79337

Les années 80. La décennie maudite du rock, celle qui a vu d'illustres groupes des années 60/70 sombrer dans des merdes musicales infâmes. 1986: année au combien décriée par tout bon fan de rock qui se respecte. Année de sortie de A Kind Of Magic de Queen, Knocked Out Loaded de Dylan, 5150 de Van Halen, Dirty Work des Rolling Stones,... bref une décennie et une année maudite. Bon aller, soyons sérieux il n'y a pas eu que des merdes dans les années 8O. Par exemple en 1982 on a eu entre autre Pornography des  cure, ou encore thriller de Bambi. Et même 1986, qui est réputée pour être la pire année de la pire décénnie du rock, contient son lot de chef- d'oeuvres: Graceland de Paul Simon, Master Of Puppets de Metallica, Somewhere In Time d'Iron Maiden,... Et puis il a ce disque, The Colour Of Spring de Talk Talk. Pour Comprendre l'histoire de ce disque, il faut remonter quelques années en arrière. En 1982, Talk Talk sort son premier album, The Party's Over. Un albm bien ancré dans son époques avec beaucoup de synthés, qui permet à la bande de Mark Hollis (leader du groupe), de se faire un nom dans le milieu. Puis en 1984 Talk Talk sort son deuxième album, It's My Life. Avec ses tubes Such A Shame et It's My Life, cet album propulse Talk Talk au sommet des charts. Suite à cela, le groupe est attendu au tournant, par des critiques qui attendent que Hollis fasse de nouveaux tubes. Mais ce dernier à d'autres idées en tête, et ne veux clairement pas que Talk Talk devienne un groupe à tubes. En 1989, le groupe sort un album intitulé Spirit Of Eden, qui montre une face plus éxpérimental du groupe. L'album, ainsi que Laughing Stock paru en 1991, sera un échec commercial. The Colour Of Spring, lui, est un album charnière dans la discographie du groupe, Car il fait le lien entre leur période "commerciale" et leur période "expérimentale".

images-2La différence avec les albums précédents de Talk Talk, c'est qu'il n'y a plus de synthétiseurs. On a du piano, mais point de synthés. Ensuite, l'album semble plus recherché, moins "grand public". On est pas encore dans l'éxpérimental comme sur Spirit Of Eden, mais on est loin du côté "tubesque" de It's My Life. Cependant, ils y a des tubes sur cet album: On en compte trois, Life What's You Make It, Living In Another World, et Give It Up. Le premier se distingue par ses notes de piano (jouées par Hollis) et son riff de guitare presque cristallin. C'est le genre de chanson qui rend accro, tout comme le tube suivant Living In Another World. Là je vais être clair, si on ne devait garder que les tubes du groupe (quelle erreur !), cette chanson serait ma préférée : elle est parfaite ! Entre le piano entêtant, la voix sublime de Mark Hollis, les choeurs, le saxophone, les couplets calmes et les refrains plus énergiques, et aussi la durée idéale (7 minutes, ni trop long ni trop court), cette chanson est l'une des meilleures chansons pop- rock au monde, oui je n'ai pas peur de le dire. Enfin le troisième tube de l'album, Give It Up, fonctionne un peu sur le même schéma que It's My Life de l'album précédent, c'est à dire des couplets assez calmes et lents, puis un refrain plus enlevé. La différence réside dans le fait que, comme je l'ai dit plus haut, il n'y a pas de synthétiseur, mais un piano électrique. Les chansons marcheront bien sont pour autant atteindre les sommets de leurs tubes précédents. Faut dire qu'en cette triste décénnie les singles qui marchaient le mieux n'étaient pas toujours les meilleurs.

images-6

Les cinqs autres titres de l'album ne sont pas en reste. Happiness Is Easy s'ouvre (et ouvre l'album), sur un break de batterie, puis les claviers se font entendre, suivis de la voix (sublime mais est-il besoin de le préciser), de Mark Hollis. Dans le refrain on entend des choeurs d'enfants (il me semble), répétant Joy be written on the earth And the sky above Jesus star that shines so bright Gather us in love. La chanson aurait pu sortir en single, elle en a le potentiel. Tout comme la chanson suivante, I Don't Believe In You, superbe ballade qui est l'équivalent de Renée sur It's My Life. À noter que sur l'album suivant, une des chansons s'appellera I Believe In You, comme une réponse à cette chanson.  April 5th et Chameleon Day annoncent la couleur que prendra la musique du groupe quelques années plus tard. ces chansons sont plus calmes que le reste, plus éxperimentales, tout en gardant un côté assez accessibles. La face éxpérimentale du groupe n'apparaîtra réellement que sur l'album suivant, Spirit Of Eden. Enfin il y a l'I.M.M.E.N.S.E Time It's Time. Le final de l'album, un des (nombreux) sommets du groupe (le sommet?). Là, écoutez, je n'ai rien d'autre à dire, c'est juste beau, magnifique. 8 minutes durant lesquelles le groupe enmène l'auditeur au paradis. Quand la dernnière seconde est passée, et que la chanson et le disque sont finis, on reste d'abord silencieux afin de redescendre après un tel voyage, et aussi comme pour marquer une forme de respect face à l'oeuvre que l'on vient d'écouter. Et juste après nous vient l'irrésistible envie de recommencer le voyage, alors on retourne le vinyle, on remet le CD, ou on séléctionne de nouveau l'album sur son Ipod et c'est reparti pour un tour.

images-3

L'album sera la meilleure vente du groupe dans leur pays d'origine, le Royaume- Uni. Si vous connaissez une personne pour qui les années 80 sont horribles, faites lui écouter cet album et je suis prêt à parier qu'il changera d'avis. Et si vous avez encore besoin que je décrives cet album en quelques mots c'est simple, il appartient au champs lexical  du mot Oeuvre d'art. Tout simplement un joyau.

