ABB 1

 Voici un des plus grands lives de tous les temps, avec le Made In Japan de Deep Purple, le Live/Dead du Grateful Dead, le Live At The Star-Club, Hamburg de Jerry Lee Lewis et le Chicago At Carnegie Hall de Chicago (pour ne citer qu'eux). C'est, aussi, le troisième album du Allman Brothers Band (et leur premier live), un groupe de blues-rock originaire du sud des USA, de Macon en Géorgie, et constitué notamment de deux frangins, Gregg (chant, claviers) et Duane (guitare) Allman, de vrais rednecks. Ce live, double à sa sortie (tout tient sur un seul CD désormais, mais l'édition DeLuxe est toujours double, rapport à plusieurs bonus-tracks live ne provenant d'ailleurs pas forcément du même concert), s'appelle At Fillmore East, et comme son nom l'indique, il a été enregistré au cours de concerts marathons (deux prestations par soir, plusieurs heures de présence scénique) donnés dans la mythique salle du Fillmore East de New York, les 12 et 13 mars 1971. En tout, ce live offre 7 titres, pour 78 minutes, ça, c'est du moins pour la version de 1971. En 2003, la version DeLuxe double CD propose quasiment une heure de rajout live, dont un Mountain Jam de 33 minutes (situé juste après les 23 minutes de Whipping Post, sans pause !) que l'on pouvait déjà entendre sur le double album posthume Eat A Peach de 1972 (posthume, car sorti après la mort, par accident de moto, de Duane Allman et Berry Oakley, bassiste du groupe). A noter que les autres membres du groupe sont le guitariste Dickey Betts, et les batteurs Butch Trucks et Jaimoe Johanson.

ABB 2

Verso

Il est intéressant de noter que la fameuse photo de pochette (le titre de l'album et le nom du groupe furent rajoutés manuellement par le photographe) n'a pas été prise à New York près du Fillmore East, mais à Macon, Géorgie ! On y voit, sinon, en un glorieux noir & blanc (il existe des photos couleurs, voir plus bas, ça fait moins mythique, direct), le groupe, hilare, avachi sur les flight-cases de leur matériel. Selon la légende, Duane (deuxième en partant de la gauche) venait de fumer et de faire passer un bon gros pétard, d'où le côté un peu hilare (Gregg, son blondinet frangin, est même en pleine crise de rires) et un peu niais des expressions ! Précisons qu'en temps normal, le ABB détestait se faire tirer le portrait... De gauche à droite, on a Jaimoe, Duane, Gregg, Berry, et, assis après Duane, de gauche à droite, Dickey et Butch. Au dos de pochette (ci-dessus !), des roadies du groupe en pleine pause clopes/bières, avec des regards d'ouvrier syndiqués qu'il faut pas venir emmerder au sujet de la durée de la pause (apparemment, le simple fait de bouger les flight-cases juste pour une photo les emmerdait profondément, et Jim Marshall, photographe bien connu et auteur des clichés, les a immortalisé pour la pochette histoire de les récompenser), la photo fut prise strictement au même endroit. Le mec sur la photo, en haut, est un certain Twiggs... A l'intérieur, des photos souvent mal contrastées du ABB pendant le show au Fillmore (teintes rouges, obscures...).

ABB 3

Autre photo pour la pochette, pas retenue, en couleurs : matez les tronches !

At Fillmore East est un titan, clairement. 7 titres, dont pas mal sont très longs, deux occupent à eux seuls une face entière chacun ! Le disque démarre cependant par deux titres courts (moins de 5 minutes chacun), Statesboro Blues et Done Somebody Wrong, deux reprises (le disque 1 entier est constitué de reprises, d'ailleurs, tandis que l'autre est entièrement constitué de morceaux originaux du groupe). Harmonica fantastique sur le second titre (invité : Thom Doucette), et ambiance de folie, le chant de Gregg est parfait, une voix roublarde, trépidante, pile ce qu'il faut pour entrer direct dans le bain. Le Allman Brothers Band était vraiment un des meilleurs, si ce n'est le meilleur, groupe de rock sudiste, devant les Flying Burrito Brothers, et les futurs Lynyrd Skynyrd. Ces deux premiers morceaux mettent bien la patate d'entrée de jeu, mais il faut attendre le troisième, et dernier de la face A, Stormy Monday (8,45 minutes), pour que la magie opère réellement et durablement. Là, c'est juste parfait, un blues tétanisant, lent, hypnotique, triste à en chialer dans sa bière, un vrai blues, quoi, interprété magistralement par Gregg, et que dire des interventions guitaristiques de Duane (qui, en fin 1970, avait participé au Layla And Other Assorted Love Songs de Derek & The Dominoes, le supergroupe éphémère d'Eric Clapton) et de Dickey ? Le premier est très rock, le second, plus jazzy par moments, plus smooth. Une belle paire de vainqueurs ! La face A se finissait sur ce triomphe, et la B offre un long morceau (19 minutes et 15 secondes), You Don't Love Me, en bouquet final du premier disque. Là encore, what to say ? Un morceau trépidant, puissant, une relecture ahurissante d'un standard de Willie Cobbs, on entend même, vers la fin du morceau, après un des nombreux moments de gloire de Duane, un spectateur brailleurs Play all night ! ('jouez toute la nuit !'), et vu le temps qu'ils passaient sur scène, ils ont effectivement joué toute la nuit (le dernier concert du Fillmore se serait achevé vers les 6 du mat') !

