TL1

Ce live, ce live...J'ai envie de dire que son titre dit tout ce qu'il y a à dire : "en live et dangereux". C'est indéniablement un des plus grands lives de l'histoire du rock. Pas du hard-rock (car ç'en est, à la base), non. Du rock. Carrément. C'est aussi le premier album live de  Thin Lizzy, groupe de hard-rock irlandais, et quand on sait que ce groupe s'est fondé en 1969 (premier album en 1971, à la base, ce qu'ils font, c'est surtout du blues-rock très rock), on se dit qu'attendre aussi longtemps avant de faire un live, c'est incroyable ; mais ce n'est pas le record ; Van Halen, sans que ça soit le record, c'est plus long encore, leur seul et unique album live date de 1993, et ils ont sorti leur premier opus en 1978. 1978, année de sortie de ce double live de Thin Lizzy, justement. C'est aussi leur neuvième album tout court, ce Live And Dangerous produit par Tony Visconti et le groupe, et enregistré durant les tournées des albums Johnny The Fox (1976) et Bad Reputation (1977), leur deux précédents opus. Quel morceau (il y en à 17 ici, pour un total de 76 minutes qui tient sur un seul CD) vient de quelle tournée, voilà quelque chose que l'on ne saura jamais ou presque. Sauf pour Southbound et Dancing In The Moonlight (It Caught Me In Its Spotlight), deux morceaux issus de Bad Reputation et forcément issus de la tournée 1977. Le premier cité a par ailleurs été enregistré en répétition scénique (en balance), avec rajout d'effets live (clameurs du public, applaudissements) en studio. 

TL2

Ce ne sont pas les seules modifications effectuées en studio, d'ailleurs : Live And Dangerous a beau être une tuerie monumentale, le genre d'album qui laisse sur le carreau et que l'on écoutera et réécoutera inlassablement, il n'en demeure pas moins que ce live aurait (Tony Visconti lui-même le clame : la batterie, OK, c'est live, mais le reste...) été outrancièrement refait en studio, comme le Alive ! de Kiss et le Unleashed In The East de Judas Priest. Voix refaites, guitares retravaillées, public gonflé, éditage, ce genre de trucs. Contrairement à Made In Japan qui offre une performance intacte (avec les quelques plantages de rigueur qui accentuent le côté document), contrairement à un bootleg qui, forcément, propose tout (plantages, longueurs, etc), ce live, il est vrai, sonne trop beau. Mais sincèrement, ça ne gâche pas le plaisir d'écoute de savoir que certains trucs, ici, seraient un peu bidonnés. On ne va pas se dire ah non, maintenant que je sais que c'est pas un live à 100% authentique, je n'en veux plus, de celui-ci. Dans ce cas, on arrête d'écouter pas mal des albums live, les mecs. Tout du long, le groupe est en forme monumentale. Les morceaux proviennent de concerts donnés à l'Hammersmith Odeon de Londres (1976), de Philadelphie et Toronto (1977). Les overdubs ont été faits à Paris, au Studio des Dames, en 1978. 

TL3

Les morceaux ? Une pure collection de bombes. On a ici, pêle-mêle, Emerald (cavalcade monumentale), Still In Love With You (une power-ballad magistrale), The Rocker (qu'apparemment, Phil Lynott, le chanteur/bassiste, feint de refuser de jouer mais finit par céder face aux clameurs de la foule, le morceau achève le disque), Baby Drives Me Crazy (un hard-blues d'enfer avec la participation, à l'harmonica, d'un certain Huey Lewis, le futur leader des News), Jailbreak, Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed (funky !), une reprise du Rosalie de Bob Seger couplée avec une version instrumentale de Cowboy Song (aussi joué plus tard) retitrée Cowgirl's Song, Southbound (en balance, certes, mais on s'en balance), Massacre (cette rythmique...), Sha La La, Warrior et cet immense enchaînement Cowboy Song /The Boys Are Back In Town/Don't Believe A Word. Il manque quelques morceaux légendaires (Whiskey In The Jar...) mais au final, Live And Dangerous, comme le Alive ! de Kiss, fonctionne pleinement comme une sorte de best-of en live, tout en offrant du lourd dans la catégorie 'live'. On écoute cet album avec bonheur, pendant 76 minutes infernales et ahurissantes. Rarement un album aussi long n'aura semblé aussi court, paradoxalement. On n'a, en effet, jamais envie que ça finisse !! I'm a rocker, I'm a roller too...

FACE A

Jailbreak

Emerald

Southbound

Rosalie/Cowgirl's Song

FACE B

Dancing In The Moonlight (It Caught Me In Its Spotlight)

Massacre

Still In Love With You

Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed

FACE C

 Cowboy Song

The Boys Are Back In Town

Don't Believe A Word

 Warrior

Are You Ready

FACE D

Suicide

Sha-La-La

Baby Drives Me Crazy

The Rocker