Queen_News_Of_The_World

 En 1977, Queen va sortir un album qui sera un gros succès, grâce notamment à un single fédérateur et cultissime, deux chansons (la face B du single étant aussi monumentale que la A) tellement mythiques, connues, qu'elles nuisent, dans un sens, à l'album. Ces chansons sont We Will Rock You et We Are The Champions, et l'album, c'est News Of The World. L'album, court (seulement 39 minutes par rapport aux 44 minutes des deux remarquables précédents albums...), est probablement le dernier bon album de Queen jusqu'à Innuendo (1991), vu que ce que le groupe de Mercury, May, Deacon et Taylor fera par la suite sera soit inégal (Jazz, The Miracle, The Game), soit furieusement à chier (Hot Space, The Works, Flash Gordon, A Kind Of Magic). Sous sa pochette reprenant une paire de dessins de Frank Kelly Freas (à la base, les membres du groupe ne sont pas dessinés dans la main du robot tueur) et son titre en allusion à un des plus fameux tabloïds britanniques, News Of The World offre 11 chansons, et parmi elles, un grand nombre de réussites. Sans aucun synthétiseur, comme il est toujours indiqué noir sur blanc (ou, ici, blanc sur rouge, vu que la pochette interne et le livret sont rouge sang) dans les crédits. Des 11 chansons, en fait, je n'en vois qu'une de mauvaise, mais alors de vraiment mauvaise : Who Needs You. Là, c'est épouvantable. Cataclysmique. On en viendrait presque à espérer l'arriver du robot de la pochette pour bousiller tout ça et qu'on n'en parle plus.

810queen06big queen_news_inside

A gauche : pochette extérieure dépliée. A Droite : pochette intérieure (dépliée aussi, hein)

Mais le reste de l'album assure vraiment. Bon, OK, c'est vrai que la paire de chansons mythiques We Will Rock You et We Are The Champions, qui ouvre le bal, vampirise un peu trop le reste de l'album. J'avoue avoir pris ce disque (acheté à l'âge de 11 ans, ou plutôt, fait offrir à cet âge à mon anniveraire ; ce fut mon premier album de Queen si on excepte les deux Greatest Hits) pour ces deux chansons et Spread Your Wings, que je connaissais déjà pour avoir en ma possession le single (Sheer Heart Attack en face B, pochette du single représentant le bas de l'illustration de l'intérieur de pochette). Les deux hits ouvrent donc l'album, et sont tous deux très courts (2 et 3 minutes !). On peut donc dire que le passage obligé de ces deux tubes fédérateurs passe vite. Puis surgit Sheer Heart Attack, morceau datant de 1974 et des sessions de l'album du même nom, mais qui ne fut pas conservé pour l'album (on peu comme Led Zeppelin qui ne conservèrent pas la chanson ayant donné son nom à Houses Of The Holy et la caseront sur un autre albul, et même chose pour les Doors et Waiting For The Sun). J'imagine que la version 1974 devait être moins violente, car celle-ci est un pur délire punk ultra speedé (chapeau bas au batteur, qui chante un peu, chapeau bas à la rythmique en général), 3 minutes et des poussières de speed, ça va à une vitesse ! Ce fut pendant longtemps mon grand préféré de l'album. All Dead, All Dead, à moitié chantée par May, est un régal de douceur mélancolique, c'est très triste cependant. Le bridge est bien queenien ! Spread Your Wings est une ballade rock fantastique, le sommet de l'album selon moi, avec un solo de guitare prodigieux en final. J'ai usé le 45-tours... Fight From The Inside, interprétée par le batteur Taylor, est le final de la face A, une chanson énergique, cinglante, très efficace. Pas le sommet de l'album, mais je pense sinon que c'est une des meilleures chansons chantées par Taylor avec Tenement Funster, Drowse et I'm In Love With My Car.

42728313_p

La face B s'ouvrait sur une chanson assez étrange, au bridge assez électro (pourtant, aucun synthé sur l'album !) : Get Down, Make Love. Piano entêtant de Mercury, chant efficace, ambiance lourde, cette chanson est vraiment très bonne, sans pour autant être la meilleure de l'album, idem que pour la précédente, quoi. Sleeping On The Sidewalk, interprétée par May, est un régal bluesy, Queen n'a pas fait souvent des blues, quasiment aucun en fait, et cet essai est, ma foi, une des plus attachantes de l'album. Ensuite, on passe, car voici Who Needs You. Bwerk. It's Late, chanson la plus longue (plus de 6 minutes), est un autre régal, très rock, sans doute un peu trop longue vu que le final semble se traîner en longueur, un peu comme Sweet Lady sur A Night At The Opera. C'est ultra efficace, mais, en effet, un peu trop long, ne serait-ce qu'une minute de moins aurait été parfait. Enfin, on achève l'album en beauté et en mélancolie avec My Melancholy Blues, une complainte au piano d'un Mercury qui aura rarement, et j'insiste, sonné aussi soul et convaincant qu'ici, vocalement parlant. Une performance qui entre dans les 5 meilleures du chanteur décédé en 1991. Une conclusion parfaite, douce, triste aussi et surtout, pour l'album, un album encore une fois très hétéroclite, on y trouve aussi bien de la furie que de la douceur. Moins glam que de coutume (quasiment plus glam du tout, en fait), News Of The World est un excellent opus de Queen. Considéré comme inégal, vu que certains fans n'apprécient pas Get Down, Make Love, Fight From The Inside ou It's Late, ce disque n'a selon moi qu'un défaut, Who Needs You (si je trouve un fan qui avoue adorer cette chanson, je vous paie l'intégrale du groupe en CD et vinyle !). Sinon, le reste est franchement excellent. J'ajoute aussi que la pochette est sans doute ma préférée des albums du groupe, et que si, à l'époque, je n'avais pas pris l'album pour ses deux premières chansons et Spread Your Wings, je l'aurais quand même pris en priorité rien que pour sa pochette ! Bref, un grand cru de plus, le dernier jusqu'à 1991, aussi.

FACE A

We Will Rock You

We Are The Champions

Sheer Heart Attack

All Dead, All Dead

Spread Your Wings

Fight From The Inside

FACE B

Get Down, Make Love

Sleeping On The Sidewalk

Who Needs You

It's Late

My Melancholy Blues