TT

Chronique complémentaire de ClashDoherty :

On est là en présence d'un joyau, comme Buckley92 l'a si bien dit dans sa chronique ci-dessus. Un disque parfait, ou quasiment parfait, sorti en une année difficile (1986, annus horribilis par excellence, même si 1984 est pas mal aussi dans le genre). C'est le troisième album de Talk Talk, groupe britannique de new-wave fondé en 1981, et dont le premier opus date de 1982. Talk Talk (chant, Mark Hollis, au physique ingrat mais à la voix fantastique) obtiendra deux gros succès commerciaux en 1984 avec leur second album, It's My Life (qui sera reprise par No Doubt) et Such A Shame. Deux ans plus tard, leur troisième album, ce disque, obtiendra lui aussi deux succès commerciaux en singles, et il s'appelle The Colour Of Spring. Et les singles, Living In Another World et surtout Life's What You Make It. Deux monstres sacrés qui sont parmi les meilleurs d'un album sorti sous une très belle pochette entomologiste (des papillons de diverses sortes, dessinés), et bénéficiant de la participation de Steve Winwood sur trois de ses huit titres (l'album dure, en tout, 46 minutes). Si, pour moi, le sommet absolu de Parle Parle est Spirit Of Eden (1988, album suivant, pas très commercial mais musicalement bluffant), The Colour Of Spring, leur deuxième meilleur album, ne mérite que des louanges.

TTT

Single Living In Another World

Je suis moins fanatique de Chameleon Day (3,20 minutes assez sobres, belles, mais pour moi le titre le moins bon de tout l'album) que du reste, c'est pour cette raison que j'ai dit plus haut que l'album était quasiment parfait, car ce petit titre, le plus court, m'empêche de plaider la perfection pour ce disque. Mais je chipote quand même un peu. The Colour Of Spring, sinon, n'offre, pour le reste, que des merveilles totales : Happiness Is Easy, 6,30 magnifiques en intro, avec une chorale d'enfants dans le refrain, met direct dans le ton. C'est juste beau, et ce n'est pas la suite qui va changer la donne : I Don't Believe In You, Life's What You Make It, April 5th, Living In Another World, Give It Up, une série de cinq chansons démentielles, occupant la fin de la face A pour les trois premières citées et ouvrant la face B pour deux autres, autant de chansons qui restent longtemps en mémoire (I Don't Believe In You, Life's What You Make It, Living In Another World). Le chant d'Hollis, profond, grave, rauque, correspond aussi parfaitement bien aux passages calmes, tristes, qu'aux envolées énergiques. Après un Chameleon Day un peu mineur mais tout de même très bien, on a les 8 minutes de Time It's Time en bouquet final, et là, que dire ? En ces temps de new-wave à la Duran Duran, Frankie Goes To Hollywood, Alphaville, INXS, Soft Cell ou Propaganda, les Talk Talk savaient faire de la musique intelligente, dans l'air de leur temps tout en étant capable de vieillir comme du bon vin.

T

Single Life's What You Make It

Si, aujourd'hui, les albums essentiels de l'époque new-wave (Rio de Duran Duran, The Kick d'INXS...) ont aussi mal vieilli que faire se peut, les albums de Talk Talk, et surtout la trilogie magique The Colour Of Spring/Spirit Of Eden/Laughing Stock (1991), restent hautement écoutables, appréciables. The Colour Of Spring concilie parfaitement pop new-wave (sans aucun synthétiseur, cependant ! On a de l'orgue, du piano, du vibraphone à la place) avec des prétentions plus intellectuelles. Une sorte d'avant-goût pour les futurs Spirit Of Eden et Laughing Stock, moins évidents, assez expérimentaux, du post-rock limite progressif (albums avec seulement 6 titres pour facile 40 minutes à chaque fois !). Bref, vous l'aurez compris, ce disque de 1986, indéniablement un des essentiels de cette année médiocre (avec Graceland de Paul Simon, Somewhere In Time d'Iron Maiden, So de Peter Gabriel, Master Of Puppets de Metallica, Licensed To Ill des Beastie Brothers, Voleur De Feu de Lavilliers, Pop Satori de Daho et The Queen Is Dead des Smiths ; ça vous paraît beaucoup, mais par rapport au nombre de merdes sorties cette année-là, croyez-moi...). Un disque fabuleux, et je l'adore (mais je continue de penser que le meilleur du groupe reste Spirit Of Eden) !

FACE A

Happiness Is Easy

I Don't believe In You

Life What's You Make It

April 5th

FACE B

Living In Another World

Give It Up

Chameleon Day

Time It's Time