LAVILLIERS 7

Oui, je sais, la pochette est juste affreuse, ridicule, abominable... Mais depuis quand juge-t-on un disque sur sa pochette, tudieu ? Ca serait faire preuve de beaucoup de méchanceté gratuite que d'insister lourdement sur le graphisme de ce disque, ce Lavilliers grossièrement dessiné, coiffure afro rouquine horrible, orange sur fond bleu nuit... Ce regard comique, ces yeux mal foutus... Heureusement, musicalement, cet album déchire, aucun autre mot ne convient, donc, on peut vraiment pardonner l'erreur du graphisme de pochette. Ce disque est le troisième de Lavilliers, il date de 1975, et est son dernier album sorti sur le label Motors (crée par Francis Dreyfus, ce label a aussi hébergé Christophe à la même période), avant que Nanard ne signe, dès l'année suivante, sur Barclay, où il restera. Pour cette raison (disque sorti sur un autre label), il y aura pendant des années des problèmes de droits qui empêcheront Lavilliers de mettre une chanson de cet album (ou du précédent, Les Poètes de 1972 ; quant à son premier album de 1967, sincèrement, il ne vaut rien) sur un de ses lives, jusqu'à Live Olympia 1984, en 1984, qui contiendra San Salvador. Et, pendant longtemps, ce disque et Les Poètes seront difficiles à trouver en CD. Et pas toujours avec leurs pochettes originales. Ce disque de 1975, son troisième, c'est Le Stéphanois, et c'est une de ses réussites les plus majeures, un de ses 5 meilleurs albums, derrière Pouvoirs et O Gringo, et devant Les Barbares et Causes Perdues Et Musiques Tropicales.

LAVILLIERS 9

Le Stéphanois mérite bien son titre, Bernard Lavilliers étant né dans la Loire, dans la banlieue de Saint-Etienne. Ce disque est en quelque sorte à la croisée des chemins (le suivant, Les Barbares de 1976, aussi) entre un début de carrière très 'chanson' et inspiré par Léo Ferré (une idole pour Lavilliers) et des chansons plus centrées sur l'exotisme. L'album, court (11 titres, 36 minutes), offre d'ores et déjà de vrais classiques pour Nanard : pas moins de six titres sont tout simplement des intouchables. On a l'étonnant et drôle Les Aventures Extraordinaires D'Un Billet De Banque (racontée par le billet, qui, à un moment donné, avoue avoir temporairement - ouais, mais ça n'a pas duré - résidé dans les poches de Lavilliers !) qui n'est pas sans rappeler le Higelin acoustique de la même période ; on a C.I.A. (qui démantibule évidemment cette institution ricaine) ; L'Espagne (rappelons que Franco est mort en 1975, et avec lui la dictature) ; Saint-Etienne, chanson sur la ville de coeur de Nanard ; San Salvador, morceau le plus long (5,45 minutes) et un des plus grands morceaux jamais écrits par Lavilliers ; et ce qui, pour moi, est le sommet absolu du Stéphanois, juste devant San Salvador : La Grande Marée. Un conte futuriste de toute beauté, une chanson admirable, lyrique, prenante, 4,35 minutes grandioses. Lavilliers, il me semble, refera une autre version de cette chanson par la suite, chanson qu'il chantera live (sur le double Histoires En Scène de 2000, on la trouve).

LAVILLIERS 8

Ancienne édition CD de l'album, pochette différente (plus belle, mais pas de l'époque de l'album original !)

Le reste de l'album est également très bon : La Samba est une chanson bien rythmée et tropicale, mais avec au final peu de moyens (pas comme Lavilliers le fera par la suite) ; La Vérité est très réussie, Les Antimémoires possède un texte frappant, Balthazar et Le Buffet De La Gare De Metz sont sans doute moins grandioses, mais rien, rien, sur Le Stéphanois, n'est ne serait-ce que moyen. C'est le meilleur de Lavilliers d'avant son vrai revirement rock français (15ème Round, 1977, son premier album avec, selon lui, un vrai son de groupe, et son premier avec plusieurs musiciens qui deviendront des fidèles, comme Mahut, Bréant, Arroyo, Lacordaire, Drand). Meilleur encore que Les Barbares, juste meilleur que Les Barbares, en fait (de peu) ! Un disque rare (pas évident de le trouver) et franchement parfait, un régal de chansons engagées !

FACE A

Les Aventures Extraordinaires D'Un Billet De Banque

Le Buffet De La Gare De Metz

C.I.A.

La Vérité

Balthazar

La Grande Marée

FACE B

San Salvador

Les Antimémoires

Saint-Etienne

La Samba

L'Espagne