DB 1 

29 minutes, voilà tout ce que dure cet album (36 en CD, on a un bonus-track sans intérêt : un medley de deux des chansons de l'album, même pas en live, what's the fuck ?). Mais, attention, ça envoie sévère. C'est un des meilleurs albums de l'histoire du punk-rock, il est sorti comme de juste l'année punk (1977), et est le premier album des Dead Boys, un des groupes les plus mythiques de la scène keupon américaine (et en général). Un groupe de cintrés, menés par le chanteur Stiv Bators et le guitariste Cheetah Chrome (ces noms... il y à aussi un Jimmy Zero, notamment, dans le groupe). Le groupe vient de Cleveland, Ohio, et a été repéré par les Ramones, qui décidèrent de leur faire tenter leur chance en les aidant à signer sur le label Sire (sur lequel se trouvaient les Ramones, Talking Heads...). Le groupe signe donc chez Sire, et c'est Genya Ravan, une rockeuse assez débridée, qui les produit. Leur album s'appelle Young, Loud & Snotty, et a été enregistré live en studio (sauf un titre, live de chez live : Hey Little Girl). Chez Sire, on trouvera les bandes brutes tellement efficaces qu'on s'empressera de faire l'album avant même que Genya et le groupe ne puissent affiner le mixage, l'album est sorti pour ainsi dire à l'état de démos (ce qui explique le son brutal, sec, rugueux parfois, et très live du disque) ! Le groupe enflamme la scène du club punk CBGB's, on soir, Bebe Buell, mannequin et people de l'époque, habituée des lieux (et maman de Liv Tyler), arrivera au club alors que le groupe joue et apercevra, sur la scène, une des serveuses du CBGB's en train de...sucer Stiv pendant que les Dead Boys interprètent Caught With The Meat In Your Mouth (littéralement  : 'pris(e) avec de la viande en pleine bouche'), voir photo ci-dessous. Ambiance poésie du XIXème...c'est en face, pas ici !

DB 5 

Young, Loud & Snotty est une déflagration absolue de punk hardcore. 10 chansons, 10 bombes. Et notamment et surtout Sonic Reducer, premier morceau, assurément un des 5 meilleurs morceaux de l'histoire du punk-rock. Le son est certes assez moyen (pas aussi nulle que le L.A.M.F. des Heartbreakers, mais franchement pas une production nickel chrome), mais il fait cependant bien ressortir la basse. Le chant de Bators est narquois, rauque, ce mec ne sait pas très bien chanter, mais quand il glapit Don't need no mum and dad/I got some new for you : don't even need you too, on est avec lui, direct, contre le reste du monde, ces cons. All This And More (I wanna be a Dead Boy !), What Love Is (I want to know what love is, comme s'il s'en préoccupait, le mec...) et le tétanisant Not Anymore (cette intro !!!) assurent à fond. Ain't Nothin' To Do aussi, c'est une fin de face d'une fulgurance totale (la basse...). Caught With The Meat In Your Mouth, ce grand moment de poésie qui n'a d'égal que les chansons de Patrick Sébastien, ouvre la face B avec humour et férocité (humour féroce ?). Après, Hey Little Girl, curieusement en live (capté au CBGB's) par rapport au reste de l'album, est une reprise sympa d'un groupe du nom de The Syndicate Of Sound (années 60). I Need Lunch est une chanson bien vibrante qui parle de Lydia Lunch (une des icones punk de l'époque), on imagine bien le ton de la chanson rien qu'en lisant son titre ('je veux un repas' ou 'je veux Lunch') ! Suivent les deux dernières déflagrations, High Tension Wire (curieusement bien construite contrairement à pas mal d'autres chansons de l'album qui sonnent bon la démo faite à la vitesse grand V) et ce Down In Flames monstrueux. L'album se finit sur un hurlement bien féroce.

DB 3

Que dire ? Nous ne sommes pas exactement, ici, dans le raffinement le plus total, mais en guise de défouloir et de décrassage des oreilles, ce premier opus des Dead Boys est une incontestable réussite. Quasiment une demi-heure de monstruosité punk, féroce, violent, sonique, drôle par moments, ce disque est urgence, du début à la fin. Production brutale, sans chichis, interprétation brut de décoffrage, on a ici, entre les mains et les oreilles, un des fleurons du punk américain, et du punk tout court. Young, Loud & Snotty ('jeune, fort en son et plein de morve') est donc ce qu'on appelle vulgairement un putain d'indispensable du genre. Rien que ça !!!

FACE A

Sonic Reducer

All This And More

What Love Is

Not Anymore

Ain't Nothin' To Do

FACE B

Caught With The Meat In Your Mouth

Hey Little Girl

I Need Lunch

High Tension Wire

Down In Flames