ABB 5

Intérieur de pochette (pas une photo perso)

Juste puissant, donc. Et dire que ce n'était que le premier disque du live ! Le second offre 3 titres, et dure encore plus longtemps que le premier (41 minutes en gros, pour 37 minutes environ pour les 4 premiers titres) ! Il ne contient que des morceaux écrits par le groupe, comme je l'ai dit, et deux d'entre eux, ceux de la face C, sont d'ailleurs instrumentaux : Hot'lanta et In Memory Of Elizabeth Reed. Qu'on le sache, le disque 2 d'At Fillmore East est tellement surpuissant que le premier disque, à côté, bien que fantasbuleux, n'est quasiment rien. Long de 5 minutes, Hot'lanta ouvre le bal, c'est une composition qui laisse la part belle à la basse de Berry Oakley, et qui ne se trouve sur aucun des deux précédents (et premiers) albums du groupe (The Allman Brothers Band et Idlewild South). Le morceau proviendrait, pour sa conception, d'une jam-session du groupe. C'est un morceau assez remarquable, assez jazzy par moments, aérien, le morceau se finit divinement, et, chose amusante, sembla surprendre considérablement l'audience, à en juger du court silence et du ah ! de stupeur avant les applaudissements frénétiques ! Après ce moment de pure splendeur, In Memory Of Elizabeth Reed, 13 minutes, va mettre tout le monde à genoux. Autre instrumental, il offre aux deux guitaristes (d'abord Dickey, puis Duane, par ordre d'apparition) une preuve définitive de leur talent monstre. Jazzy (pour Betts), rock (pour Allman), leurs performances sont tout simplement anthologiques, pour moi le meilleur moment de tout le double live. On a des accents assez coltraniens par moments. Le titre du morceau est inspiré par une pierre tombale que Duane aurait vu dans un cimetière de Macon. Un morceau grandiose qui semble ne jamais finir, et pourtant, il ne dure que 13 minutes. Il achève la face C. La D (pour dernière, ah ah ah) est occupée en totalité par Whipping Post, 23 minutes sensationnelles, chantées, de blues terminal, une sorte de Stormy Monday puissance mille, avec performances guitaristiques thermonucléaires à la clé. Que dire, encore une fois, sinon que ce morceau est une pure majestuosité ? Au cours du concert, ce morceau s'enchaînait sans pause aucune avec les 33 minutes de Mountain Jam, ce qui faisait 56 minutes non stop de blues-rock (le CD 2 de la réédition DeLuxe offre ces deux morceaux à la suite, justement, sans pause, et ne contient que 4 titres, les deux autres étant Hot'lanta et Drunken Hearted Boy, un autre bonus-track).

ABB 4

Ces bonus-tracks 2003 sont très bons, d'ailleurs : Midnight Rider, Drunken Hearted Boy, Trouble No More, Don't Keep Me Wonderin', One Way Out...et Mountain Jam. Si Mountain Jam provient en effet des concerts du Fillmore East, ce n'est pas le cas de tous les autres, notamment de Drunken Hearted Boy. Chose assez étrange, limite douteuse, de foutre en bonus-tracks des morceaux ne faisant pas partie des mêmes concerts ! Ils vont cependant bien avec le reste du live, qui dure ainsi dans les 2 heures dans sa version DeLuxe de 2003 ! Mais la version originale (vinyle, ou une édition CD simple) se suffit amplement à elle-même. Dans l'ensemble, At Fillmore East est tout simplement un des trois plus grands albums live au monde avec les deux premiers cités plus haut dans l'intro de l'article. Un album tout simplement prodigieux et essentiel !

FACE A

Statesboro Blues

Done Somebody Wrong

Stormy Monday

FACE B

You Don't Love Me

FACE C

Hot'lanta

In Memory Of Elizabeth Reed

FACE D

Whipping Post