TYA 1

 Je dois le dire, je ne suis pas fan de Ten Years After. En fait, je ne connais que trois choses d'eux : la prestation de Woodstock (un I'm Going Home guitaristiquement tueur) et les albums Sssh et Cricklewood Green. Le premier de ces deux albums, sorti en 1969, est ma foi excellent, mais le second, de 1970, qui suit dans la discographie du groupe d'Alvin Lee (chant, guitare), est monumental. Enfin, monumental...il est remarquable, en fait, et quasiment monumental, il y à juste une chanson qui me fait royalement chier dessus, mais rien de très grave. Ce disque date de 1970, donc, et offre 8 titres pour un total de 39 minutes. Sous une pochette que, personnellement, j'adore, je ne sais pas exactement pourquoi (sans doute le côté bienvenue à la maison de l'ensemble, la couleur vert que j'adore, surtout cette teinte particulière de vert, et ces petits détails, la statue de soldat avec une main manquante, le tableau représentant un oiseau, la photo de chat, la bouteille de bière avec les néné, la pendule en forme d'araignée, les fleurs séchées et photos de familles rétro...). Oui, c'est un fait établi, rien que la pochette de Cricklewood Green me plaît énormément et m'a donné envie de me procurer ce disque. Disque que je n'ai jamais regretté d'avoir acheté, qui plus est à un prix assez cool (collection Priceless Collection avec un vilain macaron rouge et noir imprimé en bas du recto de pochette, seule ombre au tableau avec un livret CD honteux constitué en quasi-totalité des autres titres de la Priceless Collection et d'un bon de commande) !

TYA 2

Verso de pochette

Cricklewood Green est un chef d'oeuvre de rock tendance bluesy. L'album offre 8 titres, dont 7 qui me bottent totalement (enfin, 6 qui me plaisent totalement, et un qui me plaît correctement), et un que je n'aime pas du tout. Je vais en parler tout de suite, de ce morceau, c'est Me And My Baby, qui ouvre la face B. C'est un morceau de jazz-rock tendance swing. D'ordinaire, le jazz-rock, j'adore, mais après tous ces titres bluesy sur la face A (et avant d'autres sur la suite de la seconde face !), je trouve que ce morceau semble aussi à sa place sur Cricklewood Green qu'un aveugle le serait sur un fil de fer relié aux Jumelles Petronas de Kuala Lumpur (et sans filet de protection, évidemment). Je ne sais pas, il y à un je-ne-sais-quoi qui ne passe pas, ici, sur ce titre. Le groupe ne semble pas (malgré le côté enjoué du morceau) à l'aise avec ce titre. Le point faible de l'album selon moi. Après, sur les 7 titres restants, il y à Year 3,000 Blues que j'aime bien, mais sans pour autant crier au génie quand je l'écoute : cette courte chanson achevant la face A (il y à donc un passage moyen sur le disque, titres 4 et 5 !) est une sorte de pastiche country assez amusant, mais le chant d'Alvin Lee est un peu forcé, caricatural, et c'est ça qui passe moyennement. Après, ce n'est pas mauvais. Quant au reste de l'album, rien à dire, c'est immense : Sugar The Road, Working On The Road (avec un effet bizarre sur la bande, un loop assez drôle, défaut des bandes matrices qui fut laissé tel quel sur l'album ; ce n'est donc pas un défaut de votre CD ou de votre vinyle, toutes les éditions de l'album, depuis sa sortie en 1970, sont ainsi) et, sur la face B, As The Sun Still Burns Away sont des monstres de blues-rock bien teigneux. On a aussi le très amusant et psychédélique Circles, qui sent bon le patchouli, les pétards gros comme des burritos, et le buvard de LSD, ambiance joli trip, man garantie.

TYA 3

Et deux monstres sacrés de plus de 7 minutes chacun : Love Like A Man et 50,000 Miles Beneath My Brain. Ces deux morceaux, et surtout le second cité (qui est le premier apparaissant sur le disque, des deux ! Pourquoi je l'ai cité en second, je ne sais pas...), sont des tueries. Des tueries, vraiment. La preuve ultime du talent d'Alvin Lee à la guitare, quelles cavalcades, surtout 50,000 Miles Beneath My Brain, qui vous embarque vraiment à 50 000 miles au loin... Ce morceau est le sommet de l'album, devant Love Like A Man pourtant au moins aussi époustouflant. Dans l'ensemble, ce disque est donc une belle réussite de blues-rock bien furieux, avec des guitares en fusion et une production franchement efficace (bien dans les normes de 1970 : le son est très bon, sans être non plus du monumental, ce disque est bien produit, mais ce n'est pas une production parfaite). On pardonnera un titre jazzy franchement anodin et en trop, et un autre country assez marrant, mais sans intérêt majeur, pour se concentrer sur les 6 autres morceaux, qui font tout péter, littéralement. Cricklewood Green, un disque qui se vendra très bien, est sans aucun doute le meilleur album de Ten Years After, et un des disques de 1970 !

FACE A

Sugar The Road

Working On The Road

50,000 Miles Beneath My Brain

Year 3,000 Blues

FACE B

Me And My Baby

Love Like A Man

Circles

As The Sun Still Burns Away