leur derier album studio, qui sortira en 1979, In Through The Out Door) après une année 1977 difficile pour tout ce qui n'était pas punk.

114315528-2

Verso de pochette vinyle

Faisant la part belle à l'album Jailbreak de 1976 (sur les 9 chansons de l'album, 5 sont présentes ici) et pas, curieusement, à Bad Reputation de 1977 (qui était le dernier en date, produit par Visconti : seules deux chansons de l'album sont ici présentes), Live And Dangerous est mortel. Et peu importe si, au final, il n'est pas live à 100%. Ce n'est pas le seul live dans ce cas, on a accusé des albums tels que Live At Leeds des Who, Alive ! de Kiss, Unleashed In The East de Judas Priest, Seconds Out de Genesis, d'avoir été en partie refaits en studio, ce qui ne les empêche pas d'être mortels. Ici, on a tout ce qui fait tripper un hard-rocker : ballade lacrymale (Still In Love With You), grandes épopées (Suicide, Warriors, Emerald, Are You Ready, The Rocker), blues tétanisant (Baby Drives Me Crazy, avec la participation de Huey Lewis, futur chanteur de The Power Of Love de la bande-son de Retour Vers Le Futur, ici à l'harmonica), hits (Don't Believe A Word, The Boys Are Back In Town, Southbound - un des deux titres de Bad Reputation, l'autre ouvre la face B), et même Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed, sorte de proto-rap (le chant !) très réussi. Et une reprise tétanisante, Rosalie, mélangée à des bribes de Cowboy Song, et rebaptisée, pour la circonstance, Cowgirl's Song. Massacre, Jailbreak, Sha-La-La, assurent aussi (notamment le dernier cité), faisant de ce live un grand moment de pure perfection métallique, rien n'est à jeter ici, rien. On se prend baffe sur baffe pendant quasiment 80 minutes, c'est effectivement un des meilleurs albums live qui soient, un des plus parfaits.

4518277767_b7db85b071_z

Affiche promotionnelle d'époque

Et ce, malgré cette putain de bad reputation (ah ah ah) que se traîne l'album depuis des années, à cause de Tony Visconti (producteur de Bowie, T-Rex...), qui a cependant fait un sacré bon boulot ici. Mais comme je l'ai dit plus haut, du moment que la musique est bonne, on s'en fout. Live And Dangerous reste un grand disque qui bute, que l'on prend toujours dans la face avec le sourire. Peu importe si Lynott a refait ses voix, si on a refait un solo ou une ruade de batterie (ou un titre, carrément, va savoir), le contenu est butant, monstrueux, phénoménal, mention ultra spéciale à Emerald, Still In Love With You, Warriors, Don't Believe A Word et à toute la dernière face. Certains albums live doubles (ou plus : triples...) peuvent sembler, des fois, trop longs. Clairement pas celui-ci : au vu de la qualité, on aurait aimé des morceaux en plus (Whiskey In The Jar, Fools' Gold, Fight Or Fall, Opium Trail, Soldier Of Fortune... ), un disque en plus, même ! Voilà donc, pour finir, ce qu'est Live And Dangerous : un sommet, malgré sa réputation. Dévastateur, du niveau de Made In Japan de Deep Purple selon moi (qui, lui, en revanche, est totalement live, sans retouches, et ça s'entend, Blackmore faisant à l'occasion une ou deux plantades devenues mythiques) !

FACE A

Jailbreak

Emerald

Southbound

Rosalie/Cowgirl's Song

FACE B

Dancing In The Moonlight (It Caught Me In Its Spotlight)

Massacre

Still In Love With You

Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed

FACE C

 Cowboy Song

The Boys Are Back In Town

Don't Believe A Word

 Warrior

Are You Ready

FACE D

Suicide

Sha-La-La

Baby Drives Me Crazy

The Rocker